La loi pour expulser de leurs maisons les familles de terroristes progresse
Rechercher

La loi pour expulser de leurs maisons les familles de terroristes progresse

Le texte a été adopté par 69 voix contre 38 après un débat houleux à Jérusalem durant lequel les élus arabes ont été renvoyés de la séance plénière

Moti Yogev, député du parti HaBayit HaYehudi. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Moti Yogev, député du parti HaBayit HaYehudi. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Mercredi, les législateurs ont approuvé en lecture préliminaire la loi polémique qui autoriserait Israël à déplacer de leurs maisons par la force des familles de terroristes vers d’autres zones de Cisjordanie.

La loi a été approuvée en lecture préliminaire par une majorité de 61 contre 47 après un débat houleux et malgré l’opposition ferme du Procureur général Avichai Mandelblit.

Selon la loi proposée par le député de HaBayit HaYehudi Moti Yogev, dans l’espace d’une semaine après une attaque ou une tentative d’attaque, le Commandement central de Tsahal pourra expulser de leurs maisons les proches des terroristes palestiniens pour les déplacer dans d’autres endroits de Cisjordanie.

Le texte d’explication accompagnant le projet de loi vante la capacité de dissuasion d’Israël comme « la pierre angulaire de la sécurité israélienne et un moyen de sauver des vies en garantissant la loi et l’ordre ».

Lundi pourtant, le procureur général Avichai Mandelblit a dit que l’on ne savait pas clairement si la loi aurait une véritable capacité de dissuasion. Il a également prévenu qu’elle pourrait violer les droits de l’homme et déclencher une condamnation internationale d’Israël.

Même si la loi était finalement adoptée, elle pourrait ensuite être bloquée par un recours auprès de la Cour suprême israélienne.

Ce vote intervient après une série d’attaques palestiniennes meurtrières contre des civils et soldats israéliens en Cisjordanie.

Il doit encore faire l’objet d’un débat et d’un vote au sein de la commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense, avant de revenir en séance plénière pour adoption.

La ministre de l’Education, Naftali Bennett, à la cérémonie d’adieu d’Isaac Herzog à la Knesset, à Jérusalem, le 18 juillet 2018 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le ministre de l’Education Naftali Bennett, chef du parti HaBayit HaYehudi, a qualifié ce vote de « pas énorme dans la bonne direction », qui va « assurer la sécurité d’Israël ».

« Chaque terroriste doit savoir que sa famille paiera le prix de ses actes ignobles », a-t-il déclaré dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...