Rechercher

Joe Biden a « hâte » de se rendre en Israël cette année

Le président et le Premier ministre israélien se sont entretenus au téléphone de divers sujets : la mort d'un chef de l'EI, le programme nucléaire iranien et l'Ukraine

Le Premier ministre Naftali Bennett, à droite, lors de sa rencontre avec le président américain Joe Biden au Bureau ovale, à la Maison Blanche de Washington, le 27 août 2021. (Crédit :(GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett, à droite, lors de sa rencontre avec le président américain Joe Biden au Bureau ovale, à la Maison Blanche de Washington, le 27 août 2021. (Crédit :(GPO)

Le Premier ministre Naftali Bennett et le président américain Joe Biden se sont entretenus dimanche soir lors d’un rare appel téléphonique, pour discuter de la menace nucléaire iranienne, de la campagne contre l’État islamique, du conflit russo-ukrainien et d’autres défis sécuritaires.

Il s’agissait du troisième appel téléphonique entre les deux dirigeants depuis que Bennett a pris ses fonctions en juin 2021. Bennett a profité de l’occasion pour inviter une nouvelle fois Biden à lui rendre visite, et le dirigeant américain a déclaré qu’il le ferait probablement plus tard dans l’année. Aucune date n’a été fixée.

Le Premier ministre a félicité Biden pour l’opération américaine de la semaine dernière qui s’est soldée par la mort du chef du groupe Etat islamique (EI), Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi. « Le monde est plus sûr grâce aux efforts courageux des forces américaines », a déclaré le Premier ministre au président, selon le compte rendu israélien.

Selon les reportages des médias israéliens, les États-Unis avaient prévenu Israël avant le raid des forces spéciales américaines de jeudi, au cours duquel le chef terroriste s’est fait exploser, tuant avec lui sa femme et ses enfants. Al-Qurayshi a déjà détenu le « dossier Israël » au sein de l’EI, ce qui a probablement mis Israël en situation de fournir des renseignements à ses homologues américains sur leur cible avant la mission.

La maison dans laquelle le chef de l’État islamique Abou Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi est mort lors d’un raid nocturne des forces spéciales américaines, dans la ville d’Atme, dans la province d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie, le 3 février 2022. (Crédit : Abdulaziz Ketaz/AFP)

Le bureau de Bennett a également déclaré que les deux hommes ont discuté des menaces posées par l’Iran dans la région, ainsi que des « mesures visant à bloquer le programme nucléaire iranien ».

Vendredi, l’administration Biden a rétabli certains allégements de sanctions pour le programme atomique civil de l’Iran, après que les puissances mondiales ont, semble-t-il, fait des progrès dans les négociations à Vienne visant à relancer l’accord nucléaire du Plan global d’action conjoint (JCPOA). Washington a précisé que les dérogations étaient légalement nécessaires pour permettre à l’Iran d’apporter des modifications à ses installations nucléaires afin que Téhéran se conforme à nouveau à l’accord de 2015.

L’ancien président Donald Trump s’est retiré de l’accord en 2018 – trois ans après sa signature – et a mis en œuvre une campagne de sanctions « pression maximale » contre l’Iran, qui a répondu en violant de plus en plus les termes de l’accord et en déployant des efforts exponentiels pour acquérir une arme nucléaire.

Biden a pris ses fonctions en s’engageant à revenir à l’accord tout en négociant un accord ultérieur « plus long et plus solide » qui viserait à limiter le programme de missiles balistiques de l’Iran ainsi que son soutien aux milices mandataires dans toute la région. Mais les discussions concernant ce dernier accord se sont largement estompées, les États-Unis étant confrontés à un nouveau régime iranien dirigé par le président ultra-radical Ebrahim Raïssi, qui s’est montré moins intéressé que son prédécesseur par la relance de l’accord sur le nucléaire, sans parler de la négociation d’un accord supplémentaire avec les États-Unis.

Mohammad Eslami, chef de l’agence nucléaire iranienne, à gauche, et le gouverneur pour l’Iran auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Kazem Gharib Abadi, quittent la conférence générale de l’AIEA à Vienne, en Autriche, au mois de septembre 2021. (Crédit : AP Photo/Lisa Leutner, File)

Les États-Unis affirment que les semaines à venir seront cruciales pour déterminer si l’accord peut être sauvé, bien que l’administration utilise un calendrier aussi vague depuis au moins un mois.

Lors d’une réunion du cabinet tenue plus tôt dans la journée de dimanche, Bennett a laissé entendre qu’Israël pourrait lancer une frappe militaire contre l’Iran même si la République islamique et les puissances mondiales relancent leur accord nucléaire de 2015.

« Nous sommes responsables de la gestion du programme nucléaire iranien et, bien sûr, nous surveillons les négociations de Vienne. « Notre position est connue et claire : un accord – selon les termes affichés – nuira à la capacité de traiter le programme nucléaire. Quiconque pense qu’un accord renforcera la stabilité se trompe.

« Il retardera temporairement l’enrichissement, mais nous tous, dans la région, en paierons un prix lourd et disproportionné », a-t-il ajouté.

Le président américain Joe Biden s’exprime depuis la salle à manger d’État de la Maison-Blanche, à Washington, le 3 septembre 2021. (AP Photo/ Susan Walsh)

L’administration Biden, en revanche, soutient que l’accord sur le nucléaire est préférable à l’alternative actuelle, qui ne prévoit aucune restriction de l’activité nucléaire de l’Iran. Jérusalem soutient que l’Iran cédera s’il est soumis à des sanctions et à une menace militaire crédible.

Israël craint que la relance de l’accord nucléaire entre l’Iran et les puissances mondiales ne laisse Téhéran à quelques mois seulement de disposer de suffisamment de matières fissiles pour fabriquer une bombe atomique, a rapporté samedi la télévision israélienne.

L’accord initial empêchait l’Iran de disposer d’un an avant d’acquérir suffisamment de matière nucléaire pour fabriquer une bombe, mais ce délai s’est réduit depuis que Trump s’est retiré de l’accord.

Lors de l’appel téléphonique de dimanche, Biden et Bennett ont également discuté du conflit en cours entre la Russie et l’Ukraine. Israël a cherché à éviter de prendre position en faveur de l’une ou l’autre partie en raison de ses relations relativement bonnes avec les deux, alors que les États-Unis ont intensifié leur rhétorique contre Moscou ces dernières semaines.

Bennett a terminé l’appel en invitant le président et la première dame Jill Biden en Israël. Il a lancé une telle invitation pour la première fois lors de sa visite à la Maison Blanche en août dernier.

« Le président a remercié le Premier ministre pour son invitation à se rendre en Israël et a déclaré qu’il avait hâte d’y aller au cours de l’année », selon un communiqué de la Maison Blanche.

M. Biden a fait part de son « soutien indéfectible » à la sécurité d’Israël et de son « soutien total » au réapprovisionnement du système de défense aérienne Dôme de fer, selon la Maison Blanche.

Les deux hommes ont également évoqué la crainte d’une invasion russe en Ukraine, selon le communiqué.

Un responsable israélien a déclaré au site d’information Walla que l’appel avait duré environ 30 minutes.

Le communiqué américain publié plus tard dans la nuit de dimanche à lundi était relativement similaire au communiqué israélien, mais mentionnait l’engagement de Biden à développer les partenariats au Moyen-Orient « comme l’illustrent les Accords d’Abraham, avec les Israéliens et les Palestiniens bénéficiant des mêmes mesures de sécurité, de liberté et de sécurité ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...