Rechercher

Yeshiva University annonce la création d’un club LGBTQ « basé sur la Torah »

L'emblématique établissement moderne orthodoxe a affirmé qu'il poursuivra son combat judiciaire contre la Pride Alliance, qui qualifie la nouvelle initiative de "coup désespéré"

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Photo d'illustration : Un bâtiment de la  Yeshiva University à New York City. (Crédit :  Luke Tress/The Times of Israel)
Photo d'illustration : Un bâtiment de la Yeshiva University à New York City. (Crédit : Luke Tress/The Times of Israel)

NEW YORK – La Yeshiva University de New York a annoncé lundi qu’elle avait approuvé la création d’un club religieux pour les étudiants LGBTQ, alors qu’elle est au cœur d’une bataille juridique acrimonieuse concernant le refus de l’école de reconnaître un groupe de jeunes étudiants LGBT.

Le groupe Pride Alliance de la Yeshiva University a qualifié l’annonce de l’établissement de « coup désespéré ».

L’université a déclaré qu’elle continuerait à mener sa bataille juridique contre la Pride Alliance. Un tribunal de New York a statué que l’emblématique université moderne orthodoxe devait reconnaître le groupe Pride Alliance, mais la Yeshiva University conteste cette décision devant les tribunaux.

L’université a déclaré qu’elle avait approuvé « un nouveau club étudiant qui présente une alternative orthodoxe traditionnelle approuvée à la YU Pride Alliance ».

L’université moderne orthodoxe phare a déclaré que la nouvelle initiative était fondée sur la halakha, ou loi religieuse juive, et sur « les valeurs de la Torah pour soutenir ses étudiants LGBTQ de premier cycle ».

Le nouveau club, appelé « Kol Yisrael Areivim », a été approuvé par l’administration, les dirigeants laïcs et les principaux rabbins, a indiqué la Yeshiva University.

« Le club offrira aux étudiants un espace pour grandir dans leur cheminement personnel, en relevant les formidables défis auxquels ils sont confrontés pour vivre une vie alignée sur la halakha, pleinement engagée et authentique sans compromis au sein des communautés orthodoxes », a déclaré l’université dans un communiqué.

« Les étudiants peuvent se réunir, partager leurs expériences, organiser des événements et se soutenir mutuellement tout en bénéficiant de l’ensemble des ressources de la communauté de la Yeshiva – le tout dans le cadre de la Halakha – comme tous les autres clubs étudiants », précise le communiqué.

« Nous espérons que cette initiative fondée sur la Torah, avec un nouveau club étudiant adapté aux étudiants LGBTQ de premier cycle de la Yeshiva, leur apportera un soutien significatif », a déclaré le docteur Ari Berman, rabbin responsable de l’université.

« J’ajoute ma bénédiction à cette initiative et à ce nouveau club étudiant qui, nous l’espérons, approfondit l’engagement de nos étudiants envers la Torah et conduit à l’harmonie dans notre communauté de l’université Yeshiva », a déclaré le rabbin Hershel Schachter, l’un des grands rabbins de l’université.

L’université a également annoncé un renforcement des services de soutien sur le campus pour les étudiants LGBTQ.

Il n’a pas été précisé en quoi le nouveau club serait différent du groupe Pride, ni comment il se conformerait à la loi religieuse.

Dans une déclaration séparée, la Yeshiva University a déclaré que la Pride Alliance est un mouvement reconnu qui « non seulement lutte contre la discrimination anti-LGBTQ, une cause que [YU] soutient pleinement, mais aussi « promeut des activités incompatibles avec les lois et les valeurs de la Torah ».

« Bien que l’adoption de cette marque nationale soit intrinsèquement inacceptable dans le contexte de la Yeshiva, nous sommes également conscients de la nécessité de trouver d’autres moyens de soutenir nos étudiants qui soient conformes à la halakha et inspirés par nos valeurs », indique le communiqué. L’université a noté que d’autres institutions confessionnelles ont procédé de la même manière en créant des clubs indépendants accueillant des écoles, plutôt que d’accueillir des Pride Alliances.

