L’assassin de Rabin engage un célèbre avocat pour réclamer sa libération
Rechercher

L’assassin de Rabin engage un célèbre avocat pour réclamer sa libération

Yoram Sheftel fera appel de la loi interdisant la grâce ou la réduction de peine pour toute personne condamnée pour le meurtre d'un Premier ministre, car elle vise Yigal Amir

Yigal Amir, l'assassin du Premier ministre Yitzhak Rabin, comparait devant le tribunal, en 2004. (Crédit : Yoram Rubin/Flash90)
Yigal Amir, l'assassin du Premier ministre Yitzhak Rabin, comparait devant le tribunal, en 2004. (Crédit : Yoram Rubin/Flash90)

L’assassin reconnu coupable de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin a engagé un éminent avocat de la défense dans le cadre de ses démarches pour être libéré de prison.

Yigal Amir, qui purge une peine à vie pour le meurtre de Rabin en 1995, a chargé Yoram Sheftel de faire appel de la « loi Yigal Amir » devant la Cour suprême de justice.

Cette loi, adoptée en 2001, interdit aux commissions de libération conditionnelle de gracier ou de commuer la peine d’un prisonnier reconnu coupable du meurtre d’un Premier ministre pour des raisons politiques.

Sheftel a déclaré aux journalistes que la loi est rétroactive, puisqu’elle a été adoptée six ans après l’assassinat, et qu’elle vise uniquement Amir – puisqu’il est la seule personne à laquelle elle s’applique – et qu’elle est donc illégale et devrait être supprimée.

« Le temps est venu de libérer Yigal Amir – pas aujourd’hui, ni demain, mais hier », a déclaré M. Sheftel à la Douzième chaîne de télévision, dans un reportage diffusé mardi soir.

L’avocat Yoram Sheftel s’exprime lors d’un rassemblement de soutien au Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv, le 26 novembre 2019. (Miriam Alster/Flash90)

Amir a abattu Rabin à la fin d’un rassemblement à Tel-Aviv qui avait pour but de souligner l’opposition à la violence et de montrer le soutien du public aux efforts du Premier ministre en faveur de la paix avec les Palestiniens.

Le mois dernier, un tribunal de Beer Sheva a rejeté la demande d’Amir de bénéficier d’une permission de sortie de prison pour assister à la bar-mitsva de son fils.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...