Haute Cour à Netanyahu : en quoi le don reçu de votre cousin n’est pas illégal ?
Rechercher

Haute Cour à Netanyahu : en quoi le don reçu de votre cousin n’est pas illégal ?

Les juges ordonnent à l'AG, à la commission des permis et à l'ex-Premier ministre d'expliquer pourquoi ce dernier n'a pas besoin de rendre les 300 000 $ reçus de Nathan Milikowsky

Dossier : Nathan Milikowsky en 2013, à San Francisco (Crêdit: Drew Altizer Photography)
Dossier : Nathan Milikowsky en 2013, à San Francisco (Crêdit: Drew Altizer Photography)

La Haute Cour de justice a ordonné jeudi au procureur général Avichai Mandelblit, à la commission des permis du contrôleur d’État et à l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu d’expliquer pourquoi les 300 000 dollars que ce dernier a reçus de son riche cousin Nathan Milikowsky, alors qu’il était Premier ministre ne constituent pas un cadeau illicite, et pourquoi il ne devrait pas être condamné à les rendre dans leur intégralité.

La décision a été prise en réponse aux pétitions déposées par deux groupes de bonne gouvernance. Netanyahu, Mandelblit et le Comité des permis ont eu jusqu’au 5 septembre pour répondre.

La Haute Cour a déclaré que les parties devaient expliquer pourquoi une décision du Comité des permis exigeant que Netanyahu ne restitue que 30 000 dollars du total des fonds provenant de Milikowsky ne devait pas être annulée. Le comité a décidé en 2019 que M. Netanyahu n’avait pas à rendre le reste de l’argent au motif qu’il avait été utilisé pour la défense juridique de son épouse, Sara Netanyahu.

Netanyahu fait face à des accusations de fraude et d’abus de confiance dans une affaire de cadeaux illicites reçus d’autres riches bienfaiteurs. Milikowsky aurait été interrogé par la police dans le cadre de l’enquête, connue sous le nom d’affaire 1000, dans laquelle le Premier ministre est soupçonné d’avoir reçu environ un million de shekels, la plupart en cigares et en champagne. M. Netanyahu aurait affirmé avoir acheté certains des cigares qu’il aurait reçus avec son propre argent, tandis que d’autres auraient été achetés avec de l’argent liquide que lui aurait donné M. Milikowsky.

M. Netanyahu, qui est aujourd’hui chef de l’opposition à la Knesset, est également accusé de fraude et d’abus de confiance dans deux autres affaires concernant l’octroi d’avantages réglementaires en échange d’une couverture médiatique favorable, ainsi que de corruption dans l’une d’entre elles.

Il nie tout acte répréhensible et son procès dans ces affaires doit reprendre en septembre.

Le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahou, et son épouse Sara Netanyahou assistent à une célébration de la fête de l’Indépendance des États-Unis à Avenue dans Airport City, le 3 juillet 2018. (Crédit: Miriam Alster/Flash90)

Une affaire distincte connue sous le nom de « l’affaire des actions » a été classée par Mandelblit en octobre. Elle concerne des allégations selon lesquelles Netanyahu aurait profité illicitement de plusieurs millions de dollars en vendant des actions d’une société à Milikowsky. Le bureau de Mandelblit s’est penché sur ces allégations pendant près d’un an et demi, après que des reportages télévisés ont affirmé que Netanyahu avait réalisé un rendement suspect de plus de 700 % sur les actions qu’il détenait dans Seadrift Coke.

M. Mandelblit a reconnu que le Premier ministre a peut-être reçu des avantages importants de son cousin dans cette affaire, mais il n’est pas certain qu’il l’ait fait sciemment. Il a également noté que le délai de prescription a expiré depuis longtemps pour les soupçons potentiels de fraude et d’abus de confiance dans l’affaire de 2007.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...