Israël en guerre - Jour 142

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

La famille Bira du kibboutz Beeri, les deux parents et leurs deux filles tués

Les restes de cinq membres de la famille luso-israélienne Bira ont été découverts plusieurs semaines après le massacre du 7 octobre

La famille Bira (de gauche à droite) : Oron, Yasmin, Tahel et Tahir. (Crédit : Réseaux sociaux)
La famille Bira (de gauche à droite) : Oron, Yasmin, Tahel et Tahir. (Crédit : Réseaux sociaux)

Les habitants du kibboutz Beeri, Oron Bira, 52 ans, originaire du Portugal, sa femme, Yasmin Laura Bira, 51 ans, originaire d’Argentine, leurs filles, Tahir, 22 ans, et Tahel, 15 ans, ainsi que le frère aîné d’Oron, Tal, 62 ans, ont tous été assassinés par le Hamas lors du massacre du 7 octobre dernier qui a coûté la vie à quelque 1 200 personnes.

Dans le chaos qui a suivi cette journée, leurs amis, proches et résidents du kibboutz se sont accrochés à l’espoir, imaginant qu’ils aient pu être pris en otage et conduits à Gaza. Mais deux semaines plus tard, on a appris que les corps des cinq membres de la famille avaient été découverts et identifiés.

La famille a été inhumée lors d’une cérémonie commune au Moshav Hogla, dans la vallée de Hefer.

L’unique rescapé de la famille est Yahav, le frère aîné de Tahir et Tahel.

Un mois avant l’attaque, Oron et Yasmin s’étaient rendus au Portugal pour obtenir leur passeport portugais et déposer une demande pour leurs enfants.

La sœur jumelle de Yasmin, Dalia Fishman, a évoqué leur dernière conversation. S’adressant à la presse argentine, elle s’est souvenue du message WhatsApp de Yasmin, le matin de l’attaque, lui disant que toute la famille s’était cachée dans un abri lorsque « cinq terroristes » avaient envahi le kibboutz. Yasmin y disait sa peur.

Yasmin l’ignorait encore, mais les terroristes étaient plus de 100 à avoir pris d’assaut le kibboutz.

Dans une interview accordée à la chaine portugaise SIC Noticias, la sœur de Tal et Oron, Batia Bira, a rapproché l’effroi de ce jour-là à la Shoah. Elle a décrit les efforts désespérés de la famille pour rester silencieuse et tapie dans l’obscurité pour ne pas se faire repérer. Oron lui avait fait part de la gravité de la situation, alors que les terroristes tentaient de forcer leur porte.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.