La collecte “Adopte un nazi” dépasse son objectif de 150 000 dollars
Rechercher

La collecte “Adopte un nazi” dépasse son objectif de 150 000 dollars

Lancée le 17 août avec un objectif minimum de 10 000 dollars, la campagne avait atteint sa cible en 24 heures

Joey Gibson, organisateur du rassemblement annulé d'extrême-droite de la Prière des patriotes à San Francisco, le 23 août 2017 (Capture d'écran : Vidéo Facebook)
Joey Gibson, organisateur du rassemblement annulé d'extrême-droite de la Prière des patriotes à San Francisco, le 23 août 2017 (Capture d'écran : Vidéo Facebook)

La collecte de fonds ‘Adopte un nazi’ (mais pas en vrai), une réponse au rassemblement en faveur de la « liberté d’expression » qui avait été prévue à San Francisco, a atteint – et dépassé – son objectif de 150 000 dollars.

La campagne, lancée par l’avocat Cody Harris de San Francisco et par l’Association du barreau de la ville, demande de donner une petite somme d’argent au Southern Poverty Law Center en « parrainant » chaque participant susceptible de se rendre à la manifestation. Ils étaient 300 à être attendus.

Ce rassemblement, qui devait être organisé samedi soir, a été annulé vendredi soir par ses organisateurs, une association d’extrême-droite appelée la « prière des patriotes » avec à sa tête Joey Gibson, originaire de Portland, dans l’Oregon.

« Cela ne semble pas sûr. Un grand nombre de vies vont être mises en danger », a commenté Gibson dans un post sur Facebook. Il a également indiqué que des « tonnes d’extrémistes » avaient prévu de se montrer lors de cette manifestation, qui pouvait potentiellement tourner à « l’émeute ».

Lancée le 17 août avec un objectif minimum de 10 000 dollars, la campagne avait dépassé sa cible en 24 heures. L’objectif avait donc été revu à la hausse, d’abord à 100 000 dollars puis à 125 000 dollars.

Dimanche matin, cette campagne lancée sur GoFundMe, dont les fonds seront versés au Southern Poverty Law Center, avait récolté plus de 155 000 dollars et elle a relevé son objectif à 165 000 dollars lundi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...