Rechercher

Israël adopte les normes alimentaires européennes pour baisser le coût de la vie

Le Premier ministre assure que cette mesure de simplification permettra de faire baisser le prix des productions locales et des importations israéliennes

Le Premier ministre Yair Lapid dévoile une initiative visant à réduire le prix des aliments, le 28 septembre 2022. (Courtoisie)
Le Premier ministre Yair Lapid dévoile une initiative visant à réduire le prix des aliments, le 28 septembre 2022. (Courtoisie)

Le gouvernement a approuvé un plan visant à adopter les normes européennes de sécurité alimentaire, qui vont se substituer à une grande partie des directives israéliennes, afin de lutter contre le coût élevé de la vie.

La mesure s’appliquera à la fois à la production et aux importations, entre autres, de légumes en conserve, pâtes, riz, bonbons, épices, soupes instantanées, condiments et produits laitiers.

« Les Israéliens reviennent toujours [d’Europe] en disant : ‘Mais pourquoi est-ce tellement moins cher à Berlin ?’ Parce que Berlin s’appuie sur des normes européennes, qui sont moins chères. Nous allons donc les adopter en Israël », a déclaré le Premier ministre Yair Lapid dans une déclaration vidéo.

Israel est l’un des pays de l’OCDE avec le coût de la vie le plus élevé, généralement attribué à un manque de concurrence entre importateurs et fabricants israéliens, libres d’augmenter les prix à leur guise, ainsi qu’à des restrictions à l’importation dissuasives pour les firmes étrangères.

La décision d’adopter les normes européennes a été prise par un comité interministériel, dirigé par Yoel Bris, l’ex-conseiller juridique du ministère des Finances, avec dans ses rangs des représentants du ministère de la Santé, de l’Économie, des Finances, de la Justice, de la protection des consommateurs et de la concurrence.

L’entrée en vigueur des normes alimentaires européennes est fixée au 1er janvier prochain. À cette date, 97 des 127 normes alimentaires actuellement en vigueur cesseront de s’appliquer aux importations.

Pour les producteurs israéliens, ces 97 normes seront éliminées dans les quatre années à venir, à raison de 60 le 1er janvier prochain, 21 en 2024, 1 en 2025 et les 15 dernières, le 1er août 2026. Par ailleurs, 19 normes de qualité seront réduites le 1er janvier prochain.

Le comité interministériel a, en outre, recommandé qu’Israël adopte les normes de contrôle de qualité américaines et européennes pour le miel, l’huile d’olive, le café instantané et le café torréfié, et permette aux importateurs et fabricants de décider quelle norme ils souhaitent suivre.

Avant que cela puisse entrer en vigueur, la loi régissant ces produits devra être amendée.

« Le comité s’est donné un seul principe pour autoriser le maintien de normes israéliennes : que leur élimination risque d’entraîner un vide réglementaire dommageable à la santé publique », a précisé le gouvernement dans un communiqué.

Le Conseil des ministres estime que cette décision aidera à lutter contre la hausse du coût de la vie.

« Aligner les réglementations israéliennes sur celles qui sont acceptées dans le monde entier est indispensable pour encourager la concurrence et faire baisser les prix pour les consommateurs. Nul besoin de réinventer la roue ou d’ajouter de nouveaux services, coûteux et superflus », a commenté le ministre des Finances, Avigdor Liberman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...