Rechercher

Israël va assouplir les règles relatives aux importations de marchandises

Le ministère de l'Economie indique que des milliers d'articles - électronique, lunettes, jouets - qui répondent déjà aux normes internationales bénéficieront de la réforme

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Des personnes font du vélo sur les routes vides de Jérusalem lors de Yom Kippour, le jour de l'expiation et la plus sainte des fêtes juives, le 16 septembre 2021. (Flash90)
Des personnes font du vélo sur les routes vides de Jérusalem lors de Yom Kippour, le jour de l'expiation et la plus sainte des fêtes juives, le 16 septembre 2021. (Flash90)

Israël poursuit ses plans de mise en œuvre de réformes réglementaires visant à réduire le coût élevé de la vie, en publiant cette semaine une liste de produits qui pourraient bientôt ne plus nécessiter l’approbation des normes réglementaires nationales en plus de la certification internationale des produits et des licences des États-Unis et de l’UE.

Cette mesure vise à accroître la concurrence pour des produits tels que l’électronique, les lunettes et les jouets et à faire baisser les prix pour les consommateurs en renonçant à des processus de certification locaux fastidieux qui peuvent faire grimper les coûts pour les importateurs. L’institution de normalisation d’Israël, un organisme gouvernemental, est chargée de garantir la sécurité et la conformité des produits et délivre des marques de normalisation et des certifications aux importateurs.

Le ministère de l’Economie et de l’Industrie a fait circuler lundi une liste provisoire de milliers d’articles qui devraient être intégrés à ces réformes, afin de recueillir les « commentaires du public ». Une liste définitive sera disponible à une date ultérieure, a indiqué le ministère. Les réformes doivent entrer en vigueur en juin.

« Les réformes que nous menons devraient augmenter l’offre [de marchandises], le nombre de produits et le nombre d’importateurs, et faire baisser le prix pour les consommateurs », a déclaré la ministre de l’Économie Orna Barbivai dans l’annonce.

La ministre israélienne de l’Économie Orna Barbivai assiste à une conférence de presse au Parlement israélien pour discuter des conditions de travail des internes en médecine israélienne, qui ont manifesté par centaines ces dernières semaines, le 6 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’idée est de faciliter davantage les importations « en s’appuyant sur le respect des normes étrangères dans d’autres pays développés », a-t-elle noté.

« Les bicyclettes qui sont bonnes pour Amsterdam sont aussi bonnes pour Tel Aviv », a plaisanté le ministre des Finances Avigdor Liberman. « C’est une nouvelle étape dans l’ajustement de la réglementation en Israël à ce qui est courant dans les pays développés. L’allègement du fardeau réglementaire, en particulier pour les petites entreprises, devrait accroître la concurrence et réduire le coût de la vie. »

Le ministère de l’Economie a déclaré que les procédures standard pour les marchandises provenant d’autres pays sont également examinées.

Selon les documents du ministère, les processus réglementaires assouplis s’appliqueront à des articles tels que les lunettes et les lunettes de soleil, les bicyclettes pour adultes et pour enfants, les couverts en céramique et en verre, les batteries de voiture, les berceaux pour bébés et les poussettes, les jouets pour enfants de plus de trois ans, les lave-vaisselle, les climatiseurs, les machines à laver et les sèche-linge, entre autres.

L’immeuble du ministère israélien de l’Economie à Jérusalem (Capture d’écran : Google Maps)

Certains articles seront soumis à de brefs tests standard, tels que la présence de plomb, tandis que d’autres seront soumis à l’inspection d’un produit par envoi. Pour d’autres articles, les importateurs devront seulement soumettre une déclaration de conformité aux normes.

Les réformes « réduiront considérablement les coûts pour les importateurs, qui s’élèvent à des millions de shekels par an, a déclaré le ministère, ajoutant qu’il « s’attend à ce que cet allégement se traduise immédiatement par une réduction des prix pour les consommateurs. »

Le ministère a ajouté qu’il s’attendait également à ce que de nouveaux importateurs entrent sur le marché afin d’accroître la concurrence « tant pour la gamme de produits que pour leurs prix. »

Mercredi, Globes a rapporté que le ministère des Finances envisageait d’assouplir la réglementation sur les importations parallèles de véhicules.

Selon le rapport, Israël compte 14 importateurs officiels de voitures autorisés par les constructeurs automobiles et 35 autres importateurs parallèles de voitures, qui achètent des véhicules directement aux concessionnaires sur les marchés étrangers. Mais les importateurs parallèles sont soumis à davantage de paperasserie et à des procédures douanières coûteuses qui entravent la concurrence. Selon le rapport, un assouplissement de la réglementation pourrait aider les importateurs parallèles de voitures à se livrer à une concurrence plus loyale et à réduire les coûts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...