Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

La guerre Israël/Hamas et la refonte judiciaire entraînent une baisse record des M&A

Selon PwC Israël, la valeur des transactions a baissé de 46% à 9,8 milliards de $ et les investissements étrangers ont baissé de 41% au cours de cette année d'incertitude politique

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Image illustrative d'une opération de fusion et d'acquisition (Crédit : designer491/iStock by Getty Images)
Image illustrative d'une opération de fusion et d'acquisition (Crédit : designer491/iStock by Getty Images)

Cette année, les opérations de fusions et acquisitions (M&A) en Israël ont chuté de près de la moitié en valeur pour atteindre 9,8 milliards de dollars, le chiffre le plus bas depuis 2014, les investisseurs ayant été découragés par l’incertitude liée à la réforme judiciaire annoncée par le gouvernement et au déclenchement de la guerre avec le groupe terroriste Hamas, comme l’indique un nouveau rapport de la société de conseil PwC Israël.

Le volume des transactions conclues depuis le début de l’année a fortement diminué, passant de 18 milliards de dollars en 2022, selon le rapport PwC Israel 2023 Mergers & Acquisitions publié mercredi. Le rapport résume le nombre d’entreprises israéliennes impliquées dans des M&A, tant locales qu’étrangères.

En 2023, le nombre de transactions a chuté de 23 % à 110 par rapport à l’année dernière, soit le nombre le plus bas depuis 2015, et la valeur moyenne des transactions est tombée à 131 millions de dollars, contre 202 millions de dollars en moyenne l’année dernière. Parmi les opérations réalisées cette année, on peut citer l’acquisition, pour 3,6 milliards de dollars, de la société israélienne de cybersécurité Imperva Inc. par le groupe français d’électronique de défense et d’aérospatiale Thales.

2022 avait déjà été une année difficile pour l’industrie des technologies en Israël, puisque la menace d’une hausse des taux d’intérêt, la chute des marchés boursiers mondiaux et les licenciements dans le secteur high-tech avaient entraîné un ralentissement brutal des investissements. Au début de l’année 2023, l’incertitude politique locale liée à la refonte judiciaire controversée avait poussé les investisseurs étrangers à adopter une position d’attente pour la conclusion d’accords.

En 2021, les entreprises technologiques avaient vu leurs sorties bondir de 520 % pour atteindre une valeur de 82 milliards de dollars, pulvérisant ainsi tous les records de financement antérieurs.

Aujourd’hui, alors qu’Israël est en guerre contre le Hamas depuis plus de deux mois, de nombreuses startups locales peinent à initier des transactions et à attirer des investissements, et notamment les investisseurs étrangers, tandis que les grandes transactions ne seront probablement pas conclues.

Des milliers de travailleurs du secteur technologique et de fondateurs de startups comptent parmi les plus de 350 000 réservistes qui ont été mobilisés après l’attaque barbare du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, qui a fait 1 200 morts, pour la plupart des civils, et durant laquelle au moins 240 personnes ont été kidnappées pour être emmenées à Gaza.

Liat Enzel Aviel, partenaire et responsable des services de fusion et d’acquisition chez PwC Israël (Crédit : Autorisation)

« La tendance à la baisse des M&A sur le marché israélien est plus élevée que dans le reste du monde, un phénomène que nous attribuons dans une large mesure à l’incertitude politique et sociale qui prévaut en Israël depuis le début de l’année 2023 », a indiqué Liat Enzel Aviel, associée et responsable du département M&A services chez PwC Israël. « Il est évident que les investisseurs étrangers ont eu peur de faire des acquisitions en Israël pendant cette période et il semblerait qu’ils se soient également gardés d’investir et de faire des affaires sur le marché local. »

La part du lion des transactions impliquant des investisseurs étrangers a chuté de 41% à environ 6,7 milliards de dollars en 2023 par rapport à l’année précédente, en raison de l’incertitude politique causée par le projet de refonte du système judiciaire, suivie par le déclenchement de la guerre, qui ont contribué au ralentissement du flux des transactions.

Selon les données de PwC, le volume des investissements réalisés par les investisseurs étrangers au cours des trois premiers trimestres de l’année a chuté de 67 % par rapport à la même période en 2022, une baisse beaucoup plus marquée que celle observée pour les tendances du marché mondial des M&A, indiquant qu’elle est principalement due à l’instabilité politique et sociale causée par la refonte judiciaire en Israël, toujours selon le rapport.

Comme les années précédentes, ce sont les acheteurs américains qui ont réalisé le plus grand nombre de transactions, soit 38 en 2023 parmi les négociants étrangers, contre 50 l’an dernier. Sur la même période, 10 transactions ont été réalisées par des acheteurs européens, soit 19 % du total, contre 9 % en 2022.

Le secteur high-tech a continué à dominer l’activité M&A cette année, avec des transactions d’une valeur totale de 8 milliards de dollars représentant 80 % de toutes les transactions pour 2023.

En raison de la guerre contre le Hamas, qui dure depuis plus de deux mois, et des incertitudes quant à sa portée et à sa durée, Enzel Aviel prévoit qu’à court terme, le marché local restera excessivement faible par rapport aux tendances mondiales.

« La plupart des transactions qui en étaient au stade de la conclusion ont été réalisées malgré la guerre », a ajouté Enzel Aviel. « Dans le même temps, les premiers contacts ou les contacts initiaux pour lancer des affaires se font maintenant à un rythme plus lent, ce qui affectera l’ampleur des affaires conclues au cours des premier et deuxième trimestres de l’année prochaine. »

Des chars et des pièces d’artillerie israéliens juste avant le coucher du soleil sur le plateau du Golan, dans le nord d’Israël, le 8 octobre 2023. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

À plus long terme, en 2024, et alors qu’il est de plus en plus probable que les taux d’intérêt devraient commencer à baisser, PwC prévoit une reprise sur le marché local des M&A, essentiellement portée par un flux de transactions impliquant des entreprises high-tech et des sociétés de recherche et de développement (R&D).

« Il y a encore beaucoup d’argent sur le marché, tant parmi les entreprises israéliennes et étrangères que parmi les organes financiers qui attendent des opportunités intéressantes et une poursuite de la baisse des valorisations », a expliqué Enzel Aviel. « Malgré les tendances et les répercussions négatives, la demande et le besoin de technologie et d’innovation n’ont pas souffert et ont même augmenté au fil du temps pour relever les défis mondiaux, notamment l’intelligence artificielle (IA), le cyberespace, l’énergie, la médecine, la fintech, et bien d’autres encore. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.