Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

La loi imposant aux diplomates de jurer fidélité à Israël avance à la Knesset

Les ambassadeurs et les consuls devront prêter serment d'allégeance à Israël en tant qu'État juif et démocratique comme condition préalable à leur entrée en fonction

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen participe à un événement au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 17 mai 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen participe à un événement au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 17 mai 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Un projet de loi de la Knesset présenté dimanche obligerait les diplomates israéliens de haut rang à prêter serment de loyauté à Israël en tant qu’État juif et démocratique avant d’être envoyés en poste à l’étranger.

Soutenu par l’actuel ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, et présenté comme un projet de loi gouvernemental, l’amendement à l’actuelle loi sur les nominations dans le service diplomatique a été approuvé en première lecture et devra faire l’objet de deux autres votes avant d’avoir force de loi.

Le projet de loi exigerait que les ambassadeurs, consuls et autres chefs de missions diplomatiques prêtent serment d’allégeance au ministre des Affaires étrangères ou à tout autre fonctionnaire autorisé, avant l’envoi de leur lettre de créances, comme suit : « Je m’engage à rester loyal envers l’État d’Israël en tant qu’État juif et démocratique ».

Cette condition s’ajoute à l’obligation existante de prêter serment de « loyauté envers l’Etat d’Israël et ses lois et de remplir avec honnêteté et fidélité tous les devoirs qui me sont imposés en ma qualité de membre de la fonction publique ».

Selon un communiqué de son bureau publié dimanche, le projet de loi de Cohen fait suite à la tentative de nommer, en 2022, une législatrice arabe à un poste de consul, malgré les critiques acerbes qu’elle avait formulées au sujet d’Israël en tant qu’État juif.

À l’époque, Ghaida Rinawie Zoabi, alors députée du parti Meretz, était candidate au poste de consul à Shanghaï, dans le but de l’éloigner des rangs d’une coalition chancelante. Arabe musulmane, Rinawie Zoabi avait déclaré qu’elle n’était pas liée à « l’âme juive » d’Israël et, avant son bref passage en tant que députée au sein de la précédente coalition, elle avait co-rédigé un document qui ne reconnaît pas Israël en tant qu’État juif.

La députée Meretz Ghaida Rinawie Zoabi après une réunion avec le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid devant les bureaux du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 22 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Le rôle des envoyés et des représentants de l’État est de représenter l’État d’Israël et ses valeurs et d’agir dans son intérêt. L’État d’Israël est un État juif et démocratique, et quiconque ne le reconnaît pas ne pourra pas occuper le poste d’ambassadeur et représenter l’État d’Israël », a déclaré Cohen dans un communiqué publié peu après le vote.

En 2018, Israël avait adopté la Loi fondamentale controversée : L’État-nation, qui consacre le caractère juif et démocratique de l’État.

En février 2022, Yaïr Lapid, alors ministre des Affaires étrangères, avait proposé de nommer Rinawie Zoabi consulesse à Shanghaï, dans le cadre d’une tentative visant à l’écarter de la Knesset après qu’elle eut torpillé des votes clés pour exprimer ses critiques à l’égard du traitement réservé par Israël aux Palestiniens et à ses citoyens arabes. Le gouvernement avait cherché à se débarrasser de son siège à la Knesset afin de maintenir sa fragile coalition, un effort qui avait finalement échoué en juin 2022.

Lapid, aujourd’hui chef de l’opposition, s’est attiré les foudres de sa propre coalition – et du chef de l’opposition de l’époque, l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu – pour cette tentative.

En mai 2022, Rinawie Zoabi avait retiré son nom de la liste des candidats avant que la nomination ne soit finalisée. Elle a finalement décidé de ne pas se représenter à la Knesset lors des élections législatives de novembre 2022, au cours desquelles son parti, le Meretz, n’a pas réussi à franchir le seuil électoral, faute d’un accord d’alliance avec le parti Avoda.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.