L’Autriche hisse le drapeau israélien par « solidarité »
Rechercher

L’Autriche hisse le drapeau israélien par « solidarité »

Le parquet autrichien a par ailleurs ouvert une enquête après la tenue de propos antisémites, lors d'une manifestation de soutien aux Palestiniens mercredi à Vienne

Le drapeau israélien hissé sur le batiment de la chancellerie autrichienne, à Vienne, le 14 mai 2021. (Crédit : HELMUT FOHRINGER / APA / AFP)
Le drapeau israélien hissé sur le batiment de la chancellerie autrichienne, à Vienne, le 14 mai 2021. (Crédit : HELMUT FOHRINGER / APA / AFP)

L’Autriche a hissé vendredi sur des bâtiments officiels le drapeau israélien en signe de « solidarité » face aux « attaques » dirigées « depuis la bande de Gaza » par « le Hamas et d’autres groupes terroristes ».

« Je condamne avec la plus grande fermeté les attaques contre Israël depuis la bande de Gaza », écrit le chancelier conservateur Sebastian Kurz dans une déclaration transmise à l’AFP.

« Israël a le droit de se défendre contre ces attaques. Pour témoigner de notre entière solidarité (…), nous avons hissé le drapeau israélien » sur les locaux de la chancellerie et du ministère des Affaires étrangères, a-t-il ajouté.

« Rien ne justifie les plus de mille roquettes tirées jusqu’à présent sur Israël depuis Gaza par le Hamas et d’autres groupes terroristes et nous soutenons fermement la sécurité d’Israël », a précisé le ministre des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg.

Le parquet autrichien a par ailleurs ouvert une enquête après la tenue de propos antisémites, lors d’une manifestation de soutien aux Palestiniens mercredi à Vienne.

En 2000, Israël avait rappelé son ambassadeur en Autriche pour protester contre l’entrée au gouvernement du FPÖ. Ce parti d’extrême droite, fondé par d’anciens nazis, est régulièrement éclaboussé par des scandales liés à l’antisémitisme.

Les relations diplomatiques entre les deux pays n’avaient été normalisées que trois ans plus tard.

Le nouveau président autrichien, Sebastian Kurz, président du Parti populaire autrichien, OVP, lors d’une conférence de presse à Vienne, en Autriche, le 24 octobre 2017. (AFP Phoro / APA / Georg Hochmuth)

Lors de son arrivée à la tête d’un nouveau gouvernement de coalition avec le FPÖ en décembre 2017, Sebastian Kurz avait fait de l’approfondissement des liens avec Israël l’une des priorités de sa politique étrangère.

Mais Israël avait refusé tout contact avec les ministres nommés par l’extrême droite et retournés depuis dans l’opposition, en mai 2019.

L’Autriche, un pays neutre membre de l’Union européenne, est désormais dirigée par une alliance entre les conservateurs et les Verts. En mars dernier, le président israélien Reuven Rivlin avait effectué une visite officielle à Vienne.

La capitale autrichienne abrite l’un des sièges des Nations unies et accueille actuellement les négociations internationales pour ressusciter l’accord sur le nucléaire iranien.

Aux Etats-Unis, les républicains ont demandé jeudi au président Joe Biden de stopper ces discussions, en invoquant un lien entre l’Iran et les tirs de roquettes du Hamas. En vain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...