La viande rouge bien cuite liée au risque de maladies du foie? – étude en Israël
Rechercher

La viande rouge bien cuite liée au risque de maladies du foie? – étude en Israël

Les chercheurs de l’université de Haïfa ont constaté que ceux qui aimaient leur viande bien cuite étaient plus susceptibles de développer une stéatohépatite non-alcoolique

Photo d’illustration : un repas avec un steak bien cuit (Chen Leopold / Flash 90)
Photo d’illustration : un repas avec un steak bien cuit (Chen Leopold / Flash 90)

Selon une étude israélienne, le fait de manger de la viande transformée et de la viande rouge, en particulier lorsqu’elle a été cuite ou frite pendant un long moment, serait lié à une maladie hépatique chronique, à une maladie cardiaque et au diabète.

A travers différents éléments, la recherche a également suggéré que les gens devraient réduire leur consommation de viande rouge et présenté des résultats sans ambiguïté sur le lien de cet aliment avec la maladie hépatique.

Les chercheurs de l’université de Haïfa ont découvert que les personnes qui mangeaient le plus de viande bien cuite avaient 47 % plus de risques de développer une affection appelée stéatose hépatique non alcoolique et étaient 55 % plus susceptibles de souffrir d’une résistance à l’insuline, indépendamment de l’apport en graisses et en cholestérol et de d’autres facteurs de risque tels que l’IMC, a rapporté ce jeudi Reuters.

La viande bien cuite est également associée au développement des deux maladies, qui font partie des traits qui composent le syndrome métabolique qui augmente encore le risque de maladie cardiaque et de diabète, selon le rapport.

Dans leur étude, qui sera publiée dans le Journal of Hepatology en juin, l’équipe de chercheurs israéliens a interrogé 789 adultes sur leurs habitudes de consommation de viande et leur a fait subir des échographies du foie et des tests de résistance à l’insuline.

Les participants étaient généralement en surpoids et avaient 59 ans en moyenne (et entre 40 et 70 ans dans l’ensemble), avec environ 15 % d’entre eux souffrant de diabète, selon le rapport.

Environ 39 % des participants présentaient une stéatose hépatique non alcoolique et 31 % avaient développé une résistance à l’insuline.

La stéatose hépatique non alcoolique est une affection dans laquelle plus de 5 % du foie est constitué de graisse. Ces niveaux de graisse dans le foie sont le plus souvent causés par une consommation excessive d’alcool, mais pas exclusivement. Une résistance à l’insuline est une maladie dans laquelle le corps est moins apte à convertir les sucres dans le sang en énergie en utilisant l’hormone qu’est l’insuline.

L’étude a été menée entre 2013 et 2015 par les chercheurs Shira Zelber-Sagi, Dana Ivancovsky-Wajcman, Naomi Fliss Isakov, Muriel Webb, Dana Orenstein, Oren Shibolet et Revital Kariv.

La professeure Shira Zelber-Sagi (Capture d’écran : YouTube)

Zelber-Sagi, qui a dirigé la recherche, a déclaré dans un communiqué que « la stéatose hépatique non alcoolique est principalement une maladie axée sur le mode de vie. Un style de vie occidental malsain joue un rôle majeur dans le développement et la progression de la stéatose hépatique non alcoolique ».

« Grâce à de solides conseils médicaux et nutritionnels de la part de leurs cliniciens, les patients sont mieux informés et équipés afin de mettre en œuvre des changements dans leur mode de vie, nécessaires afin d’aider à contrer cette maladie », a-t-elle ajouté.

Le rapport admet que la recherche n’était pas « une expérience contrôlée et conçue pour prouver si la viande rouge ou la viande transformée pouvaient causer directement des dommages au foie ou une résistance à l’insuline ». Le rapport s’est également appuyé sur les participants afin de déterminer la quantité de viande qu’ils mangeaient et comment ils la cuisaient – une donnée qui ne peut être toujours exact.

Pourtant, la professeure Zelber-Sagi a déclaré à Reuters que les gens devraient envisager de « choisir du poisson, de la dinde ou du poulet comme source de protéines animales. En outre, la cuisson à la vapeur serait meilleure que griller ou faire frire de la viande à haute température jusqu’à ce qu’elle soit très bien cuite. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...