La famille juive américaine de l’otage Robert Levinson appelle Trump à agir pour son retour
Rechercher

La famille juive américaine de l’otage Robert Levinson appelle Trump à agir pour son retour

Les proches de Robert Levinson, 'l'otage ayant été détenu le plus longtemps de toute l'histoire américaine', demande au président de tenir sa promesse de campagne

Le président américain Donald J. Trump pendant son premier discours devant le Congrès, à la Chambre des représentants, à Washington, D.C., le 28 février 2017. (Crédit : Jim Lo Scalzo/Pool/AFP)
Le président américain Donald J. Trump pendant son premier discours devant le Congrès, à la Chambre des représentants, à Washington, D.C., le 28 février 2017. (Crédit : Jim Lo Scalzo/Pool/AFP)

Lors de sa campagne électorale, le président américain Donald Trump avait promis de ramener les otages détenus en Iran aux Etats Unis. Leurs proches demandent dorénavant à l’occupant de la Maison Blanche de tenir sa promesse.

La famille de Robert Levinson, un américain juif porté diparu il y a neuf ans en Iran, a demandé à rencontrer Trump, a annoncé le New York Times dimanche. Selon le FBI, Levinson est « l’otage ayant été retenu le plus longtemps de toute l’histoire des Etats-Unis ».

Lors de la semaine coïncidant avec le 69e anniversaire de Levinson, sa famille a demandé à Trump de faire revenir l’Américain incarcéré. Trump avait déclaré lors d’un rassemblement organisé pour sa campagne en 2015 au Capitole que « si je gagne la présidence, je vous garantis que ces quatre prisonniers reviendront dans notre pays avant même que je n’accède seulement au pouvoir. Je le garantis. »

Il se référait aux quatre Américains détenus par l’Iran : Levinson, Saeed Abedini, Amir Hekmati et Jason Rezaian. Abedini, Hekmati and Rezaian ont été relâchés par le pays l’année dernière, mais Levinson reste emprisonné.

Capture d'écran d'une vidéo montrant Robert Levinson en novembre 2010. (Crédit : capture d'écran Youtube / HelpBob Levinson)
Capture d’écran d’une vidéo montrant Robert Levinson en novembre 2010. (Crédit : capture d’écran Youtube / HelpBob Levinson)

A l’époque, Trump avait critiqué l’administration Obama pour ne pas avoir lié l’accord sur le nucléaire au retour des captifs.

John Kerry, alors secrétaire d’Etat, avait expliqué à ce moment-là que les négociations sur l’accord qui permettrait le retour de Levinson était une priorité aux yeux de l’administration Obama.

« Comme l’a dit le président et comme je l’ai dit à la famille de Levinson quand je l’ai rencontrée, nous n’oublierons jamais Bob, nous ne connaîtrons pas de repos jusqu’à ce que la famille Levinson soit à nouveau entièrement réunie », avait déclaré Kerry.

« Le gouvernement américain dans sa totalité va continuer à mener tous les efforts possibles pour localiser Bob et le ramener chez lui. Le gouvernement de la République islamique d’Iran s’est engagé à coopérer avec les Etats Unis pour déterminer où se trouve M. Levinson, et nous veillerons à ce que l’Iran tienne sa promesse. »

Une année a passé, et la famille de Levinson ne sait pas davantage où il pourrait se trouver, ni ce qu’il a pu advenir de lui.

Levinson avait disparu lors d’un voyage à l’île de Kish, en Iran, le 9 mars 2007. Une enquête réalisée par Associated Press en 2013 avait révélé qu’il travaillait pour la CIA à l’occasion d’une mission de renseignement non-autorisée pour glaner des informations sur le programme nucléaire iranien. Les responsables américains avaient indiqué ne pas savoir s’il se trouvait encore dans le pays.

Cette enquête de l’AP de 2013 avait également révélé que, violant l’une des règles de base de la CIA, une équipe d’analystes, sans autorité aucune pour diriger des opérations d’espionnage, avait payé Levinson pour collecter des renseignements dans des lieux sensibles dans le monde entier, notamment le Moyen Orient et l’Amérique latine.

Le récit officiel au moment de la disparition de Levinson était qu’il se trouvait en Iran pour des affaires privées, soit pour enquêter sur le trafic de cigarettes, soit pour travailler sur un livre consacré au crime organisé russe. Sa présence avait été notée sur l’île touristique de Kish.

En réalité, il rencontrait une source, un fugitif américain répondant au nom de Dawud Salahuddin. Ce dernier est recherché pour avoir assassiné un ancien diplomate iranien dans le Maryland, en 1980. Salahuddin a avoué son crime dans des interviews.

La CIA a donné 2,5 millions de dollars pour anticiper une éventuelle poursuite judiciaire, et l’agence a réécrit ses règlements en restreignant les possibilités des analystes de travailler avec des étrangers. Trois analystes qui avaient travaillé avec Levinson ont perdu leur emploi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...