Israël en guerre - Jour 143

Rechercher
Reportage

La Marche des Vivants d’Auschwitz, une démonstration de l’unité juive

Lors de la 35e marche de 3 km sur l'ancien camp d'extermination, 9 000 participants venus du monde entier manifestent leur tristesse, leur choc, mais aussi leur fierté et leur gratitude

  • Des survivants de la Shoah se préparant pour la Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    Des survivants de la Shoah se préparant pour la Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
  • Des survivants de la Shoah et des délégations participant à la 35e Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    Des survivants de la Shoah et des délégations participant à la 35e Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
  • L'actuel ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, deuxième à partir de la droite, et l'ancien ambassadeur des États-Unis, David Friedman, troisième à partir de la droite, ont allumé ensemble une torche lors de la Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    L'actuel ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, deuxième à partir de la droite, et l'ancien ambassadeur des États-Unis, David Friedman, troisième à partir de la droite, ont allumé ensemble une torche lors de la Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
  • Une délégation polonaise participant à la Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    Une délégation polonaise participant à la Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
  • Des survivants de la Shoah et des délégations participant à la 35e Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    Des survivants de la Shoah et des délégations participant à la 35e Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
  • Des survivants de la Shoah et des délégations participant à la 35e Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    Des survivants de la Shoah et des délégations participant à la 35e Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

OŚWIĘCIM, Pologne – Alors que des dizaines de bus de touristes, de camionnettes de radiodiffusion et de cortèges de police envahissent les routes, les habitants de cette petite ville polonaise ne s’arrêtent même pas pour regarder.

Pour eux, il s’agit d’un événement biannuel : la Journée internationale de commémoration de la Shoah et Yom HaShoah. Aussi régulier et infaillible qu’un changement de saison, cet afflux est considéré comme une évidence dans cette ville qui borde le site d’Auschwitz-Birkenau, le camp de travail et de la mort que les nazis ont construit près de Cracovie.

Mais c’est une expérience profondément émouvante pour bon nombre des 9 000 personnes qui participent cette année à la Marche des Vivants. Cette marche commémorative sur le site de l’ancien camp de la mort rassemble des délégations de plusieurs pays et communautés juives à l’occasion de la journée nationale de deuil d’Israël pour les victimes du génocide.

Le 27 janvier, lors de la Journée internationale de commémoration de la Shoah – en plein hiver – les événements annuels organisés à Auschwitz-Birkenau s’inscrivent dans le cadre d’une conférence internationale de haut niveau à laquelle assistent de nombreux chefs d’État. En revanche, la Marche des Vivants offre un cadre plus juif et plus informel, avec un mélange unique de jeunes et d’anciens. Sur le site des anciens camps, le chagrin, le choc, mais aussi la fierté et la gratitude s’affichent sur fond de printemps polonais luxuriant.

Cette année marque la 35e édition de la Marche des Vivants. Son thème, en clin d’œil au 80e anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie, est l’héroïsme de l’époque de la Shoah.

Certains participants sont des habitués, d’autres assistent à la marche pour la première fois.

L’un d’eux est Dov Forman, 19 ans, un Juif orthodoxe londonien qui, pendant la pandémie de COVID-19, est devenu mondialement célèbre en publiant sur les réseaux sociaux l’histoire de la survie de son arrière-grand-mère, Lily Ebert, pendant la Shoah.

« La diversité des délégations m’a surpris », a déclaré Forman, qui a visité Auschwitz-Birkenau pour la première fois il y a seulement deux mois. « Il y a des non-juifs, y compris dans la délégation britannique à laquelle j’appartiens, des Juifs de toutes sortes, de nombreux pays, des rabbins, des journalistes. »

Dov Forman se préparant pour la Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

« Tant de drapeaux. Beaucoup de drapeaux israéliens. C’est assez spécial, je ne pense pas que l’on puisse vivre cela à beaucoup d’autres occasions », a déclaré Dov Forman, qui a participé à la marche avec sa mère, Nina.

La pléthore de drapeaux israéliens était particulièrement impressionnante pour Forman, qui se dit sioniste.

« Mon frère est un soldat seul dans l’armée israélienne, ce dont nous sommes incroyablement fiers. Pour moi et mon arrière-grand-mère, qui a survécu à cet endroit, Israël a toujours été un havre de paix. Quand on voit le drapeau, on ne peut qu’être fier, surtout dans un endroit comme celui-ci, où c’est presque insondable », a déclaré Forman, qui compte des millions d’abonnés sur les réseaux sociaux.

Comme les années précédentes, la première chose que de nombreuses délégations ont vue à Auschwitz en descendant de leur bus était des membres d’un groupe de chrétiens sionistes de Corée, qui brandissaient des drapeaux israéliens, soufflaient dans des shofars et chantaient des chansons folkloriques israéliennes. Après une courte marche, les visiteurs sont tombés sur l’emblématique panneau métallique « Arbeit Macht Frei » (en allemand, « Le travail rend libre ») à l’entrée du camp – un témoignage glaçant de la manière dont les nazis ont utilisé la tromperie et l’offre de faux espoirs pour s’assurer de l’obéissance de leurs prisonniers jusqu’à leur assassinat.

