Rechercher

Jets de pierres sur des manifestants anti-Netanyahu: Un père et son fils interpellés

La police a indiqué que les intéressés vivaient a Rishon Lezion, lieu de l’agression survenue ce samedi

Capture d’écran d’une vidéo d’une manifestation contre l’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu à Rishon Lezion, le 4 septembre 2022. (Crédit : Twitter)
Capture d’écran d’une vidéo d’une manifestation contre l’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu à Rishon Lezion, le 4 septembre 2022. (Crédit : Twitter)

Un homme et son fils adolescent ont été interpellés, soupçonnés d’avoir blessé deux personnes par des jets de pierres visant des manifestants anti-Netanyahu, a annoncé la police, dimanche.

Les deux hommes sont originaires de Rishon Lezion, dans le centre du pays, où s’est produite l’attaque contre la manifestation, la veille au soir.

La police a précisé que le fils était âgé de 16 ans et que la détention provisoire des deux hommes pourrait être prolongée pour les besoins de l’enquête.

Des membres de l’organisation de gauche « Crime minister » ont déclaré au site d’information Ynet que les deux hommes étaient arrivés à bord d’un véhicule tout-terrain au niveau de Gesher Rishonim, le pont reliant Rishon Lezion à la ville de Ness Ziona, et avaient jeté des pierres sur les manifestants.

Deux manifestants âgés de 60 ans, légèrement blessés, ont été conduits au centre hospitalier Assaf Harofeh.

Haim Trivax, qui souffre d’une blessure à la tête, a déclaré à Ynet que deux hommes « qui semblaient frères » ont attaqué le groupe à coups de pierres, sous les yeux d’un adulte et d’une petite fille.

Les agresseurs ont pris la fuite avant l’arrivée des forces de police.

Les militants du « Crime minister  » font campagne pour empêcher le retour au pouvoir du chef de l’opposition Netanyahu à l’issue des prochaines élections du 1er novembre. Ils organisent des manifestations tous les samedis soirs sur des ponts, à travers tout le pays. L’organisation considère le chef du parti Likud comme le « ministre du crime » en raison des accusations portées contre lui alors qu’il était encore en fonction. Son procès pour corruption est en cours.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

La police a ouvert une enquête sur les circonstances de l’incident et recueilli des témoignages sur place.

Shuli Amir, l’un des organisateurs de la manifestation, a déclaré au quotidien Haaretz que les agresseurs s’étaient dans un premier temps postés sous le pont et avaient commencé à provoquer verbalement la foule.

Sans réponse des manifestants, l’un des agresseurs, explique Amir, serait sorti du véhicule et aurait « jeté des pierres en direction du pont » sans blesser personne.

Les hommes se seraient ensuite approchés du pont avec leur véhicule et auraient attaqué les manifestants, ajoute-t-il.

Une vidéo tournée par des manifestants montre deux personnes qui interpellent le cortège sur le pont. Les manifestants continuent d’avancer en direction des hommes, qui se retirent avant de leur jeter des pierres, jusqu’à ce que l’un des manifestants s’effondre.

« C’est un incident très grave », a déclaré le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, au micro du radiodiffuseur public Kan, ajoutant que l’affaire était prioritaire pour la police.

Ce n’est pas la première fois que des militants anti-Netanyahu sont agressés physiquement par des militants de droite. De pareilles agressions s’étaient notamment produites au plus fort de manifestations organisées en 2020, alors que le chef de l’opposition était Premier ministre.

Des sondages récents indiquent que ni les partis anti-Netanyahu ni ceux fidèles à l’ex-Premier ministre ne sont susceptibles de recueillir suffisamment de sièges à la Knesset pour former un gouvernement à l’issue du prochain scrutin, le cinquième depuis 2019.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...