La Knesset vote pour l’arrêt des importations d’animaux vivants d’ici 3 ans
Rechercher

La Knesset vote pour l’arrêt des importations d’animaux vivants d’ici 3 ans

Le texte de loi d'un député du Likud a été adopté à l'unanimité : très controversés, les transports d'animaux, seront progressivement remplacés par l'importation de viande surgelée

Emission "60 Minutes" diffusée à la télévision australienne le 8 avril 2018 consacrée aux importations d’animaux (Crédit : capture d'écran de l'émission "60 minutes")
Emission "60 Minutes" diffusée à la télévision australienne le 8 avril 2018 consacrée aux importations d’animaux (Crédit : capture d'écran de l'émission "60 minutes")

Les amis des animaux ont célébré mardi l’adoption en première lecture par la Knesset d’un projet de loi visant à mettre fin au transport de milliers de moutons et d’agneaux vivants depuis l’Australie et l’Europe, à destination d’Israël, où ils seront engraissés puis abattus.

Le projet de loi, soumis par le député du Likud Miki Zohar, a été adopté sans opposition.

Le texte propose de réduire progressivement le nombre d’animaux importés en Israël et de cesser complètement ces importations d’ici 3 ans, pour passer à l’importation de viande surgelée.

Selon les annotations du texte de loi, les animaux sont transportés dans des conditions d’importante surpopulation, sont plongés dans leurs excréments et souffrent de la chaleur et d’autres blessures dues aux secousses du bateau.

Capture d’écran de l’émission « 60 Minutes » diffusée à la télévision australienne le 8 avril 2018 et consacrée aux importations d’animaux

De nombreuses bêtes tombent malades et ne survivent pas à la traversée.

Une commission ministérielle a donné son feu vert à ce projet de loi en juillet. Peu après, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié une photo d’un agneau couvert d’excréments et écrit : « A la commission des lois, nous avons approuvé la fin de l’importation d’animaux vivants en Israël ».

« Nous devons nous occuper correctement des douleurs infligées aux animaux. »

Son épouse Sara avait écrit sur sa page Facebook au début de l’année qu’elle était choquée et scandalisée par les conditions dans lesquelles les animaux étaient importés en Israël, et avait salué l’approbation de la commission au « projet de loi humain et moral visant à cesser l’importation d’animaux en Israël ».

« Aucune créature vivante ne mérite d’endurer de telles souffrances, et en tant que sociétés, nous ne devons pas accepter cette situation », a-t-elle dit.

En juillet, 228 avocats avaient signé une pétition pour mettre fin à l’importation d’animaux vivants en Israël, affirmant qu’elle contrevenait à la législation sur les droits des animaux. Leur pétition citait le défunt vice-président de la Cour suprême Michael Cheshin, qui avait écrit : « protéger les animaux fait partie de l’obligation morale de la protection du faible dans notre société.

En mai, 60 rabbins avaient signé une lettre affirmant « qu’autoriser une telle cruauté envers les animaux n’est ni dans la voie de la Torah ni dans la moralité humaine ».

Les manifestations en Israël, dirigées par les ONG Animals (Anciennement Anonymous for Animal Rights) et Let Animals Live, se sont intensifiées suite à la diffusion d’un reportage de l’organisation Animals Australia dans l’émission « 60 Minutes » sur la télévision australienne, consacré aux conditions épouvantables dans lesquelles des moutons ont été importés au Moyen-Orient lors de longs voyages.

L’un des trajets qui a fait l’objet du documentaire causé la mort de 2 400 moutons, qui ont été jetés par dessus bord.

Le député Likud Miki Zohar prend la parole lors d’une réunion de la commission des affaires intérieures à la Knesset, à Jérusalem, le 20 février 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Ces scènes, filmées par un lanceur d’alerte qui travaillait sur ce bateau, avaient interpellé le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, qui avait appelé à un arrêt complet, ou du moins à une réduction significative, de ce qu’il a appelé les expéditions « cruelles » d’animaux vivants d’Australie vers Israël pour l’engraissement et l’abattage.

Le projet de loi de Zohar va désormais être préparé pour sa première lecture à la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...