L’association ‘From the Depths’ honore un producteur de film et un ex-Superman
Rechercher

L’association ‘From the Depths’ honore un producteur de film et un ex-Superman

Jack Garfein est devenu un activiste des droits de l’homme après avoir immigré aux Etats-Unis ; l’acteur Dean Cain a récemment produit un documentaire sur le génocide arménien

Jack Garfein prononce un discours à New York, le 7 juin 2018. (Crédit : From the Depths)
Jack Garfein prononce un discours à New York, le 7 juin 2018. (Crédit : From the Depths)

Jack Garfein, un ancien producteur de cinéma qui a survécu à 11 camps de concentration pendant la Shoah, a été honoré à New York par un groupe, basé en Pologne, qui commémore les victimes du génocide.

Garfein, âgé de 87 ans, un ancien enseignant et réalisateur au célèbre Actors Studio de New York et activistes de droits civiques, a reçu le Prix de l’association From the Depths plus tôt ce mois lors d’une cérémonie avec d’autres survivants Edward et Cesia Mosberg, qui ont travaillé pour développer une plus grande compréhension entre les Polonais non-Juifs et Juifs, ont déclaré les organisateurs.

Dean Cain interprétait Superman dans la série télévisée des années 1990 « Lois & Clark ». Cain a récemment produit un documentaire intitulé « Architectes du déni » qui traite du génocide arménien.

Dans un discours prononcé devant 150 personnes participant à la cérémonie, Garfein, originaire de ce qui est maintenant l’Ukraïne, s’est souvenu de son horreur devant la ségrégation raciale aux Etats-Unis après son arrivée d’Europe en 1946.

Cette année-là, un chauffeur de bus lui a dit de ne pas s’asseoir dans le fond du bus parce que cette partie du véhicule était pour « les noirs seulement », a dit Garfein. « Je me suis dit ‘je suis venu en Amérique pour ça ? Pour un racisme incroyable ?’ Voilà pourquoi j’ai combattu et continué de combattre le racisme toute ma vie ».

Garfein fait partie d’une poignée de survivants de la Shoah qui ont eu des rôles majeurs dans l’industrie américaine du cinéma et qui sont toujours vivants.

En 1957, il a dirigé le premier de ses deux films, « The Strange Ones », au sujet d’étudiants devant un dilemme éthique dans une académie militaire dans le sud de l’Amérique. C’était parmi les premiers films à traiter des persécutions des homosexuels, tout comme des noirs. Garfein a combattu pour les droits des acteurs afro-américains, explique l’association From the Depths.

Jonny Daniels, le fondateur de From the Depths, a dit que les lauréats ont travaillé pour que les histoires de la Shoah « puissent être entendues autant que possible » par « sens de la responsabilité » du fait qu’il n’y aura bien plus de survivants sur terre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...