Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Kisch défend le principal qui a interdit à un élève de mettre ses tefillin en public

Selon le ministre de l'Éducation, la vidéo de l'incident ne reflète pas la réalité des faits, le lycée Ostrovsky de Raanana autorisant de telles pratiques dans les salles de classe

Illustration : Un homme juif priant avec des tefillin et un talit lors d'une prière de masse, sur la place HaBima, à Tel Aviv le 2 août 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Illustration : Un homme juif priant avec des tefillin et un talit lors d'une prière de masse, sur la place HaBima, à Tel Aviv le 2 août 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le ministre de l’Éducation Yoav Kisch a défendu les actions d’un directeur d’école qui a été filmé en train de dire à un élève de cesser de mettre ses tefillin – phylactères de prière juifs – dans un espace public.

Shaï Stern, du lycée Ostrovsky de Raanana, ne s’est pas opposé dans la vidéo à ce que le rituel soit effectué dans l’enceinte de l’école, comme l’ont supposé de nombreux téléspectateurs, mais a appliqué la politique de l’école selon laquelle les élèves peuvent mettre les tefillin à l’intérieur des salles de classe, a déclaré Kisch jeudi.

« Il est important de connaître les faits avant de porter un jugement », a écrit Kisch sur X, anciennement Twitter.

L’incident survenu à Ostrovsky, l’un des lycées les plus prestigieux du pays, coïncide avec un débat animé qui s’est intensifié cette année à la suite de la refonte du système judiciaire du gouvernement sur le rôle de la religion dans la société.

Les utilisateurs conservateurs juifs de X, et d’ailleurs, ont présenté la vidéo comme une preuve de l’extrémisme anti-religieux des laïcs.

Dans la vidéo, on entend Stern dire calmement à un élève qui met ses tefillin : « Tu étudies dans une école publique et tu dois donc respecter les règles que j’ai édictées. Arrête maintenant, avant que je ne me fâche. »

On entend alors un autre élève interpeler Stern. « Comment ça ? Serions-nous revenus à l’époque de l’Empire romain, où le culte juif était interdit ? »

Cependant, Kisch a fait remarquer que le règlement d’Ostrovsky, un lycée public situé dans une ville où au moins 15 % de la population est pratiquante, autorise la pose quotidienne de tefillin dans l’enceinte des salles de classe.

Le ministre de l’Éducation Yoav Kisch à la Knesset, à Jérusalem, le 15 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les tefillin sont constitués de deux petites boîtes en cuir noir munies de longues lanières de cuir. Les boîtes contiennent des rouleaux de parchemin sur lesquels sont inscrits des versets de la Torah. L’une des boîtes est portée sur le bras et l’autre sur le front. Les adeptes du mouvement Habad Loubavitch sollicitent souvent, dans un but de sensibilisation, les passants juifs, en particulier dans les régions largement laïques, pour qu’ils mettent les tefillin. De nombreux Israéliens laïcs s’opposent à cette initiative, qu’ils considèrent comme du prosélytisme inapproprié dans l’espace public. Ces dernières années, de multiples manifestations d’hostilité ont été enregistrées à l’égard des « solliciteurs de tefillin ».

Plus tôt dans la journée de jeudi, le tribunal de Tel Aviv a rejeté un recours déposé contre la décision de la municipalité d’interdire l’installation d’une mehitza – sorte de cloison ou de barrière utilisée pendant les prières pour séparer les hommes des femmes – lors d’un office de prière de masse réunissant environ 2 000 personnes, la plupart vêtues de blanc, à la fin du Grand Pardon, Yom Kippour, qui a lieu sur le Kikar Dizengoff depuis 2019.

Des hommes et des femmes assis ensemble lors d’un événement organisé par Rosh Yehudi sur le Kikar Dizengoff qui comprenait également un espace avec mehitza, à Tel Aviv, le 11 novembre 2022. (Crédit : Rosh Yehudi)

La municipalité a déclaré que l’installation d’une mehitza, porterait atteinte de manière excessive à la libre circulation des personnes. L’organisation à l’origine de l’initiative de prière, Rosh Yehudi, a déclaré que cela l’empêcherait d’organiser l’office de Neïlah conformément à la halakha – la loi juive orthodoxe, ce qui signifierait donc qu’il serait annulé.

Les opposants à cette prière publique estiment qu’il s’agit d’une démonstration de force des conservateurs religieux de nuire au mode de vie laïc et libéral de Tel Aviv, qui viole également les droits des femmes. Ses partisans ont contesté cette affirmation, qualifiant l’événement de manifestation d’unité qui respecte les femmes et les avantages du culte pour les hommes et les femmes dans le cadre de la séparation par sexe.

La décision de la ville, appréciée par de nombreux habitants pour son caractère libéral, fait suite aux protestations des défenseurs des causes laïques, dont Reuven Ladianski, membre du conseil municipal qui se présente aux élections municipales d’octobre.

De nombreux opposants au gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu estiment que sa refonte judiciaire – conçue pour limiter fortement le pouvoir du pouvoir judiciaire – profite aux Juifs pratiquants, car elle limite la capacité des tribunaux à renverser des politiques prétendument discriminatoires.

Les partisans de la refonte affirment qu’elle vise à redonner du pouvoir à une majorité conservatrice, alors que la Haute Cour était jugée « trop activiste ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.