L’armée attrape trois Gazaouis armés près d’une base militaire
Rechercher

L’armée attrape trois Gazaouis armés près d’une base militaire

Les soldats ne savent pas encore avec certitude quand ces Palestiniens, pincés à 20 km de la frontière, ont traversé cette dernière armés de couteaux et de grenades

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des grenades, des couteaux et des outils trouvés en possession de trois suspects palestiniens qui ont traversé la frontière avec Israël depuis la bande de Gaza et qui ont été attrapés aux abords de la base militaire de Tzeelim dans le sud d'Israël, le 27 mars 2018 (Crédit : Police israélienne)
Des grenades, des couteaux et des outils trouvés en possession de trois suspects palestiniens qui ont traversé la frontière avec Israël depuis la bande de Gaza et qui ont été attrapés aux abords de la base militaire de Tzeelim dans le sud d'Israël, le 27 mars 2018 (Crédit : Police israélienne)

L’armée israélienne a capturé mardi matin trois Palestiniens armés après qu’ils ont franchi la clôture de sécurité avec Gaza et parcouru une vingtaine de kilomètres à l’intérieur du territoire israélien, ont fait savoir les militaires.

Les suspects avaient en leur possession des couteaux et des grenades, ont-ils ajouté. Des outils apparemment utilisés pour couper la clôture auraient également été retrouvés.

Un robot de déminage a été apporté dans la zone pour désamorcer les grenades, a fait savoir la police.

« C’est un incident qui n’aurait jamais dû se produire. Nous enquêtons dessus et nous en tirerons les leçons », a déclaré un porte-parole de l’armée, le général de brigade Ronen Manelis, dans un communiqué.

Les trois suspects ont été appréhendés aux abords de la base militaire israélienne de Tzeelim à 10 heures 35, approximativement une heure et demie après que des soldats israéliens ont remarqué les tous premiers signes de leur présence.

Un responsable de l’armée israélienne a indiqué que l’armée ne savait pas encore avec certitude quand les suspects avaient traversé la clôture de sécurité. L’armée enquête sur un rapport d’incident qui a été enregistré par les caméras de surveillance militaire pendant la nuit, même si le responsable a précisé qu’il pouvait ne pas y avoir de lien.

Les Palestiniens de la bande de Gaza tentent régulièrement de pénétrer en Israël mais ils sont généralement remarqués immédiatement par les soldats qui contrôlent les caméras de sécurité et ils sont rapidement capturés du côté israélien de la clôture.

Il est impossible pour le moment de comprendre quelles ont été les failles ayant permis cette incursion de mardi. « Une enquête a été ouverte sur les circonstances de l’incident », a déclaré l’armée.

Les militaires ont remis les suspects au service de sécurité du Shin Bet pour un interrogatoire qui permettra de déterminer leurs motivations et leur éventuels liens avec des groupes terroristes.

Un robot de déminage gère les grenades trouvées en la possession de trois Palestiniens suspects entrés en Israël depuis la bande de Gaza, qui ont été appréhendés aux abords de la base militaire de Tzeelim, dans le sud d’Israël, le 27 mars 2017 (Crédit : Police israélienne)

Tandis que les armes et les efforts livrés par les suspects de ne pas être remarqués semblent indiquer a-priori de mauvaises intentions, il y a eu dans le passé des exemples de résidents de Gaza qui étaient entrés avec des armes afin d’être appréhendés et envoyés en prison plutôt que de continuer à vivre au sein de l’enclave côtière assiégée.

L’un des aspects de ce dossier sur lequel travaillent les enquêteurs militaires est de déterminer pourquoi les trois hommes n’ont pas utilisé les armes qui étaient à leur disposition même s’ils ont eu amplement l’occasion de le faire, a expliqué le responsable de l’armée.

Les trois suspects, dont l’identité n’a été révélée, sont tous des membres de la même famille, originaire de la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, a précisé le responsable.

Après l’arrestation des trois hommes, l’armée israélienne a fait savoir aux communautés israéliennes de la zone que la situation était revenue à la normale et que les personnels de sécurité pouvaient retrouver un niveau d’alerte normal.

Dans la matinée, l’armée avait annoncé que des soldats avaient remarqué des signes révélant une infiltration depuis le sud de la bande de Gaza et qu’ils avaient lancé une chasse à l’homme.

Les tensions sont croissantes dans la zone autour de la bande de Gaza ces dernières semaines, suite à un certain nombre d’incidents sécuritaires survenus le long de la frontière et à une manifestation massive qui est prévue vendredi.

En résultat, l’armée a fait venir des renforts dans le secteur et les militaires se trouvent dans un état d’alerte élevé.

Manelis a fait savoir que l’armée empêcherait les manifestants de traverser vendredi la clôture de sécurité. « Je recommande que l’on ne nous teste pas », a-t-il dit.

C’est la deuxième fois que des Gazaouis pénètrent sur le territoire israélien en moins d’une semaine.

Samedi, un groupe de quatre Palestiniens masqués ont franchi la clôture de sécurité autour de Gaza, entrant brièvement sur le territoire de l’Etat juif. Ils ont alors tenté de mettre le feu à une machine utilisée pour construire une nouvelle barrière terrestre et souterraine édifiée par Israël autour de l’enclave côtière.

Ils ont fui à l’arrivée des soldats israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...