La gagnante israélienne à l’Eurovision juge les appels au boycott obscurantistes
Rechercher

La gagnante israélienne à l’Eurovision juge les appels au boycott obscurantistes

"En empêchant la lumière d'être diffusée, il répandent l'obscurité et ce qu'ils font est contraire à leurs propres croyances", affirme Netta Barzilai

Netta Barzilai, lauréate du Concours Eurovision de la chanson 2018, donne une interview le 3 novembre 2018 à Tel Aviv. (Jack Guez/AFP)
Netta Barzilai, lauréate du Concours Eurovision de la chanson 2018, donne une interview le 3 novembre 2018 à Tel Aviv. (Jack Guez/AFP)

La gagnante israélienne de l’Eurovision l’an dernier Netta Barzilai a estimé que les appels au boycott du concours, organisé cette année à Tel Aviv, relevaient de l’obscurantisme.

En septembre 2018, Tel Aviv a été désignée ville hôte de l’Eurovision 2019, après la victoire de Netta Barzilai en 2018 au Portugal.

Les demi-finales se dérouleront les 14 et 16 mai et la grande finale le 18 mai.

Une cinquantaine de personnalités britanniques dont le chanteur Peter Gabriel et le cinéaste Ken Loach, ont appelé en janvier à boycotter le concours de l’Eurovision prévu en Israël pour protester contre la « violation systématique par Israël des droits des Palestiniens » et « l’occupation israélienne » des Territoires palestiniens.

Plus de 60 associations LGBT et queer de près d’une vingtaine de pays avaient également appelé dans un communiqué à boycotter l’Eurovision 2019.

Roger Waters, membre fondateur du groupe Pink Floyd, a également demandé à Madonna d’abandonner son projet de se produire pendant la finale de l’Eurovision.

Pour Israël, l’organisation de toute rencontre sportive ou artistique internationale est célébrée comme une victoire face aux appels au boycott, lancés très régulièrement par des groupes pro-palestiniens actifs dans la campagne dite du BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions).

Le Prince William, duc de Cambridge, s’entretient avec la lauréate du concours Eurovision 2018 Netta Barzilai à Tel Aviv, le 27 juin 2018. (Marc Israel Sellem/POOL)

Tout en évitant soigneusement de se mêler de politique, Netta Barzilai, 26 ans, a fait valoir que les appels au boycott étaient contraires à l’objectif de la compétition.

« Être sur la même scène, quelle que soit votre religion – votre ethnie, votre couleur – de tous ces pays, toutes ces cultures combinées, c’est un festival de lumière », a-t-elle déclaré à des journalistes étrangers à Jérusalem.

« En empêchant la lumière d’être diffusée, il répandent l’obscurité et ce qu’ils font est contraire à leurs propres croyances », affirme la jeune femme.

Lorsqu’on lui demande si elle se produirait pour des Palestiniens, la chanteuse répond qu’elle n’a pas été invitée à le faire. Mais « si mes chansons pouvaient résoudre des problèmes, j’irais », a-t-elle ajouté.

Netta Barzilai a refusé de commenter les récentes élections israéliennes, qui ont vu le Premier ministre de droite, Benjamin Netanyahu, remporter un cinquième mandat.

« Si je donnais mon opinion politique, je séparerais les cœurs au lieu de les réunir », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...