Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

La PFA va demander des sanctions contre Israël au prochain Congrès de la FIFA

La Fédération palestinienne de football, plaidant des "violations graves en matière de droits humains commises par Israël, exprimera ses doléances le 17 mai à Bangkok

Illustration : Joseph Blatter, assis entre le prince Ali de Jordanie (à gauche) et Jibril Rajoub, à la tête de la Fédération palestinienne de football, en 2014. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Illustration : Joseph Blatter, assis entre le prince Ali de Jordanie (à gauche) et Jibril Rajoub, à la tête de la Fédération palestinienne de football, en 2014. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

La Fédération palestinienne de football (PFA) réclamera des sanctions contre les équipes israéliennes lors du prochain Congrès de la FIFA, le 17 mai, en raison des « violations graves en matière de droits humains commises par Israël », selon l’agenda de l’événement.

Ce sera l’un des principaux points à l’ordre du jour de la 74e réunion annuelle de l’instance mondiale du football, à Bangkok, avec la désignation de l’hôte du Mondial féminin de 2027 et un plan de lutte contre le racisme.

Formulée mi-mars dans un courrier à la FIFA, la proposition palestinienne promet le premier débat au sein d’une grande organisation sportive sur les conséquences de la guerre dans la bande de Gaza.

La guerre à Gaza a été déclenchée suite à l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, au cours duquel quelque 3 000 terroristes ont fait irruption en Israël par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant quelque 1 200 personnes et prenant 253 otages, dans le cadre d’actes horribles de brutalité, accompagnés d’agressions sexuelles.

Cent trente-trois otages sont toujours détenus par des terroristes dans la bande de Gaza, mais au moins 34 ne sont plus en vie.

Plus de 33 900 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

Des Palestiniens profitant de la plage à Deir el-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 17 avril 2024. (Crédit : AFP)

Le Comité international olympique est resté à l’écart du conflit, s’en tenant à la coexistence depuis 1995 des comités nationaux olympiques (CNO) israélien et palestinien, une « solution à deux États » héritée du processus de paix d’Oslo et également adoptée par la FIFA depuis 1998.

Mais la PFA, dans un document de sept pages, dénonce une série de violations des statuts de la FIFA par la Fédération israélienne de football (IFA), allant des conséquences directes des bombardements sur le territoire – « au moins 92 footballeurs tués » à la mi-mars et toutes les infrastructures sportives de Gaza détruites – à l’absence de lutte sérieuse contre « la discrimination et le racisme » anti-palestiniens.

« Il n’y a que dans le football israélien qu’un club peut refuser les joueurs arabes et que la violence extrême est considérée comme une simple infraction disciplinaire », argumente ce courrier, évoquant également le racisme revendiqué par un partie des supporters du Beitar Jérusalem, ainsi que des publications de dirigeants israéliens sur les réseaux sociaux présentées comme soutenant ce qu’ils appellent « le génocide à Gaza ».

Soutenue par les fédérations algérienne, irakienne, jordanienne, syrienne et yéménite – mais pas par les influentes fédérations qatarie et saoudienne -, la PFA demande donc « des sanctions adéquates à l’encontre des équipes israéliennes » ainsi que de l’IFA.

Parmi les autres points discutés le 17 mai figurent un appel à l’action contre le racisme dans le football, la création de nouvelles commissions « dont 7 pour le football féminin », ainsi que la désignation du ou des pays hôtes du Mondial féminin de 2027.

Une candidature européenne commune entre Belgique, Allemagne et Pays-Bas sera opposée à celle des États-Unis et du Mexique – déjà organisateurs l’année précédente du Mondial masculin aux côtés du Canada -, celle de l’Afrique du Sud et celle du Brésil.

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.