Rechercher

La mère et le frère du terroriste de Barkan accusés de ne pas l’avoir stoppé

Les procureurs militaires accusent des proches d'Ashraf Naalowa, qui a tué Kim Levengrond Yehezkel et Ziv Hajbi, d’avoir été au courant du projet d’attentat

Les forces de sécurité israéliennes à l'entrée de la zone industrielle de Barkan dans le nord de la Cisjordanie, le 7 octobre 2018 (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)
Les forces de sécurité israéliennes à l'entrée de la zone industrielle de Barkan dans le nord de la Cisjordanie, le 7 octobre 2018 (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

Les procureurs militaires ont accusé la mère et le frère d’un terroriste palestinien de ne pas avoir empêché un attentat au cours duquel il a tué deux Israéliens en Cisjordanie.

Ashraf Naalowa, 23 ans, a assassiné ses collègues, Kim Levengrond Yehezkel et Ziv Hajbi, le 7 octobre, dans une usine de la zone industrielle de Barkan. Un troisième Israélien a été blessé dans l’attaque.

Naalowa, du village de Shuweika en Cisjordanie, est en fuite depuis et les forces de sécurité israéliennes ont arrêté un certain nombre de ses proches et présumés complices dans le but de le retrouver.

L’acte d’accusation déposé jeudi au tribunal militaire de Samarie et rendu public vendredi matin, indique que la mère de Naalowa savait qu’il possédait une arme à feu et s’entraînait avec cette arme a être un “martyr”.

Elle a également informé le frère de Naalowa de ses intentions, mais ils n’ont pris aucune mesure pour l’arrêter, a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

Ashraf Walid Suleiman Naalowa, un Palestinien soupçonné d’avoir perpétré un attentat terroriste meurtrier le 7 octobre 2018 dans la zone industrielle de Barkan au nord de la Cisjordanie. (Crédit : autorisation)

Le frère a également été inculpé pour entrave à la justice car il aurait tenté de dissimuler un des caméras de sécurité chez eux.

Les procureurs militaires ont demandé que les deux personnes soient maintenues en détention jusqu’à la fin de la procédure judiciaire.

À la suite de l’attentat, l’armée a rapidement émis un ordre de démolition du domicile de Naalowa, conformément à la politique israélienne consistant à raser les maisons de terroristes palestiniens condamnés.

La Haute Cour de justice a prononcé le mois dernier une injonction provisoire reportant la démolition après que la famille de Naalowa a fait appel.

Kim Levengrond Yehezkel, 29 ans (à gauche) et Ziv Hajbi, 35 ans, tués dans un attentat terroriste dans la zone industrielle Barkan en Cisjordanie, le 7 octobre 2018 (Crédit : capture d’écran Facebook)

Dans la plupart des cas, les ordres de démolition ne sont émis qu’après qu’un suspect a avoué ou a été condamné par un tribunal. Cependant, dans le cas de Naalowa, l’armée israélienne a décidé d’appliquer cette mesure punitive, car le service de sécurité du Shin Bet dispose d’un nombre important de preuves incriminantes à son encontre, a rapporté le site de nouvelles Ynet.

Le commandant général de Tsahal, le général Nadav Padan, a annoncé dans un communiqué que les sous-sols et le rez-de-chaussée de la maison de Naalowa, où vivait le terroriste présumé, allaient être détruits.

Les familles des victimes ont demandé à Israël de prendre des mesures de représailles plus sévères à l’encontre de Naalowa et de sa famille.

Lors d’un rassemblement commémoratif qui s’est tenu au complexe de Barkan la semaine dernière, le père de Levengrond Yehezkel, Rafi, a déclaré que la famille avait demandé à ce que Naalowa soit exécuté s’il était arrêté.

Le frère de Hajbi, Tal, a critiqué l’armée israélienne pour sa décision de ne démolir que les sous-sols et le rez-de-chaussée de la maison de Naalowa.

“Une démolition partielle de la maison du terroriste est inacceptable. La maison entière doit être rasée”, a déclaré Hajbi, “et la famille doit être expulsée”.

L’armée a ouvert une enquête sur l’attaque de Barkan pour déterminer, entre autres choses, comment l’arme avait été introduite en contrebande dans le parc industriel et si le terroriste avait eu l’intention de prendre en otage Levengrond Yehezkel, après lui avoir attaché les mains avec une fermeture à glissière avant de la tuer.

Levengrond était secrétaire tandis que Hajbi travaillait à la comptabilité au sein de l’usine du groupe Alon dans le parc industriel. Naalowa y travaillait comme électricien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...