Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Iran : le négociateur sur le nucléaire, Ali Bagheri, nommé à la tête de la diplomatie

Ali Bagheri a été désigné "responsable du comité des relations extérieures du gouvernement", a annoncé le porte-parole du gouvernement

Ali Bagheri Kani, négociateur en chef iranien sur le nucléaire, après des entretiens au Palais de Cobourg, lieu de négociations du Plan d'action global conjoint (JCPOA) à Vienne, le 4 août 2022. (Crédit : Alex Halada/AFP)
Ali Bagheri Kani, négociateur en chef iranien sur le nucléaire, après des entretiens au Palais de Cobourg, lieu de négociations du Plan d'action global conjoint (JCPOA) à Vienne, le 4 août 2022. (Crédit : Alex Halada/AFP)

Le négociateur en chef iranien du dossier du nucléaire, Ali Bagheri, a été nommé lundi à la tête de la diplomatie de l’Iran à titre provisoire après le décès du ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, dans un accident d’hélicoptère.

M. Bagheri a été désigné « responsable du comité des relations extérieures du gouvernement », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Ali Bahadori Jahromi, alors que les tensions sont fortes entre l’Iran et Israël dans le contexte de la guerre à Gaza.

Considéré comme un proche du guide suprême Ali Khamenei, M. Baghéri, 56 ans, avait été nommé en septembre 2021 vice-ministre des Affaires étrangères et négociateur en chef chargé du dossier nucléaire.

Après la conclusion de l’accord en 2015, M. Bagheri avait reproché à plusieurs reprises à l’ancien gouvernement modéré du président Hassan Rouhani d’avoir accepté des restrictions sur le programme nucléaire du pays et d’avoir permis aux « étrangers » d’accéder aux sites iraniens.

Toutefois, en septembre 2023, il a défendu les négociations avec l’Occident et critiqué « ceux qui, sous couvert de défense des valeurs, tentent de donner à la négociation un aspect antivaleurs ».

Ces individus « veulent en réalité priver la République islamique d’un outil clé et important pour garantir les intérêts nationaux », avait déclaré M. Bagheri, cité par des médias locaux.

Les négociations sont au point mort depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien en 2018, à l’initiative du président d’alors, Donald Trump.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.