« Israël à l’heure des Nations » au Campus francophone de Netanya
Rechercher

« Israël à l’heure des Nations » au Campus francophone de Netanya

Au programme : Marc-Alain Ouaknin, Fréderic Encel, Raphaël Enthoven... La séance inaugurale se tiendra le 18 novembre avec un hommage à Josy Eisenberg

Le grand rabbin Josy Eisenberg, est décédé le 8 décembre 2017 en Normandie. Il est inhumé à Jérusalem (Crédit: capture d'écran Youtube)
Le grand rabbin Josy Eisenberg, est décédé le 8 décembre 2017 en Normandie. Il est inhumé à Jérusalem (Crédit: capture d'écran Youtube)

Pour l’ouverture de son cycle 2018-2019, le Campus francophone du Netanya Academic College propose un cycle de conférences intitulé « Israël à l’heure des Nations », reprenant le titre du livre éponyme d’Emmanuel Lévinas.

L’Institut Lévinas est d’ailleurs le partenaire de cette saison.

Ce cycle de conférences propose d’explorer « les nouveaux défis géopolitiques et éthiques que doit relever Israël dans une région et un monde en mutation ».

« Nous évoquerons d’abord la mémoire de Josy Eisenberg », explique la présidente du Campus Claude Brightman, « car c’est un de ceux qui a fait perdurer la transmission et l’héritage du peuple juif avec une foi inébranlable au lendemain de la Shoah ».

Lors de la séance inaugurale proposée par Marc Eisenberg et Steve Suissa, le rabbin Daniel Epstein et Marc-Alain Ouaknin qui l’ont côtoyé, prendront la parole pour évoquer la figure du grand rabbin Josy Eisenberg.

Josy Eisenberg est décédé le 8 décembre 2017 à l’âge de 83 ans.

A LIRE : Un dimanche matin sans Josy Eisenberg

Cette saison 2017-2018 accueillera plusieurs intellectuels français dont Raphaël Enthoven qui viendra parler de la notion de radicalisme, Frederic Encel, le démographe Sergio Della Pergola, Haim Amsellem, Emmanuel Navon etc…

« Nous serons accompagnés dans cette démarche », déclare la présidente, « par le docteur Denis Charbit et le professeur Gérard Rabinovitch qui sont les mentors et directeurs académiques de ces rencontres ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...