Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

« La chaleur nous tue » : travailler par 50 degrés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Ces régions sont particulièrement exposés aux effets du dérèglement climatique et affrontent des températures à la limite du supportable

Des Irakiens nagent dans le Tigre pour combattre la chaleur à Bagdad, en Irak, le 13 juillet 2023. (Hadi Mizban/AP)
Des Irakiens nagent dans le Tigre pour combattre la chaleur à Bagdad, en Irak, le 13 juillet 2023. (Hadi Mizban/AP)

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, particulièrement exposés aux effets du dérèglement climatique, affrontent des températures à la limite du supportable. Mais en Irak, en Syrie, en Tunisie et en Arabie saoudite, certains sont forcés de travailler dans la chaleur.

Forgeron en Syrie : « la chaleur nous tue »

Depuis son modeste atelier de la ville d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, Mourad Haddad affronte les flammes pour forger le fer.

« On fabrique tout de nos propres mains. On se lève tôt pour éviter la chaleur », explique à l’AFP Mourad, 30 ans.

Avec ses cinq frères, ils se relaient pour perpétuer le savoir-faire hérité de leur grand-père, sous une chaleur caniculaire.

« Ma vie est une souffrance », peut-on lire tatoué sur son avant-bras, tandis qu’il frappe un morceau de fer.

De temps à autre, il retire sa chemise pour essuyer la sueur qui coule de sa barbe, puis boit une tasse de thé sous un vieux ventilateur suspendu au plafond.

Les pompiers tentent d’arrêter le premier incendie dans le gouvernorat de Lattaquié, dans l’ouest de la Syrie, le 29 juillet 2023. (Omar Sanadiki/AP)

« On reste devant le feu pendant au moins cinq ou six heures, jusqu’à deux ou trois heures de l’après-midi, ça nous consume », souffle-t-il. « La chaleur nous tue. J’ai six enfants, et je peux à peine subvenir à leurs besoins. Si on ne travaille pas, on ne peut pas joindre les deux bouts ».

Livreur à Bagdad : 50°C sur le bitume

A 30 ans, Maoula al-Taï livre des repas dans Bagdad sur sa mobylette pétaradante. Quand le thermomètre dépasse les 50 degrés, comme en début de semaine, il est l’un des seuls à s’aventurer dans les rues désertes.

« On a parfois 52, 53, 54 degrés. Ce n’est pas normal. Personne ne peut supporter ça ! ».

Pour se protéger de la chaleur, Maoula revêt un passe-montagne qui lui couvre la bouche et le nez.

L’Irak est l’un des cinq pays les plus exposés à certains effets du changement climatique, selon l’ONU. Le pays traverse sa quatrième année consécutive de sécheresse.

En Tunisie, la canicule dans les champs

Munjia Deghbouj, 40 ans, habite le village d’El Hababsa, l’une des campagnes prospères de la région de Siliana, dans le nord-ouest de la Tunisie.

Elle a été interviewée par l’AFP le 27 juillet dans une période de canicule aussi intense qu’inhabituelle en Tunisie, les températures frôlant les 50 degrés à l’ombre le 25 juillet à Tunis.

Munjia a modifié ses horaires et se réveille chaque jour à l’aube pour se rendre au travail.

Elle parcourt environ 7 kilomètres à pied pour atteindre son champ, où elle cultive du poivron et de la pastèque.

« Je me lève à quatre heures du matin, je prépare mon panier et le petit déjeuner pour mes enfants. Je pars à pied vers cinq heures pour travailler jusqu’à deux heures (14H00), puis je rentre à pied », dit-elle. « Nous commençons à travailler très tôt, dans l’espoir de rentrer avant que la température ne devienne trop élevée ».

En Irak, des bonbonnes de gaz sur le dos

A Nassiriyah, dans le sud de l’Irak, il a fait 51 degrés en début de semaine. Atheer Jassim, la quarantaine, est livreur de gaz. Et lorsqu’il rentre chez lui après une journée passée dans la canicule, il constate bien souvent… qu’il n’y a pas d’électricité. Car en Irak, les délestages [coupures] peuvent atteindre jusqu’à 12 heures par jour.

Quand la fatigue est trop forte, Atheer, père de huit enfants, se « repose cinq ou dix minutes. Je m’asperge la tête d’eau, je me repose et c’est reparti ».

Il livre les bobonnes de gaz chez les particuliers en les portant de sa camionnette jusque chez les clients. Malgré le travail harassant, Atheer dit ne pas pouvoir s’arrêter, car il souhaite que ses enfants « terminent leurs études ».

Les sauveteuses saoudiennes « restent en forme »

Dans l’est de l’Arabie saoudite, les stations balnéaires du Golfe offrent un peu de répit face aux grandes chaleurs. Mais pour les sauveteuses, les journées sont longues.

« Nous faisons très attention à rester en forme lorsque nous travaillons dans les fortes chaleurs estivales », explique Amani al-Felfel, qui travaille depuis plus de dix ans à Khobar, où les températures peuvent grimper jusqu’à 50 degrés. « Nous nous entraidons. Si l’une d’entre nous est fatiguée, une autre la remplace ».

Pour se rafraîchir au cours de ses journées de travail de huit ou neuf heures, elle prend des douches.

« Quand je rentre chez moi, je prends une douche avec l’eau la plus froide possible. Ça me permet de me relaxer et d’oublier la chaleur », dit-elle.

La sauveteuse saoudienne Amani Al-Felfel se tient debout à la station balnéaire de Sunset Beach dans la ville d’al-Khobar, dans le golfe saoudien, le 14 août 2023. (Rania SANJAR / AFP)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.