Je suis pédiatre et je vois tous les jours des enfants atteints de coronavirus
Rechercher

Je suis pédiatre et je vois tous les jours des enfants atteints de coronavirus

À New York, les professionnels de santé sont débordés, ne testent pas les enfants ni ne les reçoivent si modérément malades, tandis que les agents tombent de plus en plus malades

Des hommes juifs respectent la "distanciation sociale" alors qu'ils prient devant le siège mondial du mouvement Habad Loubavitch à Brooklyn, New York, le 20 mars 2020. (AP/Mark Lennihan)
Des hommes juifs respectent la "distanciation sociale" alors qu'ils prient devant le siège mondial du mouvement Habad Loubavitch à Brooklyn, New York, le 20 mars 2020. (AP/Mark Lennihan)

NEW YORK (JTA) – Je suis une pédiatre qui exerce depuis 15 ans dans un cabinet médical au cœur de Williamsburg, à Brooklyn. Nous sommes au service de la communauté hassidique locale et nous voyons divers autres patients de Brooklyn, du Lower East Side de Manhattan et du Queens.

Lorsque le coronavirus est apparu à New Rochelle, les prestataires médicaux de New York ont compris qu’il affecterait notre secteur de façon imminente. Pour les médecins vivant et/ou pratiquant dans des communautés religieuses où se rassemblent un grand nombre de personnes, il était clair que nos communautés seraient particulièrement menacées.

La semaine dernière, j’étais impatiente de trouver des moyens de contenir l’impact du virus dans notre bureau. J’ai consacré beaucoup de temps à discuter avec le département de la santé de la ville de New York, dans l’espoir de trouver un moyen de protéger le personnel du bureau – et donc aussi les patients et leurs parents. Lorsque nous avons obtenu des équipements de protection individuelle pour le personnel (masques chirurgicaux, blouses et gants), j’espérais que nous étions en avance sur la situation.

En quelques jours, ces espoirs ont été anéantis.

Le Dr Alysa Frenkel-Schick, pédiatre à New York. (JTA)

Comme le nombre de cas a augmenté de façon exponentielle, les écoles et les synagogues de la communauté où je vis ont fermé de façon préventive et les gens ont compris, à contrecœur, la nécessité de s’isoler socialement. Lors du dernier Shabbat, les rues étaient vides.

Dans la communauté où je pratique, le changement a pris quelques jours de plus. Mes patients me demandaient constamment s’il y avait vraiment de quoi s’inquiéter, car tout semblait normal. Les écoles, les synagogues et les rues étaient remplies. Les mariages étaient célébrés dans de grandes salles, tandis que les personnes décédées étaient pleurées lors des funérailles et des shiva. Pour ceux dont la vie est complètement centrée sur la communauté et l’observance religieuse, le coronavirus a exigé que tout leur mode de vie change immédiatement et complètement.

Aujourd’hui, l’écrasante majorité des habitants des communautés hassidiques comprend le danger de la pandémie et le besoin d’isolement qui en résulte, mais les quelques jours supplémentaires qui se sont écoulés ont entraîné une énorme propagation de la maladie dans la communauté.

Je suis confronté au virus de façon répétée tout au long de la journée : maux de gorge sévères avec vertiges ou faiblesse, toux, « je ne me sens pas bien » et parfois douleurs abdominales modérées. Enfant après enfant, je ne peux qu’espérer que mon masque est en place – et m’inquiéter du nombre de personnes qui doivent incuber le virus dans ma communauté. Des amis prestataires de soins de santé rapportent des expériences similaires de bureaux débordés par le nombre de patients malades, les médecins et le personnel étant eux aussi de plus en plus malades.

Les professionnels de la santé sont maintenant invités à ne pas examiner les enfants qui ne sont que modérément malades, et notre bureau ne teste plus systématiquement les enfants pour le virus. Il y a une forte probabilité que les enfants qui ne se sentent pas bien aient le COVID-19, mais une faible probabilité qu’ils soient médicalement menacés.

En quittant leur domicile pour venir au bureau, eux et leurs parents ne font que mettre en danger le personnel de santé et les adultes avec lesquels ils peuvent entrer en contact. Au lieu de cela, l’approche la plus sûre pour nous et nos patients semble être de limiter les contacts, une plus grande partie de notre travail étant effectuée par téléphone ou par télémédecine.

Une patiente porte un masque de protection alors qu’elle est placée dans une ambulance aux urgences du Brooklyn Hospital Center à New York, le 18 mars 2020. (AP/John Minchillo)

Certains parents ont insisté pour me demander d’écouter les poumons de leur enfant ou de vérifier s’il y a une angine. Après avoir été la pédiatre de leur famille depuis la naissance de leurs enfants, il est très difficile de dire non – de leur dire que tant que votre enfant mange bien et n’a pas trop de difficultés à respirer, s’il vous plaît, ne l’amenez pas. En fin de compte, si un parent estime que son enfant a besoin d’être vu, je vois l’enfant. Il est difficile de croire que prendre soin de mes patients pourrait maintenant être la mauvaise chose à faire.

Les choses ont changé chez moi. Le soir, je rentre du travail, je jette mes vêtements dans la buanderie et je vais directement à la douche. Je dors seule et je ne mets plus mon enfant de 8 ans au lit. Nous avions l’habitude de lire un livre et de dire le Shema avant qu’il s’endorme, mais maintenant je n’ai pas d’autre choix que de réduire mon interaction physique avec lui.

Je me sens coupable de risquer de ramener le virus à la maison et de mettre en danger la santé de ma famille pour pouvoir soigner d’autres familles. Je sais qu’il faudra un certain temps avant que je puisse rendre visite à mes parents, qui ont plus de 70 ans. Pour la première fois, la fête de Pessah sera célébrée cette année loin de nos familles.

Mon mari et mes enfants sont très heureux de rester à la maison et de s’isoler. S’ils tombaient malades, Dieu nous en préserve, le mode de transmission serait à cause de moi. Je ne peux pas m’empêcher de me demander si je suis vraiment un prestataire de soins nécessaire ou si je dois aussi rester à la maison.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...