Gilad Erdan exige la fin des transports « cruels » d’animaux
Rechercher

Gilad Erdan exige la fin des transports « cruels » d’animaux

Le ministre de la Sécurité intérieure s'attaque au contrôle des transports après que l'Australie a blâmé les conditions atroces du transport du bétail vers le Moyen-Orient

Image non datée de moutons destinés aux industries de la viande du Moyen-Orient en provenance d'Australie qui sont tellement entassés qu'ils sont obligés de rester debout, recouverts d'excréments, pendant plus de trois semaines de voyage par mer. (Capture d'écran : Hadashot news)
Image non datée de moutons destinés aux industries de la viande du Moyen-Orient en provenance d'Australie qui sont tellement entassés qu'ils sont obligés de rester debout, recouverts d'excréments, pendant plus de trois semaines de voyage par mer. (Capture d'écran : Hadashot news)

Le ministre israélien de la Sécurité publique a appelé dimanche à un arrêt complet, ou du moins à une réduction significative, de ce qu’il a appelé les expéditions « cruelles » d’animaux vivants d’Australie vers Israël pour l’engraissement et l’abattage.

L’appel de Gilad Erdan fait suite à la divulgation d’un reportage d’Animals Australia, diffusé sur la chaîne de télévision australienne « 60 Minutes« , sur les conditions épouvantables dans lesquelles des moutons ont été expédiés au Moyen-Orient lors de cinq voyages distincts, chacun d’une durée de plus de trois semaines.

La preuve a été fournie par un employé qui travaillait à bord du navire.

Image non datée de moutons sur une cargaison en direct de l’Australie vers les abattoirs du Moyen-Orient qui sont en manque d’air dans des températures étouffantes – ce qui signifie qu’ils sont sur le point de mourir. (Capture d’écran : Hadashot news)

Des images très dérangeantes du documentaire diffusé dimanche sur la chaîne d’information israélienne Hadashot ont montré une surpopulation à bord avec des animaux entassés si serrés que beaucoup ne pouvaient pas atteindre la nourriture et l’eau.

Incapables de s’asseoir ou de s’allonger, la plupart d’entre eux se tenaient couverts de leurs propres excréments, haletant pour respirer de l’air dans des températures brûlantes – un signe qu’ils étaient sur le point de mourir d’un coup de chaleur.

« Ils cuisent littéralement de l’intérieur de leur vivant pendant le voyage », a déclaré le vétérinaire Yuval Samuel à Hadashot.

Lors d’un des transports enregistrés, 2 400 moutons ont péri et ont été jetés par-dessus bord.

Le ministère australien de l’Agriculture a déclaré qu’il ouvrirait une enquête sur les normes d’expédition du bétail de l’Australie vers le Moyen-Orient.

Erdan, ancien ministre de l`Environnement, a déclaré à Hadashot qu’il n’y avait pas suffisamment de contrôle sur les conditions des transports à longue distance, et que tous les efforts devraient être faits pour réduire ou, de préférence, arrêter les transports vers Israël et les « abus graves » des animaux concernés.

Gilad Erdan, le 31 décembre 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

L’an dernier, 499 265 bovins et moutons vivants ont été expédiés en Israël pour l’industrie de la viande en provenance d’Australie et de divers pays européens – une légère réduction par rapport à 2016, année où 571 972 têtes sont arrivées dans les ports israéliens. Cela représente presque le double du nombre de 2015 – 292 274, selon le ministère de l’Agriculture d’Israël.

Les navires qui ressemblent à des parcs de stationnement à plusieurs étages transportent de 1 000 à 20 000 bovins, ou 100 000 moutons, ou une combinaison des deux.

Une fois en Israël, les animaux sont chargés sur des camions pour des trajets qui peuvent prendre des heures jusqu’aux abattoirs ou aux installations d’engraissement avant l’abattage. Ils sont traités avec des antibiotiques contre les infections que le surpeuplement favorise.

Image non datée d’un ouvrier frappant une vache coincée dans un couloir de triage au Kibbutz Eilot dans le sud d’Israël après le déchargement du bétail destiné à l’abattage au port d’Eilat (capture d’écran : Hadashot news).

Alors que le reportage australien ne concernait pas directement les expéditions vers Israël, les images provenant du centre de quarantaine du Kibbutz Eilot, dans le sud du pays, fournies par l’organisation israélienne de défense des droits des animaux Anonymous for Animal Rights, ont montré le même genre d’abus après l’arrivée des navires dans le pays, les animaux étant fouettés dans un passage étroit.

Les députés du Lobby pour les droits des animaux de la Knesset ont déclaré dimanche que malgré les « promesses explicites » du ministère de l’Agriculture selon lesquelles les transports des animaux vivants seraient réduits et les importations de viande réfrigérée augmentées, « l’enquête montre aujourd’hui que rien n’a changé ».

Par le passé, le gouvernement avait dit qu’il augmenterait graduellement la quantité de viande réfrigérée exempte de taxes permise dans le pays et qu’il éliminerait progressivement les importations de bétail vivant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...