Israël veut que les contribuables paient la moitié d’un nouveau gazoduc
Rechercher

Israël veut que les contribuables paient la moitié d’un nouveau gazoduc

L'Autorité du gaz naturel voudrait que le public finance à hauteur de 350 millions de shekels le projet ; pour les opposants, l'accord profite aux exploitants et non aux citoyens

La plate-forme du champ de gaz naturel Leviathan en mer Méditerranée photographiée depuis la plage de Dor, au nord d'Israël, le 31 décembre 2019. (Jack Guez/AFP)
La plate-forme du champ de gaz naturel Leviathan en mer Méditerranée photographiée depuis la plage de Dor, au nord d'Israël, le 31 décembre 2019. (Jack Guez/AFP)

Le gouvernement a donné au public jusqu’au 1er mars, un jour avant les élections en Israël, pour se prononcer sur les projets visant à allouer jusqu’à 350 millions de shekels (87,5 millions d’euros) de l’argent des contribuables pour subventionner la moitié des coûts d’un nouveau gazoduc pour le gaz naturel.

La nouvelle infrastructure proposée, qui doit être construite au large de la côte sud d’Israël, entre Ashdod et Ashkelon, aidera un consortium privé à acheminer le gaz naturel d’Israël vers l’Égypte dans le cadre d’un accord bilatéral, estimé à 19,5 milliards de dollars, signé l’année dernière.

Les principaux partenaires des champs gaziers israéliens de Tamar et Leviathan – Delek Drilling d’Yitzhak Tshuva et Noble Energy, basée au Texas – ont convenu l’année dernière de fournir à l’Égypte quelque 85 milliards de mètres cubes de gaz naturel, à partir de cette année.

Dans le cadre de ce plan, les deux sociétés ont finalisé un montage de 520 millions de dollars pour acheter le gazoduc qui relie Ashkelon, sur la côte sud d’Israël, et El Arish, dans la péninsule du Sinaï en Égypte. Le gaz israélien a commencé à circuler vers l’Égypte le mois dernier.

Une photo non datée du ministre de l’Energie Yuval Steinitz (à droite) et du ministre égyptien du Pétrole Tarek El-Molla s’exprimant lors d’une précédente réunion du Eastern Mediterranean Gas Forum, au Caire, en Egypte. (Ministère israélien de l’Energie/Autorisation)

Dans les plans originaux du champ de Tamar, qui a commencé à fonctionner en 2013, Noble et Delek étaient censés construire deux pipelines. L’un, qui a finalement été construit, va du puits à une plate-forme de traitement au large des côtes d’Ashdod. L’autre devait s’étendre jusqu’à Ashkelon, où commence la conduite vers El Arish.

À l’époque, les sociétés ont fait pression pour empêcher la construction du pipeline supplémentaire vers Ashkelon, et le gouvernement a accédé à leur demande.

Le gaz du Leviathan, qui est traité juste au large de la plage de Dor, dans le nord d’Israël, est transféré à Ashdod par un gazoduc existant.

Mais une fois l’accord signé l’année dernière avec l’Egypte, la question était de savoir comment acheminer tout le gaz d’Ashdod à Ashkelon, à 16 kilomètres au sud.

Le seul moyen pour Noble et Delek était d’utiliser un gazoduc terrestre existant entre les deux endroits, qui est censé fournir du gaz au seul public israélien.

Maintenant que ce tuyau est utilisé pour approvisionner l’Égypte ainsi qu’Israël, et étant donné que la demande devrait augmenter, il est nécessaire de construire un conduit supplémentaire.

Question en jeu : Qui devrait payer pour le nouveau pipeline ?

En 2014, le Conseil du gaz naturel du ministère de l’énergie a décidé que si de nouveaux gazoducs devaient être construits pour l’exportation de gaz, les coûts seraient entièrement à la charge des entreprises privées concernées.

Aujourd’hui, Delek et Noble affirment que la nouvelle canalisation servira les clients israéliens tout en contribuant à l’accord égyptien. Ils affirment que, comme le gazoduc existant atteindra bientôt sa pleine capacité, un nouveau gazoduc est nécessaire pour acheminer le gaz d’Ashdod à la centrale électrique de Rutenberg, qui fonctionne au charbon et qui doit être convertie au gaz.

Apparemment convaincu, le conseil propose maintenant de définir le nouveau gazoduc comme « à usage mixte » et d’ordonner qu’en tant que tel, le public israélien paie la moitié des dépenses.

La nouvelle pipeline coûtera environ 700 millions de shekels (175 millions d’euros).

Les cheminées de gaz de combustion de la centrale au charbon d’Ashkelon, le 28 août 2008. (Chen Leopold/Flash90)

La décision de l’Autorité du gaz naturel de donner au public la possibilité de se prononcer (sur ce qui est une question extrêmement complexe, expliquée de manière compliquée dans un avis publié en hébreu en ligne mercredi) intervient après le fait que le conseil n’a pas réussi, depuis plusieurs années, à nommer deux représentants du public au sein de son conseil de décision, comme cela était requis.

Lobby99, une organisation à but non lucratif à financement participatif créée pour représenter le public face aux lobbyistes employés par les entreprises, affirme que si Delek et Noble n’utilisaient pas la pipeline existant pour l’accord avec l’Égypte, les citoyens israéliens n’auraient pas besoin d’une pipeline supplémentaire et ne devraient donc pas avoir à en payer une nouvelle.

