La Knesset promeut le plan controversé du téléphérique de Jérusalem
Rechercher

La Knesset promeut le plan controversé du téléphérique de Jérusalem

La Commission des infrastructures de la Knesset a transmis au gouvernement le projet de téléphérique reliant Jérusalem-Ouest à la Vieille Ville pour son approbation

Esquisse d'architecte du projet de station de téléphérique sur le mont Sion. L'église de la Dormition est visible à gauche. (D'après les plans soumis au Conseil national de planification)
Esquisse d'architecte du projet de station de téléphérique sur le mont Sion. L'église de la Dormition est visible à gauche. (D'après les plans soumis au Conseil national de planification)

La Commission des infrastructures de la Knesset a approuvé un projet controversé visant à relier Jérusalem-Ouest à la Vieille Ville par un téléphérique, transmettant ensuite le projet au gouvernement pour les prochaines étapes de l’approbation.

La commission a approuvé le plan soutenu par le ministère du Tourisme malgré des dizaines d’objections de la part de résidents locaux, d’archéologues, de guides touristiques, d’ONG, de militants écologistes et d’urbanistes, ainsi que des communautés karaïte et chrétienne.

« Le projet offre une véritable solution aux problèmes d’accès difficile à la partie sud-est de la Vieille Ville, a déclaré la commission dans un communiqué dans lequel elle a annoncé sa décision.

Le projet de 200 millions de shekels (50 millions d’euros) prévoit la construction d’une voie de 1,4 kilomètre allant de la zone commerciale de l’Ancienne gare de Jérusalem, à une vallée peuplée principalement de Palestiniens de Jérusalem-Est jusqu’à la porte des Maghrébins (ou porte des Immondices) de la Vieille Ville, proche du mur Occidental.

Les partisans du projet affirment qu’il attirera les touristes et qu’il s’agit du moyen le plus écologique, le moins perturbateur et le plus rentable d’amener les touristes vers le lieu saint.

Les opposants, cependant, affirment que le projet est intrusif, culturellement et politiquement irresponsable et qu’au lieu de résoudre les problèmes de circulation, il va simplement déplacer les embouteillages vers d’autres quartiers de la ville.

Sue Surkes a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...