Israël élu 11e nation la plus heureuse du monde pour la 5e année consécutive
Rechercher
C'est quoi le bonheur pour vous ?

Israël élu 11e nation la plus heureuse du monde pour la 5e année consécutive

Le rapport de l'ONU montre aussi que l’Etat juif figure parmi les pays les moins tolérants vis-à-vis des migrants ; la Finlande en tête de liste

Les Israéliens observent une patrouille de l'armée de l'air en démonstration lors du 69e jour de l'Indépendance d'Israël à Jérusalem, le 2 mai 2017 (Yonatan Sindel / Flash90)
Les Israéliens observent une patrouille de l'armée de l'air en démonstration lors du 69e jour de l'Indépendance d'Israël à Jérusalem, le 2 mai 2017 (Yonatan Sindel / Flash90)

Israël a conservé sa place de 11e pays le plus heureux du monde pour la cinquième année consécutive, a rapporté le « World Happiness Report 2018 » des Nations unies publié mercredi.

Les « Territoires palestiniens » sont arrivés à la 104e place, le Liban à la 88e place, la Jordanie à la 90e place et la Syrie à la 150e place sur une liste de 156 pays.

Le rapport, qui évalue aussi pour la première fois 117 pays par le bonheur et le bien-être de leurs immigrants, avance que les Juifs qui ont immigré en Israël depuis l’ancien Union soviétique ont une vie bien meilleure qu’avant leur émigration, même s’ils restent confrontés à divers problèmes. Le rapport classe Israël 12e sur sa liste concernant « le taux de bonheur pour ceux nés à l’étranger ».

Cependant, il place également Israël, qui fêtera son 70e anniversaire d’indépendance en mai, parmi les pays les moins tolérants vis-à-vis des migrants.

Le classement d’Israël à la 11e place a été aidé par son système de santé. Le rapport a placé l’Etat juif en sixième position concernant l’amélioration de l’espérance de vie, derrière le Japon, l’Islande, l’Italie, la Suisse et le Canada.

Le World Happiness Index 2018 (World Happiness Report)

Aux Etats-Unis, en revanche, l’espérance de vie était inférieure de 4,3 points de la moyenne de ces cinq premiers pays, et cet écart « s’est probablement encore creusé en 2016 en raison de la baisse de l’espérance de vie aux Etats-Unis ».

Concernant la tolérance envers les immigrants, le document constate que les pays les moins acceptants sont ceux d’Europe, directement touchés par la récente crise des migrants. Israël, l’Egypte, l’Irak et la Jordanie sont également visés, sur la zone Moyen-Orient et Afrique du nord. Les autres pays concernés sont l’Afghanistan, le Pakistan, le Myanmar, la Thaïlande et la Mongolie.

Incluant 156 pays dans l’étude et se basant sur des facteurs tels que la liberté des citoyens, le produit intérieur brut, les dépenses de santé et l’absence de corruption, l’enquête annuelle place les pays scandinaves au sommet. Les fans de ski, de saunas et du Père Noël ne seraient pas surpris d’apprendre que la Finlande est l’endroit où il fait le plus bon vivre.

Les nations nordiques d’Europe dominent le classement depuis sa première publication en 2012. En atteignant la place de numéro une, la Finlande a cette année relégué la Norvège voisine à la deuxième place.

Le Danemark, l’Islande, la Suisse, les Pays-Bas, le Canada, la Nouvelle-Zélande, la Suède et l’Australie complètent le top 10. Les Etats-Unis tombent à la 18e place par rapport à leur 14e place de l’année dernière. Le Royaume-Uni arrive 19e.

Relativement homogène, la Finlande compte environ 300 000 étrangers et résidents d’origine étrangère sur ses 5,5 millions d’habitants. Ses plus grands groupes d’immigrants viennent d’autres pays européens, mais on y trouve aussi des communautés venues d’Afghanistan, de Chine, d’Irak et de Somalie.