« Selon notre évaluation, les consommateurs israéliens n’ont pas besoin du nouveau gazoduc, donc le coût total devrait être supporté par les compagnies de gaz », a déclaré Ariel Paz-Sawicki, directeur de la recherche du Lobby99 et spécialiste du gaz naturel de l’organisation. « Cette proposition ne profitera qu’aux compagnies de gaz, et si elle est adoptée, elle le sera sans aucun représentant du public, contrairement à ce qu’exige la loi ».

Paz-Sawicki a déclaré que Noble et Delek prévoient d’envoyer jusqu’à trois milliards de mètres cubes (bcm) en Egypte l’année prochaine. Lobby99 a consulté des experts, qui ont calculé qu’il ne fallait pas plus de 2,6 milliards de m3 pour la centrale de Rutenberg.

La solution évidente serait de réserver le nouveau gazoduc au gaz destiné à l’Égypte et d’utiliser celui qui existe déjà pour la centrale électrique, plutôt que l’inverse, a-t-il dit, auquel cas Delek et Noble devraient prendre en charge tous les coûts de construction.

M. Paz-Sawicki s’est également demandé pourquoi l’Autorité du gaz naturel propose que le public paie 50 %. Dans les règlements adoptés en 2014, le calcul avait été fait au prorata – en d’autres termes, si Israël devait utiliser 10 % de la capacité de tout nouveau gazoduc, le gouvernement accorderait une subvention de 10 %.

Pourquoi l’Égypte, pays riche en gaz naturel, a-t-elle choisi d’acheter à Israël ?

L’Égypte a fourni du gaz naturel à Israël jusqu’en 2012, date à laquelle, dans le sillage du printemps arabe, des attaques djihadistes sur une section de la pipeline dans la péninsule du Sinaï ont interrompu les approvisionnements et plongé Israël dans une crise énergétique.

Il y a environ trois ans, suite à de nouvelles découvertes de gaz offshore, l’Égypte est devenue un exportateur net de gaz.

Selon les chiffres de 2017, l’Égypte détient 77 trillions de pieds cubes de réserves de gaz prouvées, ce qui équivaut à 37,9 fois sa consommation annuelle.

Avec tant de réserves, elle approvisionne actuellement la Jordanie en gaz, via un gazoduc existant, et expédie du gaz liquéfié (GNL) vers des pays tels que la Turquie et Singapour.

Avec des prix mondiaux du gaz naturel maintenant inférieurs à 2 dollars par kilowattheure (kWh), le gaz égyptien aurait pu introduire une certaine concurrence sur le marché monopolisé du gaz naturel israélien. La Compagnie israélienne d’Electricité [CIE] verse actuellement aux propriétaires du champ de Tamar plus de 6 dollars par kWh grâce à un accord qu’elle a signé et qui la verrouille sur des prix qui ne font qu’augmenter avec le temps. La CIE verse aux propriétaires du Leviathan 4,78 dollars par kWh.

Ariel Paz-Sawicki. (Autorisation)

Paz-Sawicki explique que c’est cette possibilité de concurrence qui a poussé Noble et Delek à acheter le gazoduc Israël-Egypte et à faire en sorte que les ventes de gaz égyptien à Israël n’aient jamais lieu.

Bien qu’ils possèdent moins de 50 % de la pipeline, ils en ont le plein contrôle opérationnel.

Lundi, le Lobby99 a rencontré Delek Drilling au tribunal de la concurrence à Jérusalem pour la première série d’audiences sur la requête du premier selon laquelle l’achat du pipeline aurait dû être interdit pour des raisons d’antitrust, ou devrait être modifié pour permettre une concurrence adéquate.

« Si l’Égypte nous fournissait aujourd’hui, je pense que nous paierions environ 4 dollars, ce qui est plus que ce que l’Égypte obtient sur le marché européen, où la concurrence est féroce », a-t-il déclaré. « Les seuls perdants seraient Delek Drilling et Noble Energy. Ce pourrait être une situation gagnant-gagnant pour l’Égypte et pour Israël ».

L’explication de la volonté de l’Égypte d’acheter du gaz à Israël, plutôt que l’inverse, est apparemment liée à une autre décision gouvernementale qui, à première vue, semble avoir fait avancer les intérêts des compagnies de gaz naturel, au détriment du public israélien.

Elle a accepté de réduire une amende pour les arrêts de gaz égyptien vers Israël en 2012, de 1,7 milliard de dollars, comme l’avait demandé la Chambre de commerce internationale, à seulement 500 millions de dollars, et d’abandonner d’autres réclamations connexes.

Une déclaration du ministère de l’Energie a indiqué qu’un représentant du public avait siégé au Conseil du gaz naturel jusqu’en mars 2019 et que le conseil avait déjà demandé à l’Autorité des entreprises publiques vers la fin de 2018 d’en nommer un autre. L’autorité des entreprises a répondu que le conseil pouvait légalement fonctionner sans ces représentants, mais le ministère, selon la déclaration, a considéré la représentation du public comme importante et a donc demandé à nouveau et attend une réponse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...