Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

La police face aux manifestants bloquant les routes ; Netanyahu accusé de saper l’accord

3 arrestations dont un ex-adjoint de la députée Lazimi, des familles d'otages protestant contre la poursuite de la guerre et l'insistance du Premier ministre sur l'opération Rafah

Des manifestants réclamant la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza et protestant contre le gouvernement israélien devantles quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 4 mai 2024. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
Des manifestants réclamant la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza et protestant contre le gouvernement israélien devantles quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 4 mai 2024. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Tel Aviv et de Jérusalem samedi soir pour demander à Israël de conclure un accord pour la libération des otages détenus dans la bande de Gaza et d’organiser des élections législatives anticipées, provoquant de brèves échauffourées avec la police.

Les rassemblements, désormais hebdomadaires, ont eu lieu quelques heures après qu’un haut fonctionnaire israélien a fait des déclarations anonymes à la presse pour démentir les informations selon lesquelles Israël s’engagerait à mettre fin à la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza en échange de la libération des otages.

Ces propos, dont on pense généralement qu’ils ont été dictés par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont alimenté la fureur des manifestants face à ce qu’ils considèrent comme le refus du Premier ministre de parvenir à un accord visant à sauver plus de 130 otages, préférant préserver le soutien politique de ses partenaires de la coalition d’extrême-droite, qui insistent pour qu’Israël poursuive ses projets d’incursion dans la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza.

« Nous ne nous tairons pas et vous ne nous ferez pas taire jusqu’à ce qu’ils [les otages] reviennent », a déclaré Tom Barkaï, organisateur du Forum des familles des otages et disparus, devant une foule à Jérusalem. « C’est le moment d’agir, le moment d’arrêter de compter les jours et de les ramener maintenant. »

Trois personnes ont été arrêtées lors des manifestations dans les deux villes, dont un ancien collaborateur de la députée Naama Lazimi (Avoda), qui s’est elle-même fortement impliquée dans les manifestations et qui a accusé la police d’avoir fait un usage excessif de la force.

Portant des affiches sur lesquelles on pouvait lire « Arrêtez la guerre » et réclamant un accord immédiat avec le Hamas pour libérer les otages, les manifestants de la capitale sont d’abord partis ensemble du principal centre de protestation de la Place de Paris, mais se sont ensuite divisés en plusieurs groupes se dirigeant dans des directions différentes à travers le centre-ville, alors que la police se précipitait pour contenir la foule.

Un groupe a réussi à bloquer le tramway de la ville sur la rue Jaffa, tandis qu’un autre s’est arrêté devant le bâtiment du YMCA, après que la police a formé une barrière humaine devant la marche non autorisée.

Les manifestants se sont ensuite rassemblés sur la Place de Paris, se heurtant à la police alors qu’ils tentaient en vain d’obstruer un important carrefour bordant le petit espace public.

La police a déclaré que deux personnes avaient été arrêtées, l’une d’entre elles ayant troublé l’ordre public et l’autre étant soupçonnée d’avoir frappé un policier à la tête avec un poteau en bois lors d’une manifestation quelques jours auparavant.

Une personne a été vue en train d’être plaquée au sol par la police au milieu d’une rue et arrêtée, tandis que d’autres étaient poussées hors du chemin.

Des scènes similaires se sont déroulées à Tel Aviv, où des groupes de manifestants ont défilé dans la ville avec des familles prises en otage et ont tenté de bloquer des routes à la suite d’un rassemblement visant à réclamer de nouvelles élections sur la « Place de la Démocratie », récemment rebaptisée, à l’extérieur des quartiers généraux de l’armée de la Kirya.

« Nous avons besoin d’un gouvernement différent, d’un gouvernement qui ne soit pas occupé toute la journée à inciter et à diviser », ont déclaré Uri et Bar Hefetz, un père et une fille de Nirim qui ont été déplacés de leurs maisons depuis le 7 octobre. « Nous voulons rentrer chez nous, et pour cela, il faut que tout ce gouvernement parte maintenant. »

La police a déclaré avoir arrêté une personne qui avait tenté de bloquer l’autoroute Ayalon et avoir infligé des amendes à seize autres personnes du même groupe.

Après avoir défilé au cœur de la ville, les manifestants ont tenu un sit-in de plus d’une heure dans la rue Begin. Bien que la police ait demandé aux manifestants de se disperser, elle n’a fait aucun effort pour les forcer à quitter la rue, et la foule s’est rapidement dispersée d’elle-même.

La députée Lazimi, qui a participé au sit-in de Tel Aviv, a identifié l’homme arrêté à Jérusalem comme étant son ancien assistant Yiftach Dotan. Le législateur, qui a été bousculé par la police lors d’une manifestation lundi, a accusé les policiers d’avoir fait preuve d’une « violence extrême et sévère » pour l’arrêter.

Elle a ensuite indiqué que Dotan avait été détenu pendant la nuit, après s’être précipitée dans un commissariat de Jérusalem pour s’occuper de lui, mais qu’on lui avait refusé l’entrée.

« Ces arrestations bidon et cette violence dans l’esprit du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir doivent cesser et être traitées avec toutes nos forces », a écrit Lazimi sur X. « Nous agirons contre cette folie avec tous les outils dont nous disposons. »

Les rassemblements avaient été planifiés pour s’accorder thématiquement avec les commémorations nationales à venir pour marquer le jour du commémoration de la Shoah, qu’Israël et le reste du monde juif marqueront ce dimanche soir et lundi.

La police interpellant l’ancien assistant de la Knesset Yiftach Dotan lors d’une manifestation anti-gouvernement, sur la Place de Paris, à Jérusalem, le 4 mai 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

« Tout le monde doit être renvoyé. Nous ne les abandonnerons pas comme les Juifs ont été abandonnés pendant la Shoah », a déclaré à Reuters Hanna Cohen, tante d’Inbar Haïman, 27 ans, assassinée par le Hamas et dont le corps serait toujours détenu à Gaza.

