Rechercher

La startup israélienne de « selfie d’urine » s’apprête à signer un accord avec les EAU

L’urine est le deuxième test de diagnostic le plus fréquemment effectué dans le monde ; la solution de Healthy.io pourrait sauver des millions de patients potentiels

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Un kit d'analyse d'urine de la société israélienne Healthy.io. (Crédit : Aya Wind)
Un kit d'analyse d'urine de la société israélienne Healthy.io. (Crédit : Aya Wind)

La startup israélienne Healthy.io, fabricant d’une application pour smartphone approuvée par la FDA qui permet aux utilisateurs de faire des analyses d’urine à domicile, espère apporter sa solution innovante aux Émirats arabes unis par le biais d’un nouvel accord annoncé cette semaine avec une entreprise locale privée fondée par un membre de la famille régnante de Dubaï.

L’accord avec Seed Group, une société du bureau privé de Sheikh Saeed bin Ahmed Al Maktoum, permettrait à Healthy.io d’avoir un partenaire aux EAU avec une expertise locale, un savoir-faire réglementaire et un accès aux principaux décideurs du gouvernement, et ce dans le domaine de la santé, a déclaré Joel Schoppig, vice-président de la stratégie chez Healthy.io.

Seed Group est « vraiment concentré sur le déploiement de technologies d’intérêt public aux Émirats arabes unis, et c’est là que ce partenariat entre en jeu », a déclaré Schoppig au Times of Israel dans une interview mercredi.

« Nous apportons notre technologie et notre savoir-faire à d’autres marchés et ils apporteront leur savoir-faire de déploiement, et nous pensons que nous pouvons faire évoluer [notre solution] aux EAU », a-t-il expliqué.

Fondée en 2013, Healthy.io utilise des technologies de reconnaissance d’images et d’intelligence artificielle pour transformer l’appareil photo d’un smartphone en scanner, afin d’analyser les bandelettes d’analyse d’urine avec une précision de qualité clinique. La société fournit des kits de test par l’intermédiaire de partenaires de soins de santé en Israël, aux États-Unis et au Royaume-Uni pour les patients, qui téléchargent ensuite les résultats sur une application pour que leurs médecins les examinent. Healthy.io a également lancé en 2020 une solution numérique pour la gestion des plaies chroniques, en commençant aux États-Unis.

L’entreprise a été la première au monde à obtenir l’approbation de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour qu’un appareil photo de smartphone puisse être utilisé comme dispositif médical, qui se compare à un scanner de laboratoire.

L’urine est le deuxième test de diagnostic le plus fréquemment effectué dans le monde. Dans le monde entier, les personnes qui doivent faire analyser leur urine – parmi lesquelles les femmes enceintes, les diabétiques et les personnes souffrant d’hypertension – doivent généralement se rendre dans un laboratoire, uriner dans un gobelet et remettre l’échantillon à une infirmière. L’infirmière trempe un bâtonnet dans l’urine et le scanne dans un appareil désigné qui effectue l’analyse. Les résultats sont communiqués quelques heures plus tard au médecin ou au patient.

Schoppig a déclaré que « cette façon de centraliser les tests est inefficace, elle limite l’accès et entrave l’adoption de soins préventifs ». « La détection précoce de l’insuffisance rénale chronique, grâce à des analyses d’urine régulières pour les protéines, peut aider les patients et leurs médecins à mieux gérer leurs soins et à atténuer les pressions coûteuses sur les systèmes de santé », a-t-il déclaré.

« Tous les systèmes de santé essaient de faire tester les personnes à risque, donc les personnes atteintes de diabète, d’hypertension artérielle, etc., pour les protéines dans l’urine. Mais la réalité, à cause du processus actuel pour un test d’urine, est que beaucoup de gens ne se font pas tester. »

« Au Royaume-Uni, 50 % des personnes atteintes de diabète et 70 % des personnes souffrant d’hypertension artérielle ne passent pas le test. Aux États-Unis, c’est encore pire, avec environ 80 % », a déclaré Schoppig, citant des recherches fournies par les partenaires de Healthy.io aux États-Unis et au Royaume-Uni, y compris des systèmes de soins de santé tels que le NHS et d’autres.