John Helliwell, co-rédacteur en chef du World Happiness Report et professeur émérite d’économie à l’université de la Colombie-Britannique, a souligné que tous les pays du top 10 général se trouvaient dans le top 10 du classement de bonheur des immigrants. Selon lui, le bonheur d’un pays semblerait ainsi contagieux à l’ensemble de sa société.

« La conclusion la plus frappante du rapport est la cohérence remarquable entre le bonheur des immigrés et celui de ceux nés sur place », a déclaré Helliwell. « Ceux qui se déplacent vers des pays plus heureux y gagnent, tandis que ceux qui se déplacent vers des pays moins heureux y perdent. »

Meik Wiking, directeur général du Happiness Research Institute basé à Copenhague, a déclaré que les cinq pays nordiques qu’on retrouve en tête du classement « apportent quelque chose de positif en termes d’édification de bonnes conditions visant à apporter une vie meilleure ».

Selon lui, le taux de bonheur révélé dans l’enquête découle d’une liberté personnelle et de sécurité dans la société – des points qui l’emportent sur les taux de taxation, parmi « les plus élevés du monde ».

« En résumé, (les pays nordiques) sont forts pour convertir la richesse en bien-être », a déclaré Wiking. Selon lui, les conclusions du classement des immigrés « montrent que les conditions dans lesquelles nous vivons ont beaucoup d’importance pour notre qualité de vie et que le bonheur n’est pas seulement une question de choix ».

Les Etats-Unis se sont classés au 11e rang du premier classement et n’ont jamais figuré parmi les 10 premiers pays. Pour expliquer sa chute au 18e rang, les auteurs du rapport ont cité plusieurs facteurs.

« Les Etats-Unis font face à une crise de santé publique complexe et de plus en plus grave, impliquant des épidémies d’obésité, de dépendance aux opioïdes et de troubles dépressifs majeurs, tous à un niveau plus important que les normes mondiales », indique le rapport.

Le document ajoutait que le « système socio-politique » aux Etats-Unis produisait plus d’inégalité de revenu – un facteur majeur contribuant au malheur – que d’autres pays ayant des revenus relativement élevés.

Les Etats-Unis ont également vu décliner « la confiance, la générosité et le soutien social, et ce sont quelques-uns des facteurs qui expliquent pourquoi certains pays sont plus heureux que d’autres », a déclaré Wiking.

Vendredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a souligné les scores constamment élevés d’Israël dans le classement mondial du bonheur, faisant valoir qu’il s’agissait là d’une preuve que les Israéliens, et en particulier les jeunes Israéliens, avaient conscience de ses contributions pour le pays.

S’adressant à Mark Levin, animateur d’un talk-show pour Fox News, lors de son voyage officiel aux Etats-Unis, Netanyahu, impliqué dans plusieurs enquêtes de corruption, a déclaré : « Et les gens disent : ‘Comment ça se fait ? Ça doit être un coup de chance’. [Le rang d’Israël] ne cesse d’augmenter et ils affirment : ‘Comment ça peut être possible ? Ce pays se trouve dans une horrible zone, vous avez le terrorisme, l’islam radical, de nombreux défis’, mais pourtant nous surpassons la plupart des pays du monde », a déclaré Netanyahu.

« Ils disent : ‘Oui, mais ce sont les anciens, ils sont tranquilles, leur vie se passe bien, mais qu’en est-il des jeunes ?’ Vous savez où ils [les jeunes] arrivent [dans le classement] ? Numéro cinq ! Ce qui signifie qu’ils ont une réelle confiance en l’avenir, et c’est parce que je pense qu’ils apprécient et… Voilà ce qui me motive et m’anime : Comment s’assurer que l’Etat juif a un avenir pérenne en termes de sécurité et de prospérité… et même de paix si on arrive à l’obtenir. Le peuple d’Israël, je pense, s’identifie à cela. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...