La victime du meurtre de Jérusalem est Ori Ansbacher, 19 ans
Rechercher

La victime du meurtre de Jérusalem est Ori Ansbacher, 19 ans

Ori Ansbacher a été retrouvée avec des "traces de violences" sur le corps dans la soirée de jeudi ; l'affaire a été placée sous embargo par la justice

Ori Ansbacher (Autorisation)
Ori Ansbacher (Autorisation)

Le nom de la jeune femme assassinée dont le corps a été retrouvé jeudi dans une banlieue de Jérusalem a été révélé vendredi : Il s’agit d’Ori Ansbacher, 19 ans. Elle était originaire de la ville de Tekoa, en Cisjordanie.

Jeudi soir, le corps sans vie d’Ansbacher, qui présentait des « traces de violences », avait été retrouvé à Ein Yael, dans le sud de Jérusalem, avait indiqué la police.

Elle était portée disparue depuis jeudi matin.

Les parents d’Ansbacher, Noa et Gadi, ont déclaré aux médias israéliens que leur fille était « une âme sainte en quête de sens, avec une sensibilité qui s’exprimait à l’égard de tous les êtres humains et de toutes les créatures et le désir infini de rendre le monde meilleur ».

Les forces de sécurité israéliennes sur la scène où le corps d’une jeune fille de 19 ans a été retrouvé à Ein Yael, dans les faubourgs de Jérusalem, le 8 février 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’un de ses professeurs de lycée a déclaré à la Treizième chaîne qu’Ori était « une jeune fille intelligente et honnête, dotée d’une ouverture intellectuelle originale et créative. Elle se préoccupait de l’environnement et elle était sensible aux autres ».

Ansbacher faisait son service national dans un centre de jeunesse de Jérusalem au moment de sa mort.

Ses funérailles auront lieu vendredi à 13 heures 30 à Tekoa, à l’issue de l’autopsie de sa dépouille.

Les forces de sécurité sur les lieux où le corps d’une jeune femme de 19 ans a été retrouvé dans la forêt Ein Yael De Jérusalem, le 7 février 2019 (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

La justice a imposé un embargo sur tous les détails du meurtre qui fait l’objet d’une enquête de la police et des services de sécurité du Shin Bet.

L’embargo a fait l’objet d’une levée partielle pour permettre l’identification de la victime.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...