La ville de Gennevilliers va symboliquement « reconnaître » l’état de Palestine
Rechercher

La ville de Gennevilliers va symboliquement « reconnaître » l’état de Palestine

"Il s’agit de réaffirmer la volonté de la France d’amener Israéliens et Palestiniens vers la paix, qui ne viendra qu’avec la création d’un état palestinien", dit l'élu communiste

Un Palestinien arborant le drapeau palestinien (Crédit : AFP)
Un Palestinien arborant le drapeau palestinien (Crédit : AFP)

La ville communiste de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) va symboliquement reconnaître l’Etat de Palestine et appelle d’autres communes en France à faire de même, a annoncé le cabinet du maire vendredi.

L’arrêté, qui sera officiellement signé lundi, devrait ainsi être imité par d’autres communes de banlieue parisienne ayant fait du dirigeant palestinien emprisonné Marwan Barghouti un citoyen d’honneur (Stains, Bondy, Vitry-sur-Seine…), a assuré le cabinet.

« La France, par la voix de son précédent ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, avait déclaré la possibilité d’une reconnaissance de la Palestine en cas de blocage du processus à la fin de l’année 2016. Or, rien n’a été fait », regrette le maire de Gennevilliers, Patrice Leclerc, dans un communiqué.

« Le président Macron refuse d’engager la France dans cette voie, mais si des milliers de parcelles de la France prennent cet arrêté officiel, cette prise de position des communes françaises conduira de fait à une reconnaissance », veut croire l’élu communiste.

[mappress mapid= »4627″]

« Il s’agit bien de réaffirmer la volonté de la France d’amener Israéliens et Palestiniens vers la paix. Celle-ci ne viendra qu’avec la création d’un Etat palestinien, comme prévu par les résolutions de l’ONU depuis 1947 », conclut-il.

Emmanuel Macron, qui doit se rendre au Proche-Orient avant la fin de l’année, a récemment réaffirmé « la position française et européenne en faveur de deux Etats ». Mais il a écarté toute reconnaissance unilatérale par la France d’un état palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...