La fille d’Ovadia Yosef blâme Aryeh Deri et fait allusion à un nouveau parti
Rechercher

La fille d’Ovadia Yosef blâme Aryeh Deri et fait allusion à un nouveau parti

Adina Bar-Shalom a expliqué que le chef du Shas s'écartait de "l'héritage de son père" et elle cherche un nouveau parti qui "unira la population israélienne"

Adina Bar-Shalom (photo credit: YouTube screenshot)
Adina Bar-Shalom (photo credit: YouTube screenshot)

Adina Bar-Shalom, la fille de feu le fondateur et leader spirituel du parti Shas, le rabbin Ovadia Yosef, a critiqué cette formation dans la journée de dimanche, disant qu’elle s’est perdue en chemin.

Lors d’une conférence d’anciens élèves à l’institut Gesher, Bar-Shalom a accusé le chef politique du Shas, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, d’avoir abandonné l’héritage de son père.

« J’avais confiance en lui et je pensais qu’il était loyal envers mon père. Je lui accordais ma confiance complète », a-t-elle dit, selon le site d’information Walla.

Mais Deri a échoué à aider son collège technique pour les femmes haredim lorsque ce dernier a affronté des difficultés, a-t-elle clamé. « Il n’a rien fait pour s’assurer qu’il avait survécu. J’ai été très, très blessée par cela ».

Aryeh Deri, à droite, et Adina Bar-Shalom s’entretiennent lors d’une conférence de presse du parti Shas à Jérusalem, le 14 décembre 2014 (Capture d’écran : Channel 2)

Répondant à la question : « Shas appartient-il à l’histoire? » qui avait été posée par un membre du public, Bar-Shalom a répondu : « En ce qui me concerne, oui ».

Deri, a-t-elle ajouté « a beaucoup changé depuis qu’il est allé en prison ». Avant sa condamnation à la prison, « il savait jouer le rôle d’intermédiaire et de passerelle entre des mondes différents » au sein de la société israélienne. « Il est regrettable qu’il soit allé en prison et qu’il ait été détruit ».

Deri a passé 22 mois derrière les barreaux de l’an 2000 à 2002 pour pots-de-vin.

Bar-Shalom a été interrogée sur son avenir politique possible, particulièrement au vu d’une interdiction explicite placée par les ultra-orthodoxes sur la candidature de femmes sur les listes du parti.

Aryeh Deri et Rabbi Ovadia Yosef le 17 mars 1999 (Crédit : Flash90)

Elle a ajouté que les femmes « pouvaient servir la politique sans être membres de la Knesset ».

Elle a évoqué un groupe non-identifié « qui est en cours d’élaboration avec des laïcs, des Haredim et des religieux qui travaillent ensemble. Depuis deux ans déjà. Nous prenons notre temps, et c’est tout ce que j’ai envie de dire. Le groupe travaille sur des candidatures lors des prochaines élections à la Knesset, et je serai parmi les fondatrices, pas à la Knesset. Ce parti unit la population en Israël ».

Bar-Shalom et Deri se sont disputés dans le passé, notamment en raison de la promesse donnée à Deri d’établir un conseil de femmes au sein du parti qui offrirait à ces dernières une voix au sein de la formation. Cette promesse n’avait jamais été tenue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...