Rechercher

L’armée détruit la maison du terroriste palestinien qui a tué la sergente Noa Lazar

Des centaines d'officiers ont participé à démolition de la maison d'Udai Tamimi à Shuafat, plusieurs mois après l'attaque meurtrière à un poste de contrôle à Jérusalem-Est

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des policiers entrent dans le camp de réfugiés de Shuafat pour démolir la maison d'un tireur palestinien, le 25 janvier 2023. (Crédit: Police israélienne)
Des policiers entrent dans le camp de réfugiés de Shuafat pour démolir la maison d'un tireur palestinien, le 25 janvier 2023. (Crédit: Police israélienne)

Des centaines de policiers sont entrés mercredi matin dans le camp de réfugiés de Shuafat, à Jérusalem-Est, pour démolir la maison du tireur palestinien qui a tué l’an dernier une soldate israélienne à un poste de contrôle situé à proximité, ont indiqué les forces de l’ordre.

Udai Tamimi est accusé d’avoir tué la sergente Noa Lazar, 18 ans, et d’avoir grièvement blessé un garde civil le 8 octobre 2022, à un poste de contrôle près du camp. Tamimi a ensuite fui les lieux et a été tué alors qu’il était sur le point de commettre une autre attaque à un poste de contrôle près de l’entrée de l’implantation de Maaleh Adumim, en Cisjordanie, le 19 octobre. Un garde de sécurité a été légèrement pendant cette attaque.

La politique israélienne prévoit la démolition systématique des maisons des Palestiniens accusés d’avoir commis des attentats terroristes meurtriers. L’efficacité de cette politique a fait l’objet d’un vif débat, y compris au sein des services de sécurité israéliens ; les militants des droits de l’homme dénoncent cette pratique comme une punition collective injuste.

Dans une déclaration mercredi, la police a indiqué que 300 agents du commissariat de Jérusalem, ainsi que des troupes supplémentaires de la Police des frontières, des troupes de l’armée et du commandement du Front intérieur, et des fonctionnaires de la municipalité de Jérusalem, étaient à l’œuvre dans le camp pour raser la maison.

« Il s’agit là d’un acte important de sensibilisation, de dissuasion et de morale. Chaque terroriste doit savoir que les conséquences d’un attentat et du meurtre de civils ou de membres des forces de sécurité iront au-delà des efforts déployés pour les neutraliser », a déclaré le commandant de la police du district de Jérusalem, Doron Turgeman.

« Malheureusement, nous ne pouvons pas ramener la soldate Noa Lazar, qui est morte dans l’attaque terroriste, mais nous devons faire tout ce qui est nécessaire pour boucler le cercle avec le terroriste », a déclaré Turgeman. « Cette action transmet également un message important et significatif à toute personne qui envisagerait de commettre une attaque terroriste à l’avenir. Nous nous engageons à continuer à agir à tous les niveaux et avec tous les outils à notre disposition, pour une lutte résolue et sans compromis contre les terroristes et le terrorisme pour la sécurité des citoyens d’Israël. »

La sergente Noa Lazar, 18 ans, tuée dans une fusillade à Jérusalem-Est, le 8 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Une enquête conjointe de la police et de Tsahal sur l’attaque a révélé une série de négligences et de lacunes qui ont conduit à la mort de Lazar. Au terme de l’enquête, les soldats ne sont désormais plus stationnés au point de passage et plusieurs officiers de police ont été licenciés, tandis que d’autres ont été réprimandés.

La démolition a été ordonnée après le rejet des appels déposés au nom de Tamimi.

L’ordre de saisie et de démolition de la maison de Tamimi a été signé en décembre par le chef du commandement du Front intérieur de l’armée israélienne, le général de division Rafi Milo, qui est l’officier responsable sur le territoire israélien, et à Jérusalem-Est.

Udai Tamimi est vu en train d’ouvrir le feu à un poste de contrôle près de l’implantation de Maale Adumim, en Cisjordanie, le 19 octobre 2022. (Crcédit : Capture d’écran de la vidéo : utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

L’état du garde grièvement blessé lors de l’attaque, David Morel, 30 ans, s’est amélioré depuis. Il a été transféré dans un centre de rééducation en novembre.

Les tensions sont montées en flèche en Cisjordanie alors que Tsahal poursuit son offensive antiterroriste, principalement dans le nord de la Cisjordanie, pour faire face à une série d’attaques qui ont fait 31 morts en Israël en 2022.

L’opération de Tsahal a permis de procéder à plus de 2 500 arrestations lors de raids quasi quotidiens. Elle a également causé la mort de 171 Palestiniens en 2022 et de 18 autres depuis le début de l’année, la plupart lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de sécurité, mais aussi de civils non impliqués.

Lors de raids d’arrestation en Cisjordanie tôt mercredi, Tsahal a déclaré que les troupes avaient arrêté 11 Palestiniens recherchés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.