La France va restituer un Klimt spolié à une victime de la Shoah en 1938
Rechercher

La France va restituer un Klimt spolié à une victime de la Shoah en 1938

"Rosiers sous les arbres" du peintre autrichien sera rendu à la famille de Nora Stiasny, qui en avait été dépossédée lors d'une vente forcée en août 1938

La ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot, pose à côté d'une peinture à l'huile de Gustav Klimt peinte en 1905 intitulée "Rosiers sous les arbres", lors d'une cérémonie au musée d'Orsay à Paris, le 15 mars 2021. (Crédit : Alain Jocard / Pool Photo via AP)
La ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot, pose à côté d'une peinture à l'huile de Gustav Klimt peinte en 1905 intitulée "Rosiers sous les arbres", lors d'une cérémonie au musée d'Orsay à Paris, le 15 mars 2021. (Crédit : Alain Jocard / Pool Photo via AP)

La France va restituer à une famille juive un tableau de Gustav Klimt dont elle avait été spoliée en 1938 en Autriche, a annoncé lundi la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot.

« Rosiers sous les arbres » du peintre autrichien sera rendu à la famille de Nora Stiasny, une victime de la Shoah, qui en avait été dépossédée lors d’une vente forcée en août 1938.

Le tableau est pour le moment inaliénable en vertu de la loi, puisqu’il appartient aux collections nationales. Mais « le gouvernement présentera dès que possible un projet de loi » pour permettre cette restitution, à précisé la ministre.

Il s’agit de « la seule peinture de Gustav Klimt dont la France était propriétaire », a souligné la ministre lors d’une conférence de presse à son ministère.

Elle était exposée au Musée d’Orsay, après avoir été acquise en 1980. A l’époque, rien ne laissait penser à une spoliation.

« C’est au cours des dernières années que la véritable provenance du tableau a été établie », a ajouté Mme Bachelot, ce qui a poussé les descendants à faire la demande de restitution fin 2019.

« Rosiers sous les arbres est le témoin de ces vies qu’une volonté criminelle a obstinément cherché à faire disparaître », a encore commenté Mme Bachelot sur Twitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...