Pour développer sa solution de base, a-t-il déclaré, l’entreprise s’est demandé : « Comment pouvons-nous prendre des images et effectuer les processus qui sont réalisés dans le domaine clinique via un smartphone ? »

Avec les kits Healthy.io, les patients peuvent effectuer le test « à leur propre rythme, donc cela peut être le samedi matin ou le mardi après-midi, quand cela leur convient », a expliqué Schoppig, ajoutant que la société glane des informations médicales importantes avec cette approche.

« Nous ne résolvons pas un test d’urine, nous résolvons un problème de sous-détection de protéines dans l’urine et de maladie rénale », a-t-il déclaré.

Healthy.io devait s’assurer que ses kits s’adressent aux bonnes personnes. La société ne s’adresse pas vraiment aux « personnes qui ont l’iPhone 13 et qui sont super férues de technologie, ce n’est pas là que résident les problèmes de soins de santé. Nous nous concentrons sur les personnes âgées de 70 à 80 ans qui sont des patients chroniques et qui peuvent vivre dans des zones rurales et qui n’auront pas à subir cet examen majeur. »

« Si vous savez envoyer des SMS, vous saurez vous tester », a déclaré Schoppig, en utilisant un slogan de l’entreprise.

Un drapeau des Émirats arabes unis flottant à Dubaï. (Crédit : typhonski via iStock par Getty Images)

Les offres de Healthy.io sont disponibles via les centres médicaux israéliens et le National Health Service (NHS) au Royaume-Uni « où nous avons vraiment fait évoluer la solution », a-t-il déclaré. En 2021, « le NHS a fourni une liste de 600 000 patients diabétiques qui devaient être testés et a dit ‘allez-y et testez-les’, et nous avons sollicité plus de 300 000 de ces patients tout au long de l’année et nous avons près de 200 000 patients testés, et par la même occasion nous vraiment réussi à prouver comment la santé numérique pouvait avoir une réelle valeur clinique à grande échelle ».

Ce sont des résultats positifs pour les patients et les systèmes de santé, car « les économies sont vraiment importantes si vous pouvez faire un test d’urine rapide en instantané plutôt que de dépenser en frais de dialyse et en frais d’hospitalisation plus tard ».

Aux États-Unis, Healthy.io travaille à la constitution de son équipe et à son « lancement à grande échelle » avec des plans de santé locaux dans l’année, a déclaré Schoppig.

Les Émirats arabes unis, a-t-il dit, ont « l’un de ces systèmes de santé qui est vraiment ouvert à de véritables innovations et à de grandes choses publiques s’ils trouvent les bonnes solutions. C’est un marché très tourné vers l’avenir, axé sur l’innovation, et très soucieux de déployer des solutions qui fonctionnent pour leur population ».

Le pays a l’un des taux de diabétiques les plus élevés au monde, d’environ 19 %. Healthy.io a estimé qu’environ 800 000 personnes aux Émirats arabes unis devraient faire le test d’urine et la société cherche maintenant à commencer dès qu’elle aura le feu vert pour lancer une campagne de test qui pourrait servir de modèle international à plus grande échelle, a précisé Schoppig.

Hisham Al Gurg, PDG de Seed Group, a déclaré mardi dans un communiqué que le secteur de la santé « devait trouver les meilleures techniques possibles avec l’aide de la technologie pour non seulement offrir des traitements en temps opportun, mais aussi travailler vers l’objectif à long terme de créer un environnement sain. » Des entreprises comme Healthy.io sont celles-là mêmes qui rendent cela possible.

Yonatan Adiri, PDG et co-fondateur de Healthy.io. (Healthy.io)

Yonatan Adiri, fondateur et PDG de Healthy.io, a déclaré que la société était « ravie de collaborer avec le Seed Group pour apporter notre technologie à près d’un million de personnes aux Émirats à risque de maladies rénales et cardiovasculaires qui ne sont actuellement pas testées, et de combler les lacunes en matière de soins de santé » dans la région. Adiri a été l’ancien directeur de la technologie de feu l’ancien président israélien Shimon Peres.

Healthy.io a levé à ce jour quelque 90 millions de dollars auprès d’investisseurs dont Aleph VC, Samsung NEXT Tel Aviv, Joy Capital et Corner Ventures, selon la base de données Start-Up Nation Central. Elle emploie plus de 300 personnes dans le monde, dont près de la moitié en Israël dans la R&D et le développement de produits.

En 2020, l’entreprise a racheté son principal concurrent, inui Health, pour 9 millions de dollars afin de « consolider sa position de leader sur le marché » et d’accroître sa présence aux États-Unis.

Shoshanna Solomon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...