Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

La Yeshiva University fustigée pour avoir demandé des infos sur des membres LGBTQ

Les avocats de l’université ont demandé aux étudiants de la YU Pride Alliance des informations personnelles, notamment des dossiers médicaux et professionnels

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Le Stern College for Women de la Yeshiva University, à l'angle de la 34e et de Lexington - l'équivalent pour les hommes se trouve à Morningside Heights. (Crédit : Julia Gergely/JTA)
Le Stern College for Women de la Yeshiva University, à l'angle de la 34e et de Lexington - l'équivalent pour les hommes se trouve à Morningside Heights. (Crédit : Julia Gergely/JTA)

NEW YORK – Les législateurs new-yorkais ont fustigé lundi la Yeshiva University (YU) pour avoir demandé des informations privées à des étudiants LGBTQ dans le cadre de sa bataille juridique contre un groupe d’étudiants LGBTQ du campus, alors que les autorités de l’État américain font de plus en plus pression sur l’université dans cette affaire controversée.

L’université emblématique de la mouvance modern orthodox de la ville de New York a toujours refusé de reconnaître le club de premier cycle et a pris des mesures telles que la fermeture temporaire de tous les clubs étudiants et la création de son propre club religieux pour les étudiants LGBTQ « basé sur la Torah » pour éviter d’avoir à reconnaître la YU Pride Alliance, arguant que l’approbation du club porterait atteinte à ses croyances religieuses.

Le conflit juridique porte sur la question de savoir si l’université est une institution laïque qui doit respecter les lois sur la non-discrimination ou une institution religieuse couverte par la protection du Premier amendement pour la libre expression des croyances. Le financement public de l’université a fait l’objet d’un examen minutieux alors qu’elle s’efforce de trouver un équilibre entre les deux parties.

Dans une lettre adressée au début de l’année au doyen de l’université, Ari Berman, trois sénateurs de l’État de New York ont déclaré que l’école avait apparemment contredit sa propre position pour obtenir plus de 230 millions de dollars de financement public.

L’université a déclaré devant les tribunaux qu’elle n’était pas tenue de reconnaître YU Pride Alliance parce qu’il s’agit d’une « société religieuse ». Mais les législateurs ont écrit qu’elle avait déclaré à l’État qu’elle était un « établissement d’enseignement supérieur non-sectaire et sans but lucratif » pour recevoir des fonds.

En janvier, les avocats de l’université avaient demandé des informations personnelles et privées aux membres de la YU Pride Alliance, qui sont les plaignants dans cette affaire, notamment leurs numéros de sécurité sociale, leurs dates de naissance, leurs déclarations d’impôts, leurs dossiers médicaux, leurs informations professionnelles, leurs correspondances personnelles et leurs dossiers scolaires. Le dossier judiciaire demandait également aux plaignants d’identifier tous les membres de la Pride Alliance, y compris ceux qui ne font pas partie de la procédure judiciaire.

« Cela ressemble à une tactique d’intimidation. En plus d’une atteinte à la vie privée des étudiants, leurs actions menacent la sécurité de certains étudiants qui pourraient eux-mêmes ne pas être en mesure de faire leur coming out, ou qui ne sont pas encore prêts à le faire », a déclaré Taï Miller, l’un des plaignants.

« Il s’agit d’une administration qui ne garantie pas un espace sûr ni accueillant pour les personnes LGBTQ sur le campus. Demander leurs noms, leurs dossiers médicaux, et leurs déclarations d’impôts, est inapproprié et ressemble à une invasion de la vie privée », a-t-il ajouté.

« Dans ce type d’affaire, qui est si sensible et qui porte tant sur l’expérience des étudiants dans un groupe de soutien, c’est agressif et excessif », a déclaré Me Katie Rosenfeld, l’avocate des plaignants.

Au moins un plaignant est resté anonyme jusqu’à présent, et la demande révélerait ses informations personnelles aux défendeurs, y compris au personnel de l’université. En outre, s’ils sont identifiés, certains des non-plaignants pourraient être soumis à d’autres enquêtes dans le cadre de l’affaire.

Un bâtiment de la Yeshiva University, à New York, le 13 janvier 2022. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Cinq membres de l’Assemblée de l’État de New York ont écrit une lettre au conseil d’administration de l’université et au rabbin Berman, également doyen de l’université, déclarant que ces demandes étaient « moralement et éthiquement répréhensibles ».

