Iran : Israël, cause des crises régionales, menace pour la paix mondiale
Rechercher

Iran : Israël, cause des crises régionales, menace pour la paix mondiale

Avant le jour de la Nakba, alors que les Palestiniens déplorent la création de l'Etat juif, Téhéran a appelé les "habitants de la terre" à un référendum pour déterminer leur avenir

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des soldats israéliens accueillent le Premier ministre David Ben Gurion à Haïfa. L'une des 26 rares photos de la guerre d'indépendance de 1948 qui seront mises aux enchères par l'hôtel des ventes Kedem de Jérusalem en mai 2019. (Kedem Auction House)
Des soldats israéliens accueillent le Premier ministre David Ben Gurion à Haïfa. L'une des 26 rares photos de la guerre d'indépendance de 1948 qui seront mises aux enchères par l'hôtel des ventes Kedem de Jérusalem en mai 2019. (Kedem Auction House)

Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré mardi qu’Israël est la cause principale des crises au Moyen Orient et a suggéré la tenue d’un référendum parmi tous les habitants de ce qu’il a appelé « le territoire historique palestinien » pour décider de son avenir politique dans le cadre des mesures de la communauté internationale pour mettre fin aux « crimes du régime sioniste ».

Le ministère a publié un communiqué avant le jour de la Nakba, qui commémore la « catastrophe » qui a frappé les Palestiniens du fait de la création d’Israël en 1948.

« Le 14 mai 1948, les territoires ont été témoins de l’un des événements les plus douloureux de l’histoire de l’islam et du monde, et depuis lors, les habitants de ce pays n’ont connu ni paix ni confort », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Le jour de la Nakba, une entité illégitime appelée régime sioniste, soutenue par les Etats-Unis, est née et a occupé le territoire palestinien », poursuit le communiqué. « Elle s’est poursuivie avec la guerre, la criminalité et l’occupation, et est devenue aujourd’hui un facteur majeur à l’origine de toutes les crises régionales et des menaces réelles contre la paix et la sécurité mondiales ».

L’Iran a appelé la communauté internationale, « et en particulier les Nations unies, à mettre fin à l’occupation systématique de la Palestine » et à parvenir à la création d’un Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale.

L’Iran a déclaré que la communauté internationale est censée « faire un pas décisif en avant après plus de sept décennies d’occupation du territoire palestinien historique pour mettre fin à l’occupation et aux crimes et atrocités subséquents du régime sioniste, et fournir les conditions nécessaires au retour des réfugiés palestiniens sur leurs terres ancestrales ».

Le communiqué suggérait la tenue d’un référendum « avec la participation de tous les principaux habitants du pays, y compris musulmans, chrétiens et juifs, pour déterminer son système politique ».

Illustration de la marche du jour de la Nakba à Ramallah, le 17 mai 2016. (Bahaa Nasr / WAFA)

Les factions palestiniennes à Gaza se mobilisent pour une marche de masse vers la clôture de la frontière israélienne à l’occasion de la Nakba, qui est marquée chaque année par des manifestations souvent violentes le 15 mai, jour suivant la date à laquelle Israël a déclaré son indépendance en 1948.

Les États arabes ont réagi à la déclaration de 1948 en attaquant le jeune État juif dans ce qui est devenu la guerre d’indépendance d’Israël. Pendant les combats, quelque 700 000 Palestiniens ont quitté le pays ou ont été chassés de force.

Cette année, la période tendue de la journée de la Nakba coïncide avec le concours de l’Eurovision de la chanson, organisé en Israël.

Israël célèbre sa fête de l’indépendance « Yom HaAtsmaout » sur la base de la date hébraïque de la déclaration originale, qui était cette année jeudi dernier.

L’ambassade des Etats-Unis en Israël a lancé mardi une alerte de sécurité aux citoyens américains, avertissant que des terroristes palestiniens pourraient perpétrer des attentats en Israël et en Cisjordanie au cours des prochains jours et soulignant que « des incidents sur le plan sécuritaire peuvent survenir bien au-delà de Gaza et sa périphérie et à tout moment ».

L’Iran est l’un des principaux bailleurs de fonds des groupes terroristes au Moyen Orient, et en particulier du Hezbollah au Liban et du Hamas dans la bande de Gaza, qui ont tous deux jurés de détruire Israël.

Les tensions entre les États-Unis et l’Iran ont augmenté la semaine dernière d’un cran après l’annonce par Washington du transfert d’un groupe de porte-avions et de bombardiers stratégiques dans la région en réponse à une menace iranienne non spécifiée.

Michael Bachner a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...