Rechercher

Israël : L’agression de Rushdie « attaque nos valeurs », prouve la brutalité de l’Iran

Lapid dénonce la tentative de meurtre, résultat de « décennies d’incitation à la haine ». Biden condamne une attaque « vicieuse »

Hadi Matar, 24 ans, arrive pour sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, New York, le 13 août 2022. Matar est accusé d’avoir attaqué à l’arme blanche Salman Rushdie. (AP Photo/Gene J. Puskar)
Hadi Matar, 24 ans, arrive pour sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, New York, le 13 août 2022. Matar est accusé d’avoir attaqué à l’arme blanche Salman Rushdie. (AP Photo/Gene J. Puskar)

Le Premier ministre Yair Lapid a condamné, samedi soir, la tentative de meurtre de l’auteur britannico-indien Salman Rushdie, qu’il a présentée comme un attentat contre les libertés, conséquence d’années d’incitation à la haine de la part du régime iranien.

« L’agression de Salman Rushdie est un attentat contre nos libertés et nos valeurs. C’est le résultat de décennies d’incitation à la haine menées par le régime extrémiste de Téhéran », a écrit Lapid sur Twitter samedi soir.

« Au nom du peuple d’Israël, nous lui souhaitons un prompt rétablissement. »

Le vice-ministre des Affaires étrangères Idan Roll a également dénoncé le régime iranien suite à l’agression de Rushdie lors d’une conférence dans la ville de Chautauqua, dans l’État de New York.

« L’attaque choquante d’hier contre Salman Rushdie est une preuve supplémentaire de la brutalité et de l’extrémisme du régime iranien, qui traque et persécute les libres-penseurs partout dans le monde depuis des décennies », a déclaré samedi Roll.

« L’Iran est une menace pour le monde libre », a-t-il poursuivi.

Le président américain Joe Biden a qualifié l’attaque de « vicieuse » et a dit prier pour le rétablissement de Rushdie.

« Salman Rushdie – sa vision de l’humanité, son sens inégalé de l’histoire, son refus de se laisser intimider ou réduit au silence – représente des idéaux essentiels et universels. Vérité. Courage. Résilience », a déclaré Biden dans un communiqué.

« Nous réaffirmons notre engagement envers ces valeurs profondément américaines et sommes solidaires de Rushdie et de tous ceux qui défendent la liberté d’expression », a-t-il ajouté.

Salman Rushdie, à gauche, et Shimon Pères, à droite, lors d’un petit déjeuner en l’honneur de l’auteur israélien Amos Oz, le 24 septembre 2008 dans l’Upper East Side de Manhattan, à New York. (Flickr/David Shankbone/CC BY)

Selon des témoins, Rushdie avait pris place sur scène et s’apprêtait à prendre la parole à l’institut Chautauqua, à Chautauqua, New York, lorsque Matar est monté sur scène et l’a poignardé à plusieurs reprises avant d’être neutralisé par le personnel et des spectateurs. Matar a finalement été menotté et placé en garde à vue.

Dans un état grave, Rushdie a été placé sous respirateur artificiel samedi. Selon son agent Andrew Wylie, les nerfs de l’un des bras de Rushdie ont été sectionnés et son foie a été atteint, et il « perdra probablement un œil ».

Samedi, Matar a été inculpé de tentative de meurtre et d’agression, ont annoncé les procureurs.

Samedi également, la députée travailliste Emilie Moatti dénonçait l’attaque et sa célébration dans la presse iranienne et sur les réseaux sociaux.

« La tentative d’assassinat de l’écrivain Salman Rushdie est une nouvelle tentative de la part de fanatiques extrémistes et haineux de l’humanité de se faire entendre », a-t-elle déclaré sur Twitter. « Que des scènes de réjouissance se déroulent à Téhéran est un coup de poignard dans le cœur de ceux qui croient en l’humain. »

Le député Yisrael Beytenu Yossi Shain a également condamné la célébration de l’attentat en Iran.

« Les cris de joie, en Iran, après l’attaque au couteau dont a été victime Salman Rushdie sont la continuation d’une lutte de civilisations », a écrit Shain sur Twitter. « L’attaque brutale dont a été victime cet homme est le fruit d’un poison qui s’est profondément répandu dans le monde entier, jusqu’ici. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...