La Turquie suspend ses frappes contre l’EI après l’incident avec la Russie
Rechercher

La Turquie suspend ses frappes contre l’EI après l’incident avec la Russie

Les Turcs affirment que la Russie s'est également engagée à suspendre ses opérations le long de la frontière turque

Une capture d'écran d'une vidéo qui montre un avion de chasse russe brûlant en train de tomber après avoir été abattu près de la frontière turco-syrienne, à Hatay le 24 novembre, 2015 (Crédit : AFP PHOTO / IHLAS AGENCE DE PRESSE)
Une capture d'écran d'une vidéo qui montre un avion de chasse russe brûlant en train de tomber après avoir été abattu près de la frontière turco-syrienne, à Hatay le 24 novembre, 2015 (Crédit : AFP PHOTO / IHLAS AGENCE DE PRESSE)

La Turquie a décidé de suspendre « provisoirement » ses frappes aériennes contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie dans le cadre de la coalition internationale afin d’éviter tout nouvel incident avec la Russie, a rapporté vendredi le journal Hürriyet.

Selon le quotidien turc qui cite des sources diplomatiques, la décision turque d’interrompre ses vols au-dessus de la Syrie a été prise en coordination avec la Russie, qui s’est elle-même engagée à suspendre ses opération le long de la frontière turque.

« Les deux parties se sont mises d’accord pour agir avec précaution jusqu’à ce qu’elles rétablissent leurs contacts habituels et réduisent les tensions », écrit Hürriyet.

Sollicité par l’AFP, le gouvernement turc n’a pas réagi immédiatement à ces informations.

Les relations entre Ankara et Moscou traversent une grave crise depuis que l’aviation turque a abattu mardi un chasseur-bombardier russe Sukhoï Su-24 tout près de sa frontière avec la Syrie.

Les Turcs affirment que l’appareil volait dans leur espace aérien et indique lui avoir à plusieurs reprises intimé de faire demi-tour avant d’ouvrir le feu. Les Russes assurent au contraire que le Su-24 est resté en permanence dans le ciel syrien et qu’il n’a jamais été contacté par l’aviation turque avant d’être abattu.

Furieuse, la Russie accuse depuis l’incident la Turquie d’avoir partie liée avec l’EI et exige des excuses, que le président turc Recep Tayyip Erdogan a d’ores et déjà écartées.

Moscou a annoncé jeudi préparer des mesures de rétorsion économiques contre Ankara.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...