« La possibilité que des étudiants n’aient pas rendu publics leur orientation sexuelle, leur identité de genre ou leur appartenance à la communauté LGBTQ par crainte de représailles, les expose à un risque de préjudice émotionnel et physique. Et ils sont déterminés à ne pas divulguer ces informations pour se protéger », ont déclaré les représentants de l’université. « Il est clair que l’intention est de réduire au silence et d’intimider les membres LGBTQ et leurs alliés de la communauté universitaire de premier cycle. »

« Il n’y a aucune raison qui légitime que ces étudiants fournissent de tels documents personnels », ajoute la lettre. « Le rôle de l’université est de protéger et d’éduquer ses étudiants, et non de les attaquer et de les démolir devant un tribunal. »

Becket Law, le cabinet qui représente la YU, a affirmé avoir fait cette demande dans le cadre d’un effort visant à contourner la phase de découverte du procès et à quantifier les préjudices invoqués dans l’action en justice.

« Yeshiva a déjà tracé la voie à suivre pour offrir des espaces d’amour et de soutien à ses étudiants LGBTQ. Les politiciens bien intentionnés sont priés de s’informer avant de s’attaquer à l’éducation juive », a déclaré Becket. « Les membres de l’assemblée sont manipulés et induits en erreur par ceux qui ont recours à des coups de publicité parce qu’ils savent que le procès n’aboutira pas. »

Becket est un groupe conservateur de premier plan qui affirme se concentrer sur la « liberté religieuse » et s’occuper d’affaires « qui créeront un précédent fort et durable pour toutes les confessions ». Il a porté à plusieurs reprises des affaires devant la Cour suprême, ce que la YU a déclaré avoir l’intention de faire dans le cadre du litige concernant la YU Pride Alliance.

Contactée pour une demande de commentaire, la YU a renvoyé le Times of Israel à la déclaration de Becket.

Une affiche annonçant un événement LGBTQ à la Yeshiva University, le 15 décembre 2020. (Crédit : Les organisateurs étudiants de la Yeshiva University)

L’avertissement adressé par les législateurs à l’école est la dernière mesure prise par les pouvoirs publics pour faire pression sur la YU dans cette affaire.

À la fin du mois dernier, le contrôleur de la ville de New York, Brad Lander, a averti la YU que son financement public était menacé en raison de ses « actions discriminatoires » à l’encontre des étudiants LGBTQ.

En janvier, dans une lettre adressée à Berman, des fonctionnaires de l’État ont déclaré que l’université semblait avoir présenté de manière inexacte son statut d’institution laïque afin d’obtenir des fonds de l’État.

Les législateurs ont demandé à l’université de résoudre les contradictions apparentes dans ses demandes de fonds publics dans un délai de 30 jours, mais n’ont jamais reçu de réponse.

L’université a toujours refusé de reconnaître le groupe Pride et a pris des mesures telles que la fermeture temporaire de tous les clubs étudiants et la création de son propre club LGBTQ « basé sur la Torah » pour éviter de reconnaître l’Alliance Pride de l’université de Yokohama.

Cette reconnaissance permettrait au club Pride d’obtenir des fonds et d’autres avantages qui sont distribués aux autres clubs d’étudiants.

L’université s’est efforcée de faire la part des choses entre l’accueil rhétorique des étudiants LGBTQ et le refus de reconnaître la YU Pride Alliance. Cette bataille intervient alors que les communautés orthodoxes se demandent comment accueillir les personnes issues de la communauté LGBTQ. Les relations sexuelles homosexuelles et le mariage entre personnes du même sexe sont interdits d’après la loi juive orthodoxe – ou halakha.

Les tribunaux new-yorkais ont statué à deux reprises que l’université devait reconnaître officiellement la YU Pride Alliance, confirmant une décision antérieure selon laquelle l’université ne peut bénéficier d’une exemption religieuse aux lois anti-discrimination qui interdisent les préjugés fondés sur l’orientation sexuelle, entre autres caractéristiques. Les tribunaux ont également rejeté l’argument de l’université selon lequel elle ne devrait pas avoir à reconnaître le club en raison des protections du Premier amendement pour la libre expression des croyances et a noté que trois campus de l’université ont déjà reconnu les groupes LGBTQ.

La Yeshiva University a déclaré qu’elle continuerait à faire appel de la décision.

La Cour suprême des États-Unis a manifesté son intérêt pour l’affaire après une demande de l’université, indiquant qu’elle pourrait s’en saisir si la YU épuisait ses recours au niveau de l’État, une annonce accueillie favorablement par l’université.

La bataille juridique entre la YU et le groupe Pride a débuté en 2020, lorsque des étudiants militants LGBTQ ont accusé l’université de discrimination en déposant une plainte auprès de la commission des droits de l’Homme de la ville, avant d’intenter un procès à l’université l’année dernière.

Dans une affaire connexe, une synagogue liée à l’université a expulsé une femme transgenre à la fin de l’année dernière.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.