Rechercher

La Turquie envisage d’inculper le couple israélien détenu à Istanbul – médias

Les procureurs hésitent entre une mise en examen pour espionnage ou pour activité susceptible de nuire à la sécurité nationale, a fait savoir la Douzième chaîne

Mordy et Natali Oknin ont été arrêtés en Turquie après avoir photographié le palais d'Erdogan, au mois de novembre 2021. (Capture d'écran)
Mordy et Natali Oknin ont été arrêtés en Turquie après avoir photographié le palais d'Erdogan, au mois de novembre 2021. (Capture d'écran)

La Turquie envisagerait de mettre en examen pour espionnage le couple israélien actuellement placé en détention pour avoir photographié le palais du président ou à l’inculper pour le chef d’accusation – moins grave – d’avoir commis un acte susceptible de nuire à la sécurité nationale, a fait savoir une chaîne de télévision israélienne dans la soirée de samedi.

Selon la Douzième chaîne, qui n’a pas cité ses sources, les procureurs turcs auraient l’intention de mettre en examen le couple, hésitant encore entre une inculpation pour espionnage et une autre, qui entraînerait des conséquences plus légères. La chaîne a également noté que le gouvernement israélien craignait que le président turc Recep Tayyip Erdogan n’exploite la crise pour lancer un bras de fer avec l’État juif concernant la remise en liberté du couple.

Samedi aussi, le site Walla a précisé que l’État juif n’avait eu aucune explication de la part des responsables turcs concernant l’arrestation et la mise en détention des deux ressortissants qui ont été appréhendés, Mordy et Natali Oknin. Les responsables israéliens soupçonnent une arrestation purement politique.

Le ministère des Affaires étrangères espère encore que la situation pourra être débloquée par le biais du consulat israélien, et qu’elle ne nécessitera pas l’intervention des acteurs politiques. « Mais là, ça s’annonce mal », a commenté un haut-responsable, se confiant à Walla.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a pris la tête des initiatives visant à faire libérer le couple et il est en pourparlers avec le représentant du consulat israélien à Ankara. Le président Isaac Herzog s’est, lui aussi, directement impliqué et il s’est entretenu avec la famille du couple.

Le Premier ministre Naftali Bennett a parlé avec la famille dans la soirée de samedi.

« Les responsables, au sommet de la hiérarchie, interviennent dans ce dossier et nous allons continuer ainsi de manière à trouver une solution le plus rapidement possible », leur a-t-il dit.

Les autorités turques ont arrêté Natali et Mordy Oknin, tous deux chauffeurs de bus et originaires de Modiin, dans la journée de jeudi pour avoir photographié le palais d’Erdogan à Istanbul. Le couple et la famille insistent sur le fait qu’ils ignoraient qu’il était illégal de le faire.

Un tribunal turc a prolongé vendredi leur détention de 20 jours. Les autorités locales ont fait savoir que les deux ressortissants israéliens étaient soupçonnés d’espionnage, et l’affaire a semblé tourner depuis en crise diplomatique entre les deux pays.

Israël a fermement et officiellement rejeté les accusations proférées contre le couple.

Samedi, l’avocat israélien des deux accusés est arrivé à Istanbul dans le cadre d’une initiative visant à obtenir leur libération. Le consulat israélien doit encore rendre visite aux deux détenus et fait tous les efforts possibles pour que cette rencontre ait lieu dans les meilleurs délais, a annoncé la Douzième chaîne.

De son côté, la famille a lancé une campagne visant à collecter des fonds pour couvrir les coûts de la bataille judiciaire qui s’annonce.

Les proches se sont entretenus vendredi avec Lapid, qui leur a déclaré que le ministère avait déposé une requête urgente en faveur d’une visite des représentants du consulat auprès des détenus.

Dans une déclaration, le ministère des Affaires étrangères a établi clairement que le couple « ne travaille pour aucune agence israélienne ».

Herzog a expliqué à la famille du couple, samedi, qu’il était « convaincu de leur innocence », répétant que les deux ressortissants n’entretenaient aucun lien avec les agences gouvernementales.

« Nous faisons actuellement en sorte de garantir leur retour rapidement », a-t-il continué.

Selon la Douzième chaîne, les autorités israéliennes ont demandé aux proches du couple de s’abstenir de parler aux médias au sujet de l’affaire dans l’intervalle, affirmant que des interviews pourraient nuire aux initiatives prises en faveur de la libération des deux détenus.

La décision de conserver le couple derrière les barreaux, suite à leur arrestation, a pris par surprise les officiels israéliens qui avaient initialement supposé que le tribunal ordonnerait leur expulsion immédiate du pays lors de l’audience qui était organisée vendredi. L’emprisonnement du guide touristique qui accompagnait les deux Israéliens a été prolongée jusqu’à dimanche.

Mordy et Natali Oknin ont été arrêtés en Turquie pour avoir photographié le palais d’Erdogan. (Crédit : Facebook)

Les procureurs turcs ont dit aux juges que le couple était soupçonné d’espionnage, affirmant que Mordy et Natali Oknin n’avaient pas seulement photographié le palais d’Erdogan mais aussi des checkpoints sécuritaires adjacents et les caméras de surveillance sur le site, envoyant même les clichés, ont-ils continué, à un tiers.

Le couple, qui travaille pour Egged, dit de son côté avec insistance qu’il n’a fait que photographier le palais parce qu’il l’avait trouvé beau et qu’il avait ensuite transmis les photos à des proches, ignorant que c’était illégal.

Après avoir pris ces clichés, Natali Oknin les a partagés sur un groupe WhatsApp familial avec la légende : « Quelle belle demeure ! »

Citant les autorités locales, le journal turc Daily Sabah a fait savoir que le couple et le guide touristique pourraient devoir répondre « d’espionnage politique et militaire ».

« Ce ne sont pas des espions », a martelé un avocat de la défense au magistrat, vendredi.

« En définitive, c’est un couple de conducteurs de bus. Je vous demande de les libérer immédiatement pour qu’ils rejoignent leur foyer en Israël », a dit l’avocat. Mais les procureurs, de leur côté, ont affirmé le contraire, et le juge s’est prononcé en leur faveur trois heures plus tard.

Une source proche du dossier, qui n’a pas été identifiée, a indiqué à la Douzième chaîne qu’ « il est clair que cette décision est politique, pas juridique… Il est clair que certains, dans le cercle proche d’Erdogan, ont exercé des pressions », le persuadant que les détenus étaient « des agents du Mossad en mission pour le compte d’Israël ».

Nir Yaslovizh, l’avocat israélien du couple, a vivement critiqué le jugement dans une déclaration ultérieure, le qualifiant « de bizarre et d’inacceptable ».

La famille a découvert que le couple avait été arrêté quand ce dernier n’est pas revenu au sein de l’État juif jeudi, comme c’était prévu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...