Rechercher

L’acide hyaluronique améliore d’un tiers les chances de réussite des FIV – étude en Israël

L’étude, portant sur des milliers de femmes, a permis de mettre en évidence que les cas les plus difficiles bénéficiaient des meilleurs effets

Image d'un foetus humain de 9-10 semaines. (Flickr/ caustique lunaire /CC BY-SA)
Image d'un foetus humain de 9-10 semaines. (Flickr/ caustique lunaire /CC BY-SA)

La médecine peut améliorer d’un tiers le taux de réussite des FIV sur des femmes utilisant leurs propres ovules en exposant les embryons à un acide naturel, ont conclu des chercheurs israéliens.

L’acide hyaluronique, qui se trouve à l’état naturel dans le corps humain et peut également être fabriqué en laboratoire, est réputé aider l’embryon à adhérer à la paroi de l’utérus.

Certaines cliniques menant des FIV l’utilisent déjà comme complément de traitement, susceptible d’accroître les chances de réussite, mais toutes ne le font pas.

Une équipe de chercheurs de l’hôpital Kaplan de Rehovot et de l’Université hébraïque a souhaité mettre en évidence de manière scientifique l’action de l’acide en analysant les données recueillies dans le cadre d’une série d’études menées par des équipes de recherche dans le monde entier.

Ils ont publié leurs résultats, basés sur l’analyse de 4 686 dossiers, dans la revue à comité de lecture Human Reproduction.

« Nous avons constaté que, lorsque les femmes utilisaient leurs propres ovules, l’exposition à l’acide hyaluronique pendant dix minutes avant insertion dans l’utérus augmentait la probabilité de naissance de 32 à 39 % », a expliqué au Times of Israel la Dr Devorah Heymann, obstétricien-gynécologue a l’hôpital Kaplan, qui a dirigé l’étude.

La Dre Devorah Heymann, obstétricienne-gynécologue à l’Hôpital Kaplan. (Avec la permission de la Dre Devorah Heymann)

Son équipe a été particulièrement heureuse de constater, en recoupant les données de patientes et les résultats des FIV, que l’acide hyaluronique semblait particulièrement efficace dans le cas de femmes présentant les plus grandes difficultés pour obtenir une grossesse.

Il était étonnamment moins utile aux femmes dont les chances de grossesse étaient plus élevées, en fonction de leur âge et de la qualité de leurs ovules, entre autres facteurs, et avait un effet plus prononcé chez les femmes au profil moins favorable.

Les femmes utilisant l’ovule de donneuses – qui ont tendance à être de haute qualité car elles sont recrutées pour la qualité de leurs gamètes – n’ont tiré aucun avantage de l’acide hyaluronique et, de ce fait, n’ont pas été incluses dans les conclusions de l’étude.

« Il est important et encourageant de constater que [l’acide hyaluronique] apporte statistiquement plus de bénéfices aux femmes ayant le moins de chances de grossesse », a expliqué Heymann.

« J’espère qu’à l’issue de cette étude, davantage de cliniques vont utiliser l’acide hyaluronique, car il est clair qu’il peut être d’un grande utilité pour de nombreuses patientes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...