Rechercher

L’Arabie saoudite en guerre contre le fléau du captagon

Les responsables saoudiens accusent le groupe terroriste libanais du Hezbollah d'être le principal instigateur du trafic de ce stimulant de type amphétamine répandu au Moyen-Orient

Des agents de la Direction du contrôle des stupéfiants du ministère de l'Intérieur saoudien trient des comprimés de captagon saisis lors d'une opération spéciale et présentés ensuite à l'AFP dans la ville côtière de Jeddah, sur la mer Rouge, le 1er mars 2022. (Crédit : Fayez Nureldine / AFP)
Des agents de la Direction du contrôle des stupéfiants du ministère de l'Intérieur saoudien trient des comprimés de captagon saisis lors d'une opération spéciale et présentés ensuite à l'AFP dans la ville côtière de Jeddah, sur la mer Rouge, le 1er mars 2022. (Crédit : Fayez Nureldine / AFP)

Sur une table recouverte d’un drap vert, deux policiers saoudiens versent des milliers de cachets blancs d’amphétamine qu’ils viennent de saisir dans un quartier de la ville de Jeddah, dans l’ouest du royaume conservateur particulièrement confronté au fléau de la drogue.

Une équipe de l’AFP a assisté mardi à un raid des forces anti-narcotiques, et l’arrestation de trois personnes transportant plus de 28 000 comprimés de captagon, un stimulant de type amphétamine répandu au Moyen-Orient.

Cette opération s’inscrit dans le cadre de la guerre déclarée par Ryad contre le trafic de captagon, les responsables saoudiens accusant le groupe terroriste libanais du Hezbollah d’en être le principal instigateur.

« Au cours des six dernières années, les autorités du royaume ont déjoué des tentatives de contrebande de plus de 600 millions de pilules d’amphétamine en provenance du Liban », a affirmé à l’AFP le commandant Mohammed al-Nujaidi, porte-parole de la Direction générale du contrôle des stupéfiants.

Le ministre libanais de l’Intérieur Bassam Mawlawi (G) donne une conférence de presse sur la saisie d’une cache de comprimés de captagon, une codrogue composée d’amphétamine et de théophylline, qui était cachée dans des boîtes de thé pour être passée en contrebande, au siège des Forces de sécurité intérieure à Beyrouth, la capitale du Liban, le 25 janvier 2022. (Crédit : ANWAR AMRO / AFP)

Le captagon est fabriqué notamment au Liban, mais aussi en Irak et en Syrie. Il est principalement destiné à la riche monarchie pétrolière saoudienne.

Ce pays de 35 millions d’habitants, dont plus de la moitié a moins de 35 ans, représente un « marché majeur » pour cette drogue, selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Tensions avec le Liban

M. Nujaidi accuse le Hezbollah de fabriquer le captagon et de viser « directement » le royaume. Le mouvement chiite libanais est proche de l’Iran, grand rival régional de l’Arabie saoudite.

Dans ce contexte, Ryad a imposé des restrictions commerciales au Liban, déjà confronté à sa pire crise économique, accusé de manque de coopération.

Des agents de la Direction du contrôle des stupéfiants du ministère de l’Intérieur saoudien trient des comprimés de captagon saisis lors d’une opération spéciale et présentés ensuite à l’AFP dans la ville côtière de Jeddah, sur la mer Rouge, le 1er mars 2022. (Crédit : Fayez Nureldine / AFP)

Le gouvernement saoudien a suspendu en avril 2021 l’importation de fruits et légumes du Liban après la saisie de plus de cinq millions de pilules de captagon dissimulées dans des fruits.

Beyrouth est régulièrement critiqué par les pays du Golfe pour ne pas coopérer suffisamment dans la lutte contre le trafic de drogue.

En janvier, le Liban, qui cherche à améliorer ses relations tendues avec les pays du Golfe, a annoncé avoir saisi une grande quantité de captagon dissimulée dans une cargaison de thé à destination de l’Arabie saoudite.

Selon M. Nujaidi, plus de 119 millions de pilules d’amphétamine ont été saisies l’année dernière par les autorités saoudiennes avec l’aide d’autres pays, notamment la Malaisie, le Koweït et les Emirats arabes unis.

Le captagon touche plus largement plusieurs pays du Moyen-Orient. Selon un décompte de l’AFP, plus de 25 millions de pilules y ont été saisies en seulement quelques semaines depuis le début de cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...