Mais les discours et les sentiments ont également été largement influencés par les informations parues dans la presse israélienne et arabe selon lesquelles Israël et le Hamas pourraient être sur le point de conclure un accord pour mettre fin aux combats et libérer les otages enlevés dans la bande de Gaza le 7 octobre, informations qui ont été rapidement démenties par un responsable israélien anonyme.

« Contrairement à ce qui est rapporté, Israël n’acceptera en aucun cas la fin de la guerre dans le cadre d’un accord sur la libération de nos otages », a déclaré ce responsable dans la première de deux déclarations, démentant les indications selon lesquelles les parties auraient progressé grâce à la garantie américaine qu’une phase ultérieure de l’accord verrait Israël cesser définitivement les combats et retirer ses troupes de la bande de Gaza.

Ces informations ont été publiées alors qu’une délégation du groupe terroriste palestinien rencontrait au Caire des médiateurs américains, qataris et égyptiens pour discuter d’un éventuel accord, après des mois de négociations infructueuses. L’une des questions les plus épineuses a été la demande du Hamas d’inclure dans tout accord un accord israélien pour mettre fin à la guerre. Le gouvernement a insisté sur le fait que le combat se poursuivrait jusqu’à la destruction complète du Hamas, qualifiant la poursuite de l’existence du groupe terroriste palestinien de menace existentielle.

Le ministre du cabinet de guerre, Benny Gantz, a réagi à cette déclaration en appelant « la source et tous les autres décideurs à attendre les mises à jour officielles, à agir avec retenue et à ne pas devenir hystériques pour des raisons politiques ».

Dans le même temps, Ben Gvir a salué Netanyahu pour ne pas avoir envoyé de délégation au Caire et a déclaré qu’il attendait du Premier ministre qu’il tienne les promesses qu’il aurait faites lors de la rencontre entre les deux hommes mardi : « Non à un accord imprudent, oui à Rafah. »

« Le Premier ministre sait très bien quel est le prix à payer s’il ne respecte pas cet engagement », a ajouté Ben Gvir, dans une énième menace de quitter le gouvernement.

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a tenu des propos similaires, appelant à la poursuite des combats et qualifiant un accord de « capitulation qui conduira à la fin de la guerre sans victoire totale est un désastre ».

Des manifestants réclamant la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza et s’élevant contre le gouvernement israélien actuel devant les quartiers généraux de l’armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 4 mai 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les déclarations anonymes, dont on pense généralement qu’elles ont été faites par Netanyahu, semblent amplifier les critiques à l’encontre du Premier ministre, qui donnerait la priorité à sa survie politique et au soutien de Ben Gvir et de Smotrich plutôt qu’à la sécurité des otages.

Einav Zangauker, la mère de l’otage Matan Zangauker, 24 ans, a déclaré lors d’une conférence de presse à Tel Aviv que Netanyahu compromettait les chances de sauver les otages alors qu’un accord avec le Hamas était à portée de main, l’accusant de « commettre un crime contre son peuple ».

Devant la résidence officielle de Netanyahu à Jérusalem, Jon Goldberg-Polin, le père de l’otage du Hamas Hersh Goldberg-Polin, a déclaré que la décision de la famille d’approuver la publication d’une vidéo diffusée par le Hamas le mois dernier montrant son fils en vie était destinée à faire pression sur les décideurs en vue d’un accord.

« Il y a dix jours, nous avons vu et entendu notre fils pour la première fois en 201 jours », a-t-il affirmé. « On nous a demandé si nous approuvions la publication de la vidéo et, sans hésiter, nous avons dit oui, pour une seule raison. Le monde, les dirigeants, les hommes politiques et ceux qui participent aux négociations ont besoin qu’on leur rappelle que nous ne nous battons pas pour un chiffre, mais pour de vraies personnes. »

Jon Goldberg-Polin, père de l’otage Hersh Goldberg Polin, s’exprimant lors d’une manifestation de familles d’otages près de la résidence officielle du Premier ministre, à Jérusalem, le 4 mai 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Ella Mor, dont la nièce Avigaïl Idan, âgée de 4 ans, a été libérée des geôles du Hamas dans le cadre d’un accord de trêve d’une semaine conclu fin novembre, a déclaré à la foule qu’Israël ne pourrait pas commencer à se remettre de l’assaut sadique du groupe terroriste palestinien du 7 octobre sans le retour des otages.

« Ce qui nous différencie de nos ennemis, ce sont nos valeurs. Nous ne laissons pas de blessés sur le terrain, ni d’otages sur le terrain. Notre humanité n’est pas une faiblesse, même si nos ennemis le pensent », a-t-elle déclaré.

Près de 1 200 personnes ont été tuées et 252 autres enlevées lorsque des milliers de terroristes dirigés par le Hamas se sont infiltrés dans le sud d’Israël le 7 octobre lors d’un assaut barbare. Plus de 100 otages ont été libérés dans le cadre d’un accord de trêve en novembre.

Sur les 132 otages encore présents à Gaza, dont quatre détenus depuis près de dix ans, 37 seraient morts.

La semaine dernière, la mort de deux Israéliens que l’on croyait encore en vie dans les geôles du Hamas a été confirmée.

Pendant Shabbat, l’armée israélienne a découvert les restes d’Elyakim Libman en Israël après qu’il a été accidentellement enterré avec une autre victime du massacre du Festival Supernova.

Le 3 mai, Beeri a annoncé que Dror Or, un résident du kibboutz présumé kidnappé, avait en fait été assassiné par le Hamas. Sa dépouille est retenue à Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.