Israël célèbre le 48e Yom Yeroushalayim ; violences dans la Vieille Ville
Rechercher

Israël célèbre le 48e Yom Yeroushalayim ; violences dans la Vieille Ville

"Les forces de l'ordre feront preuve d'une tolérance zéro contre toute manifestation de violence physique ou verbale", a prévenu la police

Des femmes palestiniennes brandissant une écharpe en faveur  de la Palestine alors que de jeunes israéliens brandissent leur drapeau national dans la "marche des drapeaux" passant devant la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem lors des célébrations de Yom Yeroushalayim, le 17 mai 2015. (Crédit photo: AFP / Jack Guez)
Des femmes palestiniennes brandissant une écharpe en faveur de la Palestine alors que de jeunes israéliens brandissent leur drapeau national dans la "marche des drapeaux" passant devant la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem lors des célébrations de Yom Yeroushalayim, le 17 mai 2015. (Crédit photo: AFP / Jack Guez)

Israël célèbre dimanche le 48e anniversaire de la « réunification » de Jérusalem après l’occupation en 1967 de la partie orientale de la ville où se déroulera une marche traversant le quartier musulman de la Vieille Ville.

Deux policiers ont été blessés dans des affrontements entre « dizaines » de Palestiniens et la police à la porte de Damas, a indiqué la police. Deux manifestants palestiniens ont été arrêtés.

Lors de cette « marche aux drapeaux », qui a commencé à partir de 16H00 locales, des milliers de participants défileront dans la Vieille Ville pour se rendre au mur Occidental, le lieu le plus sacré du judaïsme en passant par le quartier musulman.

Pour tenter de prévenir des incidents, la police a déployé d’importants renforts d’hommes en uniforme et en civil, a indiqué un communiqué de la police.

« Les forces de l’ordre feront preuve d’une tolérance zéro contre toute manifestation de violence physique ou verbale », a prévenu la police.

En début de soirée, une cérémonie officielle en présence de Benjamin Netanyahu et du président Reuven Rivlin se tiendra à la « colline des munitions », un mémorial et un musée militaire situés à Jérusalem-Est.

La « Paix Maintenant », une ONG israélienne opposée à la construction dans les Territoires a dénoncé dans une bannière publicitaire publiée dimanche en une du Haaretz, cette « journée de Jérusalem » en soulignant que « dans les quartiers arabes de Jérusalem vivent 2 500 colons (résidents juifs israéliens des implantations) au cœur d’une population de 300 000 Palestiniens ».

« Jérusalem-Est n’est pas ma capitale », proclame ce mouvement en énumérant une liste de 10 quartiers palestiniens de la ville.

Gush Shalom (le bloc de la paix), une organisation de gauche, également opposée à la construction a appelé à un contre-rassemblement dans la journée sur le parvis de la municipalité pour dénoncer « cette Journée de Jérusalem devenue l’occasion pour les groupes extrémistes (israéliens) de propager la haine, le racisme et la violence ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...