L’Allemagne condamne une attaque « hostile » contre Israël
Rechercher

L’Allemagne condamne une attaque « hostile » contre Israël

Faisant écho à de nombreux pays, l'ambassade de Berlin en Israël dit qu'il n'y a "aucune justification quelles que soient les circonstances" aux attaques depuis Gaza

L'ambassadeur allemand en Israël Clemens von Goetze, le 17 février 2016 (Crédit : Yaakov Naumi/FLASH90)
L'ambassadeur allemand en Israël Clemens von Goetze, le 17 février 2016 (Crédit : Yaakov Naumi/FLASH90)

L’Allemagne a rejoint mercredi une grande partie de la communauté internationale en condamnant les tirs de plus de 100 obus de mortiers et roquettes vers le territoire israélien depuis la bande de Gaza en vingt-quatre heures par des groupes terroristes palestiniens, qualifiant ce ciblage de civils au cours des heures les plus animées de la matinée « d’hostile ».

« L’Allemagne condamne sans équivoque l’escalade de la violence. Il n’y a aucune justification, quelles que soient les circonstances, à la continuation des attaques massives au mortier contre Israël depuis Gaza », a commenté dans un communiqué l’ambassade de Berlin en Israël.

« Les tirs d’une large quantité de roquettes vers des villes et des communautés israéliennes durant les heures d’importante circulation, quand les gens se rendent à leur travail ont été particulièrement hostiles », a continué le communiqué. « En résultat de ces attaques, un jardin d’enfants a été frappé, entre autres. Nous souhaitons aux blessés une guérison rapide ».

« C’est le droit d’Israël de préserver sa sécurité, de défendre ses frontières et de répondre de manière proportionnée aux attaques », a-t-il conclu.

En l’espace de 22 heures, de 7 heures du matin, mardi, à 5 heures 17, mercredi, les sirènes ont résonné au moins 166 fois dans le sud d’Israël, selon le Commandement du front intérieur, pour signaler des tirs de mortier, de roquettes ou, dans certains cas, d’armes lourdes. Au moins 110 projectiles ont été tirés par le Jihad islamique, le Hamas et d’autres organisations terroristes.

Une carte distribuée par l’armée israélienne détaillant les cibles de plus de 100 obus de mortier et de roquettes tirées depuis la bande de Gaza qui ont atterri sur le territoire israélien ou ont été interceptés par le Dôme de fer, le 30 mai 2018 (Crédit : Unité du porte-parole de l’armée)

Un cessez-le-feu informel qui aurait été négocié par l’Egypte entre les groupes terroristes palestiniens et Israël a semblé se maintenir mercredi, les deux parties s’accusant mutuellement de cette flambée de violences.

Le ministère des Affaires étrangères israélien a mobilisé mardi ses diplomates dans le monde entier pour entrer en contact avec les décisionnaires et les médias les plus importants, leur demandant d’obtenir de dures condamnations pour les tirs de mortier et les frappes à la roquette qui ont touché le sud d’Israël tout au cours de la journée.

Les restes d’un obus de mortier qui a frappé la cour d’un jardin d’enfants dans la région d’Eshkol, près de la frontière de Gaza, le 29 mai 2018. (Shay Machluf)

Les condamnations à l’international se sont abattues sur le Hamas et sur le Jihad islamique, une grande partie se concentrant sur l’obus de mortier qui est tombé dans un jardin d’enfants peu de temps avant l’arrivée des petits pensionnaires.

Les envoyés de l’Union européenne, des Nations unies, de l’administration américaine, de la France, de l’Italie et de l’Irlande ont fait partie de ceux qui ont critiqué les Palestiniens et exprimé leur soutien à Israël.

Des douzaines d’obus de mortier et de roquettes ont été interceptés par le système de défense antiaérienne du Dôme de fer. D’autres ont atterri dans des zones ouvertes du sud d’Israël. Un petit nombre s’est abattu au sein des communautés israéliennes, notamment un obus de mortier qui a touché une maison dans la région d’Eshkol, mercredi au petit matin. Des morceaux de roquettes ont également touché un centre sportif de la ville de Netivot, causant des dégâts à la structure mais ne faisant aucun blessé.

Une maison dans le sud de la région d’Eshkol endommagée par un tir de mortier depuis la bande de Gaza tôt le 30 mai 2018 (Avec l’aimable autorisation du Conseil régional d’Eshkol).

Au total, quatre personnes, dont trois soldats, ont été blessées par des mortiers. Un militaire a été modérément touché et a subi une intervention chirurgicale tandis que les autres victimes n’ont subi que des blessures légères et ont rapidement quitté l’hôpital après y avoir été soignés.

En réponse aux attaques répétées au mortier et à la roquette, l’armée a mené deux vagues de bombardement aérien à Gaza, frappant approximativement 65 cibles au total, dont un tunnel d’attaque du Hamas, des structures de drone et des usines de fabrication de roquettes, selon les militaires israéliens.

Judah Ari Gross et Raphael Ahren ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...