Israël lance un « programme d’urgence pour le capital humain » dans le high tech
Rechercher

Israël lance un « programme d’urgence pour le capital humain » dans le high tech

Les entreprises qui acceptent de former et d'aider les candidats à trouver un emploi pourront bénéficier de subventions s'élevant à plusieurs milliers de shekels par travailleur

Une équipe travaille sur un projet de high tech (Crédit photo : Nati Shohat/Flash90)
Une équipe travaille sur un projet de high tech (Crédit photo : Nati Shohat/Flash90)

L’Autorité israélienne de l’innovation et les ministères des Finances et de l’Economie ont lancé un « programme d’urgence de stimulation du capital humain » pour le secteur du high tech, devant la hausse de taux de chômage provoquée par la pandémie de coronavirus.

Ce programme vise à encourager la formation des travailleurs et à les aider à trouver des emplois dans le secteur du high tech. Il offrira des subventions aux employeurs et aux prestataires de formation professionnelle qui proposent des programmes de formation et de recrutement de salariés à des postes de recherche et développement (R&D) et à des postes de soutien à la R&D. Grâce à ce nouveau programme, environ 3 000 employés recevront une formation professionnelle au cours de l’année à venir, a déclaré l’Autorité israélienne de l’innovation dans un communiqué.

L’idée est de fournir des subventions de 25 000 à 45 000 NIS par travailleur aux entreprises de formation ou aux entreprises technologiques qui cherchent à former au moins 10 travailleurs pour une période allant jusqu’à 12 mois.

Pour être éligibles à la subvention, les entreprises devront s’assurer que les travailleurs seront employés dans les six mois suivant la fin de la formation, pour au moins six mois, a expliqué Anya Eldan, vice-présidente de l’Autorité israélienne de l’innovation et directrice de la division Start-up, lors d’un entretien téléphonique. La majeure partie de la subvention, 75 %, sera versée lorsque les employés seront embauchés à l’issue de leur formation.

Anya Eldan, directrice de la division « Start-up » de l’Autorité israélienne de l’innovation. (Autorisation de l’agence)

« Des centaines de milliers de personnes sont à la recherche d’un emploi », a déclaré Eldan. Parmi elles, environ 150 000 travailleurs ayant une formation académique et technique pourraient être formés pour répondre aux besoins de l’écosystème technologique, a-t-elle dit.

La pandémie de coronavirus a stoppé l’activité économique en Israël, le pays ayant imposé un deuxième confinement pour lutter contre les niveaux records d’infection. Selon l’Agence pour l’emploi israélienne, quelque 936 712 personnes ont déposé une demande de chômage, dont 595 667 travailleurs en congé sans solde.

Le nouveau programme de formation ne vise pas nécessairement à ce que les nouveaux travailleurs deviennent des programmeurs ou des ingénieurs – un processus qui peut prendre des années – mais à leur donner les compétences numériques dont ils ont besoin pour devenir un maillon actif dans la transformation numérique qui a été accélérée par le coronavirus, où de plus en plus d’entreprises et d’activités se sont déplacées en ligne pour aider à maintenir les règles de distanciation sociale, a déclaré Eldan.

« De nombreuses nouvelles professions ont besoin de personnes formées au numérique », a déclaré Eldan. Une personne diplômée en économie, par exemple, peut facilement être formée à la vente numérique, dit-elle, ou pour fournir un soutien technique ou une assurance qualité.

Le programme d’urgence est une réponse à la grave crise de l’emploi provoquée par la pandémie de coronavirus, et fait partie des recommandations du groupe de travail sur l’emploi dirigé par le directeur général du ministère de l’Economie et de l’Industrie, a déclaré l’Autorité de l’innovation dans un communiqué ce dimanche.

Le groupe de travail a identifié un besoin urgent d’offrir des opportunités d’emploi pertinentes à des centaines de milliers de demandeurs d’emploi à fort potentiel, y compris des universitaires et des diplômés de l’université.

Le nouveau programme apportera un soutien aux demandeurs d’emploi dans divers domaines technologiques, tels que l’informatique et l’assurance qualité (SDR, DevOps), ainsi que pour la R&D et les cyberprofessions, selon le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...