À Auschwitz, des survivants de la Shoah et leurs compagnons franchissant la porte « Arbeit Macht Frei » lors de la Marche des vivants, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Certains visiteurs, comme Christina Perez, une Argentine mère de deux enfants, ont fondu en larmes lorsqu’ils ont atteint le panneau. D’autres, en particulier des Israéliens, ont entonné des chants, notamment « Od Avinou Chaï » (« Notre père continue à vivre ») et l’Hatikvah, l’hymne national israélien, suivis d’applaudissements enthousiastes. À travers le camp, les chants résonnaient dans une multitude d’accents, interprétés par des membres de mouvements de jeunesse juifs du monde entier.

Cette année, 40 survivants de la Shoah et leurs enfants ont participé à la marche.

« Je trouve que c’est un devoir de montrer aux autres que nous avons survécu, mais aussi de nous rappeler exactement ce que nous avons survécu et de quelle manière », a déclaré l’une des survivantes, Halina Birenbaum, âgée de 93 ans. Avant d’arriver à Auschwitz, elle a vécu l’insurrection du ghetto de Varsovie et a survécu à la chambre à gaz au camp de la mort de Majdanek (Lublin) – les nazis n’avaient plus de poison après l’avoir enfermée aux côtés d’autres potentielles victimes.

L’actuel ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, deuxième à partir de la droite, et l’ancien ambassadeur des États-Unis, David Friedman, troisième à partir de la droite, ont allumé ensemble une torche lors de la Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Des dizaines de dignitaires et de personnalités ont également participé à cette marche de trois kilomètres à travers le camp, notamment le président italien Sergio Mattarella, le ministre israélien de l’Éducation Yoav Kisch, le grand rabbin ashkénaze David Lau, l’ambassadeur des États-Unis en Israël Tom Nides et son prédécesseur, David Friedman. Ahmed Al Mansoori, ancien membre du Conseil national fédéral des Émirats arabes unis, qui a fondé la première exposition sur la Shoah dans l’une de ses galeries d’art à Dubaï, était également présent.

Le fondateur et président du Musée du carrefour des civilisations Ahmed Al-Mansoori, avec Eitan Neishlos de la Fondation Neishlos, aux portes d’Auschwitz-Birkenau avant la Marche des Vivants de 2023. (Crédit : Fondation Neishlos)

Ifat Ovadia-Luski, présidente du Fonds National Juif (JNF/KKL), une importante organisation caritative sioniste, a prononcé un discours sur le clivage idéologique, souvent négligé, qui divisait les héros du soulèvement alors même qu’ils étaient confrontés à une mort quasi-certaine aux mains d’un ennemi commun.

Dans une allusion subtile aux divisions actuelles entre les Juifs d’Israël au sujet de la réforme du système judiciaire, Ovadia-Luski a rappelé que le soulèvement comprenait deux groupes distincts, une milice révisionniste de droite dirigée par Pavel Frenkel et une milice socialiste sous la direction de Mordechaï Anielewicz.

« Les rebelles avaient une cause commune, mais ils avaient des visions du monde différentes », a déclaré Ovadia-Luski. « Ils s’encourageaient mutuellement, mais se disputaient aussi. Ils avaient une seule cause mais se sont battus séparément, et sont morts sans avoir réconcilié leurs différences. »

La Marche des Vivants compte chaque année sept porteurs de flambeaux : six pour chaque million de Juifs assassinés et un autre pour célébrer la naissance de l’État d’Israël.

Deux des porteurs de cette année, Nides et Friedman, symbolisent l’engagement bipartisan en faveur de la commémoration de la Shoah et du soutien des États-Unis à Israël. Un autre est Haïm Taib, un homme d’affaires israélien dont le père et le grand-père, nés en Tunisie, ont survécu à la Shoah en Afrique du Nord. Cette année, c’est la première fois que la Marche des Vivants consacre un élément de son programme à ce chapitre moins connu du génocide, au cours duquel des milliers de Juifs ont été détenus et sont morts dans des camps de concentration en Tunisie, en Libye et au Maroc.

Des survivants de la Shoah et des délégations participant à la 35e Marche des Vivants, à Auschwitz, le 18 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Pour Mark Wilf, homme d’affaires américain et président du conseil d’administration de l’Agence juive pour Israël, la marche représente une rare démonstration d’unité à une époque de grandes divisions.

« Lorsque vous venez dans un endroit comme celui-ci, vous changez de perspective », a déclaré Wilf, qui a également été l’un des porteurs de flambeaux. « Vous réalisez à quel point le sectarisme, l’intolérance, le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, ce genre de choses et de mots, peuvent conduire à des horreurs. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.