L’université n’a pas répondu à une demande de commentaires supplémentaires.

Une affiche annonce un événement LGBTQ à la Yeshiva University, le 15 décembre 2020. (Crédit : Autorisation des organisateurs étudiants de la Yeshiva University)

« Il s’agit d’un coup désespéré de la part de la Yeshiva University pour détourner l’attention des appels croissants de ses donateurs, de ses anciens élèves, de ses professeurs, de ses décideurs politiques et de la communauté des affaires, qui se sont tenus aux côtés de la YU Pride Alliance, alors que nous continuons à nous battre pour nos droits », a déclaré la YU Pride Alliance.

« Il s’agit plutôt d’une faible tentative de l’université de continuer à refuser aux étudiants LGBTQ l’égalité de traitement en tant que membres à part entière de la communauté étudiante de l’université.

Jewish Queer Youth, un groupe de défense qui soutient la Pride Alliance, a déclaré que le nouveau club « n’impliquait aucune collaboration avec les étudiants homosexuels ».

Ce processus viole l’une de nos valeurs juives queer fondamentales, à savoir « rien sur nous sans nous », a déclaré Rachael Fried, directrice de Jewish Queer Youth, dans une déclaration au Times of Israel. « Les décisions prises sans les individus LGBTQ+ et les voix queer à la table sont préoccupantes et peuvent même être préjudiciables aux personnes mêmes qu’elles visent à soutenir. »

L’université a cherché à faire la part des choses entre l’accueil rhétorique des étudiants LGBTQ et le refus de reconnaître la Pride Alliance « pour protéger l’autonomie religieuse de l’université ».

La reconnaissance accorderait au club un financement et d’autres avantages qui sont accordés aux autres clubs étudiants.

Des centaines d’étudiants, de professeurs et d’anciens élèves ont signé une lettre ouverte pour soutenir le club Pride Alliance.

L’université a également déclaré lundi qu’elle « continuera à se défendre dans le procès qui lui a été intenté par la YU Pride Alliance sur la base de l’affirmation selon laquelle la Yeshiva n’est pas une institution religieuse ».

La bataille juridique entre l’université et le groupe Pride a débuté en 2020, lorsque des étudiants activistes LGBTQ ont accusé l’université de discrimination en déposant une plainte auprès de la Commission des droits de l’homme de la ville, avant d’intenter un procès à l’université l’année dernière.

Le conflit juridique porte sur la question de savoir si l’université est une institution laïque qui doit respecter les lois sur la non-discrimination ou une institution religieuse couverte par la protection du 1er amendement pour la libre expression des croyances.

La Yeshiva University à New York. (Crédit : Wikimedia Commons)

L’université affirme que la reconnaissance de l’association porte atteinte à ses convictions religieuses. Les relations sexuelles et le mariage entre personnes de même sexe sont généralement interdits au sein de la communauté juive orthodoxe.

En juin, un juge new-yorkais a déclaré que l’université devait reconnaître l’association en vertu d’une loi municipale sur les droits de l’homme interdisant la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle.

L’université a fait appel devant la Cour suprême, lui demandant d’annuler la décision du tribunal de New York. La Cour a rejeté la requête le mois dernier, signifiant que l’université devait La Cour suprême a déclaré que l’université devait épuiser les autres recours avant d’entendre l’affaire. La décision a été prise pour des raisons de procédure, et non pour des questions religieuses plus importantes.

Les juges opposés à la décision ont déclaré que l’université pourrait faire à nouveau appel devant la Cour suprême et, qu’en pareil cas, elle aurait « probablement gain de cause ». Le président de la Yeshiva University, le rabbin Ari Berman, a déclaré que l’école « suivrait leurs instructions ».

L’université a annoncé la fermeture des clubs le lendemain, apparemment dans le but d’éviter de reconnaître le club de la Fierté. La Pride Alliance a accepté de suspendre sa bataille pour la reconnaissance une semaine plus tard pour le bénéfice des autres étudiants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...