L’AIPAC soutient toujours la solution à deux états
Rechercher

L’AIPAC soutient toujours la solution à deux états

La section de son site internet sur le processus de paix ne mentionne plus l’état palestinien, mais des références sont présentes ailleurs

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Donald Trump, alors candidat républicain à la présidentielle américaine, devant la conférence politique 2016 de l'AIPAC, à Washington, D.C., le 21 mars 2016. (Crédit : Saul Loeb/Getty Images/AFP via JTA)
Donald Trump, alors candidat républicain à la présidentielle américaine, devant la conférence politique 2016 de l'AIPAC, à Washington, D.C., le 21 mars 2016. (Crédit : Saul Loeb/Getty Images/AFP via JTA)

Le plus grand lobby pro-israélien des Etats-Unis continue de soutenir l’idéal d’un état palestinien, malgré le fait que toutes les références à la solution à deux états aient été supprimées d’une section de son site internet, a déclaré lundi un porte-parole.

« Notre position n’a pas changé, nous continuons à soutenir une solution à deux états », a déclaré au Times of Israël Marshall Wittmann du Comité des affaires publiques israélo-américaine (AIPAC).

Des médias avaient rapporté lundi que les « points de discussion » listées sur la section du site internet de l’AIPAC dédiée au processus de paix ne faisaient plus mention d’une solution à deux états.

Précédemment, le premier point de discussion de cette partie du site internet, intitulé « Deux états pour deux peuples », affirmait que l’organisation « soutient fortement une solution à deux états ».

Dans sa version actuelle, le premier point de discussion est que les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens « doivent être directes et bilatérales. » Le besoin ou désir d’un état palestinien indépendant n’est plus mentionné.

Cependant, Wittmann a déclaré au Times of Israël que « nous changeons régulièrement notre site internet », et a indiqué diverses autres références à la solution à deux états sur le site.

Par exemple, la déclaration de mission de l’organisation appelle les élus américains à « soutenir Israël via l’aide étrangère, des partenariats gouvernementaux, des efforts communs contre le terrorisme et la promotion d’une solution à deux états négociés, un état juif d’Israël et un état palestinien démilitarisé. »

Le président américain élu Donald Trump n’a jamais soutenu ouvertement, ni désavoué, la solution à deux états.

Jason Greenblatt, conseiller sur Israël du président élu Donald Trump et juif orthodoxe. (Crédit : Uriel Heilman/JTA)
Jason Greenblatt, conseiller sur Israël du président élu Donald Trump et juif orthodoxe. (Crédit : Uriel Heilman/JTA)

Ses deux principaux conseillers sur Israël, Jason Greenblatt et David Friedman, ont cependant précisé qu’une solution à deux états pourrait ne pas être recherchée par l’administration Trump.

« Une solution à deux états entre Israël et les Palestiniens semble impossible tant que les Palestiniens refusent de renoncer à la violence contre Israël ou de reconnaître le droit d’Israël à exister en tant qu’état juif’, avaient écrit les deux hommes dans une déclaration commune publiée avant l’élection.

« Une solution à deux états n’est pas une priorité », avait déclaré Friedman au Times of Israël le mois dernier. « Je ne pense pas qu’il soit lié à une solution en particulier. Une solution à deux états est un moyen, mais ce n’est pas le seul moyen. »

Le programme du parti républicain de 2016, publié pendant l’été, ne citait étonnamment pas la solution à deux états, ce qui marquait une divergence par rapport aux programmes précédents.

Les délégués de l’AIPAC à la Convention nationale républicaine de juillet avaient déclaré avoir tacitement approuvé le changement du programme du parti, en ne faisant pas objection à l’omission.

« Nous apprécions que les programmes des deux partis incluent à présent une formulation forte pro-Israël, qui reflète le large consensus bipartisan de soutien à l’Etat juif », avait déclaré à l’époque Wittmann, de l’AIPAC, à JTA.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...