La police britannique dit avoir été ‘trompée’ en autorisant un rassemblement néo-nazi
Rechercher

La police britannique dit avoir été ‘trompée’ en autorisant un rassemblement néo-nazi

‘Blood and Honour’ a déclaré aux autorités que leur rassemblement était un événement caritatif au profit d'une organisation venant en aide aux militaires blessés et dans le besoin

Les néo-nazis assistent à un événement pour marquer l'anniversaire de la mort du fondateur de Blood and Honour dans le Cambridgeshire, au Royaume-Uni les 23 et 24 septembre 2016. (crédit : capture d'écran BBC News)
Les néo-nazis assistent à un événement pour marquer l'anniversaire de la mort du fondateur de Blood and Honour dans le Cambridgeshire, au Royaume-Uni les 23 et 24 septembre 2016. (crédit : capture d'écran BBC News)

La police britannique a été trompée lors de l’octroi d’une autorisation de réunion publique qui s’est tenue le mois dernier. Ainsi, l’événement caritatif de plein air qui devait bénéficier aux soldats blessés s’est révélé être un rassemblement néo-nazi.

Ce sont environ 400 suprémacistes blancs venus de toute l’Europe qui se sont rassemblés aux environs du village campagnard et tranquille d’Haddenham les 23 et 24 septembre pour commémorer l’anniversaire de la mort d’Ian Stuart Donaldson, fondateur du groupe suprémaciste et raciste « Blood and Honour ».

Selon la BBC, les organisateurs de l’événement avaient déclaré à la police du Cambridgeshire que le rassemblement permettrait la levée de fonds en faveur de l’organisation « Help for Heroes », association caritative d’aide aux personnels militaires et à leurs familles. La demande d’autorisation soumise à ce moment-là à la police et au conseil local de planification des événements avait défini le rassemblement comme étant une « fête musicale privée ».

L’agriculteur qui avait loué son champ au groupe a également affirmé ne pas avoir eu connaissance de la nature exacte de l’événement.

“Quand nous avons compris de quoi il s’agissait, nous n’avons pas pris l’argent”, a-t-il indiqué au journal britannique. “Et nous ne louerons plus jamais ce champ à qui que ce soit”.

« Blood and Honor » se qualifie lui-même comme mouvement offrant un “style de vie alternatif à la scène pro-drogue, pro-homosexuelle, pro-mixité raciale qui est mise en avant de manière fanatique par les soi-disantes puissances d’aujourd’hui”.

Le groupe a été interdit dans un certain nombre de pays à travers l’Europe et en Russie. Des reportages parus dans les médias britanniques dévoilent que les trois-quarts des participants à l’événement ont fait le déplacement depuis l’Allemagne, la Pologne et les Pays-Bas.

Depuis plusieurs années, le mouvement « Blood and Honour » a organisé des événements commémoratifs à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Donaldson, le fondateur du groupe décédé lors d’un accident de voiture survenu au Royaume-Uni en 1993.

« Hope for Heroes », organisation caritative qui vient en aide aux militaires et à leurs familles, a annoncé qu’elle ignorait la tenue de cet événement et a démenti formellement toute implication dans ce rassemblement.

Mark Gardner, du Community Security Trust, un groupe britannique de lutte contre l’antisémitisme, a déclaré à la BBC qu’il semblait que quelqu’un soit parvenu à “jeter de la poudre aux yeux de la police”.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...